Élections européennes de 1979 en France

Élections européennes de 1979 en France
Postes à élire81 sièges au Parlement européen
Corps électoral et résultats
Votants21 356 960
60,71 %
Votes exprimés20 242 347
Votes blancs1 114 613
Simone Veil (1993) by Erling Mandelmann.jpgUDF – Simone Veil
Voix5 588 851
27,61 %
Sièges obtenus25
Reagan Mitterrand 1984 (cropped).jpgPS-MRG – François Mitterrand
Voix4 763 026
23,53 %
Sièges obtenus22
Georges Marchais (cropped).JPGPCF – Georges Marchais
Voix4 153 710
20,52 %
Sièges obtenus19
Jacques Chirac mid-eighties.jpgRPR – Jacques Chirac
Voix3 301 980
16,31 %
Sièges obtenus15

Les élections européennes de 1979, les premières au suffrage universel direct, se déroulent du 7 au 10 juin 1979 selon les pays, et le dimanche 10 en France[1].

Avec un taux de 60,7 %, la participation est légèrement inférieure à la participation moyenne dans la Communauté économique européenne (61,9 %)[2].

Mode de scrutin

Formellement, il s'agit d'élire les représentants français à l'Assemblée des communautés européennes.

L'élection a lieu à la représentation proportionnelle selon la règle de la plus forte moyenne sans panachage ni vote préférentiel dans le cadre d'une circonscription unique formée par le territoire de la République française.

Les listes qui n'ont pas obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés ne sont pas admises à répartition des sièges[3].

Contexte

Le 6 décembre 1978, Jacques Chirac lance l'appel de Cochin dans lequel il dénonce l’UDF comme « le parti de l’étranger » pour son adhésion au supranationalisme[4]. Il s'agit des seules élections européennes lors desquelles le RPR et l'UDF s'affrontent[4].

Listes

Le Front national (FN) échouant à constituer une liste commune avec le Parti des forces nouvelles, il est absent lors de ces élections et appelle à l'abstention[5].

La liste Régions-Europe et celle présentée par le PSU ne distribuent pas de bulletins de vote et appellent à voter nul[6].

La liste socialiste présente une femme tous les trois candidats, tandis que les listes UDF et RPR présentent encore moins de candidates, dont Simone Veil en tête de liste UDF et Louise Weiss no 5 pour le RPR, pour un total de 20 % des élus[7].

Résultats

Il s'agit des résultats réformés par le Conseil d'État le 22 octobre 1979, différents de ceux proclamés en juin (un siège en moins à la liste Veil, un siège en plus pour la liste socialiste).

Résultats[6]
PartiTête de listeVoix%SiègesGroupe au PE
Union pour la démocratie françaiseSimone Veil5 588 85127,6125PPE (8)
LD (17)
Parti socialiste-Mouvement des radicaux de gaucheFrançois Mitterrand4 763 02623,5322[8]SOC
Parti communiste français-Union progressisteGeorges Marchais4 153 71020,5219COM
Rassemblement pour la République
(Défense des Intérêts de la France en Europe)
Jacques Chirac3 301 98016,3115DEP
ÉcologistesSolange Fernex888 1344,390
Lutte ouvrière/Ligue communiste révolutionnaireArlette Laguiller623 6633,080
Emploi, égalité, EuropeJean-Jacques Servan-Schreiber373 2591,840
Union des travailleurs indépendants pour la liberté d'entreprisePhilippe Malaud283 1441,400
Union française pour l'eurodroiteJean-Louis Tixier-Vignancour265 9111,310
Régions-EuropeJean-Edern Hallier0,000
Parti socialiste unifiéHuguette Bouchardeau0,000

Notes et références

  1. [PDF] Décret Décret no 79-361 du 8 mai 1979 portant convocation des électeurs pour l'élection des représentants à l'Assemblée des communautés européennes, publié au JORF du , p. 1087.
  2. « La participation électorale depuis 1979 - Elections européennes 2014 - CEVIPOF », sur cevipof.com (consulté le 9 décembre 2015).
  3. [PDF] Loi Loi no  77-729 du 7 juillet 1977 relative à l'élection des représentants à l'Assemblée des communautés européennes, publié au JORF du , p. 3579.
  4. a et b Laurent de Boissieu, « L’intégration des partis politiques français dans le système partisan européen », Revue internationale de politique comparée, De Boeck Supérieur, vol. 16,‎ , Laurent de Boissieu, « L’intégration des partis politiques français dans le système partisan européen », Revue internationale de politique comparée, De Boeck Supérieur, vol. 16,‎ , lire en ligne, consulté le 25 décembre 2016).
  5. Emmanuelle Reungoat, « Le Front national et l'Union européenne : sociologie d'un parti politique », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national, Presses de Sciences Po, , p. 228.
  6. a et b « Les élections européennes 7-10 juin 1979 », Courrier hebdomadaire du CRISP, no 861,‎ , p. 1–28 (lire en ligne, consulté le 4 mai 2017).
  7. Yves Denéchère, « Louise Weiss et quelques autres : candidates et élues gaullistes au Parlement européen (1979-1989) », [email protected], vol. 2, no 17,‎ , p. 51-68 (lire en ligne).
  8. 20 Parti socialiste et 2 Mouvement des radicaux de gauche

Liens externes