Élections municipales françaises de 2020

Élections municipales françaises de 2020
et
Type d’électionÉlections municipales
French party Droite.svgDroite
French party Gauche.svgGauche
French party RN.svgRassemblement national
French party Centre.pngCentre

Les élections municipales françaises de 2020 doivent avoir lieu les 15 et 22 mars de cette année afin de procéder au renouvellement des conseils municipaux des communes françaises.

Contexte

Lors des élections municipales de 2014, la droite parlementaire l'avait emporté dans la plupart des communes au détriment de la gauche, tandis que l'extrême droite remportait 14 municipalités, dont Hénin-Beaumont dès le premier tour de scrutin, une première. Le Parti communiste français résistait dans quelques-uns de ses bastions, notamment en Seine-Saint-Denis, tandis que les écologistes remportaient une seule ville de plus de 100 000 habitants, à Grenoble.

Depuis l'élection présidentielle de 2017, l'échiquier politique français est fortement modifié par l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron[1],[2],[3]. Son parti, La République en marche, a fortement fragilisé les partis de gouvernements au pouvoir depuis 1958, notamment le Parti socialiste et Les Républicains[4].

Pour la première fois depuis 1995, un nombre important de maires renoncent à se représenter[5],[6]. Parmi les nombreux maires sortants qui ne se représentent pas figurent Jean-Claude Gaudin, qui a été élu pour la première fois maire de Marseille en 1995[7].

Modalités

Dates

Le , le ministère de l’Intérieur annonce que les élections doivent se tenir les 15 et [8].

Modes de scrutin

Le mode de scrutin dépend de la taille de la commune :

Sièges au conseil municipal
Nombre d'habitants< 100< 500< 1 500< 2 500< 3 500< 5 000< 10 000< 20 000< 30 000< 40 000< 50 000
Conseillers municipaux711151923272933353943
Nombre d'habitants< 60 000< 80 000< 100 000< 150 000< 200 000< 250 000< 300 000> 300 000LyonMarseilleParis
Conseillers municipaux454953555961656973101163

Communes de moins de 1 000 habitants

L'élection des conseillers municipaux se déroule au scrutin majoritaire plurinominal[9] à deux tours, avec panachage :

  • au premier tour, des candidats sont élus s'ils ont obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits ;
  • à défaut, un second tour est organisé, dans lequel la majorité relative suffit. Si plusieurs candidats obtiennent le même nombre de suffrages, l'élection est acquise au plus âgé lorsque tous ne peuvent être élus compte tenu du nombre de sièges à pourvoir[10].

Depuis la réforme du 17 mai 2013, une déclaration de candidature en préfecture ou sous-préfecture est obligatoire[11]. Les candidatures isolées et les listes incomplètes sont autorisées[12], et on ne peut plus être élu si l'on n'a pas préalablement fait acte de candidature[13]. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé : les électeurs ont le droit de ne pas respecter les listes de candidats, en votant pour des candidats issus de listes différentes.

Communes de 1 000 habitants et plus

Dans les communes de plus de 1 000 habitants, l'élection des conseillers municipaux se déroule selon un scrutin de liste à deux tours avec représentation proportionnelle : les candidats se présentent en listes complètes avec la possibilité de deux candidats supplémentaires. Lors du vote, on ne peut faire ni adjonction, ni suppression, ni modification de l'ordre de présentation des listes[14].

L'élection peut se limiter à un seul tour en cas de majorité absolue, ou donner lieu à un second tour, auquel cas :

  • les listes qui ont obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés peuvent s'y maintenir ;
  • les candidats d'une liste qui a obtenu plus de 5 %, sans pouvoir se maintenir en tant que tels, peuvent rejoindre une autre liste[15], ce qui peut amener à modifier l'ordre de présentation des candidats.

Les élections municipales des communes de plus de 1 000 habitants constituent un scrutin majoritaire avec une dose proportionnelle : on attribue d'abord la moitié (arrondie si nécessaire à l'entier supérieur) des sièges à pourvoir à la liste qui a le plus de voix au premier tour ou, s'il y a lieu, au second ; les autres sièges sont répartis entre toutes les listes présentes au dernier tour ayant eu plus de 5 % des suffrages exprimés (y compris la liste majoritaire) à la représentation proportionnelle à la plus forte moyenne[16].

