Élection présidentielle française de 1913

Élection présidentielle française de 1913
Président de la République française
Corps électoral et résultats
Votants au 1er tour867
99,43 %  −0,4
Votants au 2d tour859
98,74 %
Raymond Poincaré 1914.jpgRaymond Poincaré – PRD
Voix au 1er tour429
49,48 %
Voix au 2e tour483
56,23 %
Jules Pams 1912.jpgJules Pams – PRRRS
Voix au 1er tour327
37,72 %
Voix au 2e tour296
34,46 %
Édouard Vaillant at Père Lachaise.jpgÉdouard Vaillant – SFIO
Voix au 1er tour63
7,27 %
Voix au 2e tour69
8,03 %
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Sans étiquette –
Voix au 1er tour48
5,54 %
Voix au 2e tour11
1,28 %
Président
SortantÉlu
Armand Fallières
ARD
Raymond Poincaré
PRD
Caricature de Raymond Poincaré par le Canadien Boardman Robinson (vers 1923).

L'élection présidentielle française du vise à choisir le successeur d'Armand Fallières. Le président du Conseil Raymond Poincaré est élu au second tour de scrutin.

Campagne

Alors que le septennat d'Armand Fallières touche à sa fin, Poincaré se présente comme candidat à la présidentielle. Le président du Conseil est en lice face au président de la Chambre, Paul Deschanel, qui est du même parti que Poincaré, et au président du Sénat, Antonin Dubost. Avec Clemenceau et Joseph Caillaux, les radicaux soutiennent Pams, le ministre de l'Agriculture, une personnalité considérée comme effacée et dont la candidature vise essentiellement à contrer Poincaré[1].

Selon la tradition républicaine, un scrutin préparatoire a lieu pour choisir le candidat du « camp républicain »; les « modérés » (républicains de droite) d'un côté, de l'autre les socialistes, refusent toutefois d'y participer. Au troisième tour, Pams l'emporte avec 323 voix contre 309 pour Poincaré, classé à gauche à l'époque (dreyfusard, laïc, il s'était marié civilement)[1]. La discipline républicaine aurait voulu que, battu à ces primaires, il se retire, et c'est ce que lui demande une délégation conduite par les radicaux Combes et Clemenceau[1].

Mais Poincaré refuse, sachant que lors du scrutin officiel, il serait soutenu par la droite républicaine: il se présente donc à Versailles, et est élu le au deuxième tour, avec 482 voix contre 296 à Pams et 69 pour le socialiste Édouard Vaillant[1]. Clemenceau conservera une rancune tenace contre Poincaré pour n'avoir pas respecté la discipline républicaine, que lui-même respectera lors de l'élection présidentielle de 1920.

Résultats

CandidatPremier tour%Second tour%
Raymond Poincaré
Parti républicain démocratique
42949,48%48356,23%
Jules Pams
Parti républicain, radical et radical-socialiste
32737,72%29634,46%
Édouard Vaillant
Section française de l'internationale ouvrière
637,27%698,03%
Divers485,54%111,28%

Raymond Poincaré prend officiellement ses fonctions le .

Notes et références

  1. a b c et d Michel Winock, Clemenceau, éd. Perrin, 2007, p. 388