Régimes particuliers de Paris, Marseille et Lyon

Dans les trois villes de France les plus peuplées, l'élection se fait par secteur électoral, en suivant les mêmes règles que pour les communes de plus de 1 000 habitants. Ces secteurs correspondent aux arrondissements à Paris et à Lyon tandis qu'a Marseille chacun des 8 secteurs regroupe deux arrondissements. Des conseillers d'arrondissement sont également élus.

Intercommunalités

Les délégués d'une commune au sein du conseil des communautés de communes, des communautés d'agglomération, des communautés urbaines et des métropoles sont élus lors des élections municipales.

Chaque commune est représentée au conseil communautaire par un nombre de représentants tenant compte de sa population, élus comme suit :

  • commune de moins de 1 000 habitants : les représentants de la commune au conseil communautaire sont les membres du conseil municipal désignés dans l'ordre du tableau (maire, puis adjoints, puis conseillers municipaux)[17] ;
  • commune de plus de 1 000 habitants : les conseillers communautaires sont élus en même temps que les conseillers municipaux. Sur un seul et même bulletin doivent figurer la liste des candidats au conseil municipal et celle des candidats au conseil communautaire (scrutin fléché)[18]. Les représentants des communes dans les EPCI sans fiscalité propre (syndicat intercommunal à vocation unique, syndicat intercommunal à vocation multiple, syndicat mixte) continuent d'être élus par chacun des conseils municipaux concernés, comme c'était le cas avant 2014 pour toutes les intercommunalités.

Campagne

Partis politiques

Les mouvements Génération.s, ainsi que La République en marche, La France insoumise et le Mouvement radical, social et libéral, résultants d'une scission vis-à-vis du Parti socialiste d'une part pour les trois premiers ou d'une réunification entre le Parti radical et le Parti radical de gauche (qui reprend par la suite son indépendance), celui-ci se scindant également en deux, présentent des listes pour la première fois aux élections municipales. Le parti Agir, issu d'une scission de LR, se présente également pour la première fois aux municipales.

La France insoumise

Parti communiste français

Parti socialiste

Europe Écologie Les Verts

La République en marche

Mouvement démocrate

Le 18 juillet 2019, le MoDem présente une première liste de 200 chefs de file, chargés d'entamer les discussions en vue de la constitution des listes[19].

Les Républicains

Rassemblement national

Primaires

Primaires ouvertes

VilleOrganisé parDateParticipationVainqueur
Roubaix[20]Collectif Roubaix 2020[21]7 mars 2019536 (tour unique)André Renard (PS)
Pontivy[20]La France insoumise
Parti socialiste
Union démocratique bretonne
5 mai 2019260 (tour unique)Marie-Madeleine Doré-Lucas (LFI)[22]

Primaires internes

VilleOrganisé parDateParticipationVainqueur
Metz[23]Parti socialiste25 mars 2019129 (tour unique)Thomas Scuderi
Paris[24]Europe Écologie Les Verts1er juin 2019509 (tour unique)David Belliard
Carcassonne[25]Parti socialiste27 juin 201989 (tour unique)Tamara Rivel

Personnalités déclarées candidates

Maires sortants

Députés

Sénateurs

Ministres

Autres personnalités

Communes sans candidature

Sondages au niveau national

Ci-dessous figure la liste des intentions de vote nationales. Les intentions de vote dans les communes spécifiquement sondées peuvent se trouver dans la page qui leur est consacrée.

InstitutDateÉchantillonAbstentionLO/NPAPCFLFIG·sEELVPSLREMMoDemUDILRDLFRNAutres
Harris Interactive22 mai - 7 juin 20181 6742%9%2%19%27%5%18%5%13%

Selon un sondage OpinionWay de juin 2019, 68 % des Français considèrent que le maire est l'élu qui comprend le mieux les préoccupations au quotidien, 65 % peuvent citer son nom et son étiquette politique, 71 % sont satisfaits de son travail depuis 2014, 73 % adhèrent au non-cumul des mandats et 51 % souhaitent le réélire ou élire un candidat qu'il soutient[62].

Résultats

Communes de plus de 100 000 habitants

Tableau synthétique des maires des villes de plus de 100 000 habitants sortants et élus en 2020
VilleDépartementMaire sortantPartiMaire éluParti
Aix-en-ProvenceBouches-du-RhôneMaryse Joissains-MasiniLR
AmiensSommeBrigitte FouréUDI
AngersMaine-et-LoireChristophe Béchu[c]DVD
AnnecyHaute-SavoieJean-Luc RigautUDI
ArgenteuilVal-d'OiseGeorges MothronLR
BesançonDoubsJean-Louis Fousseret*[d]LREM
BordeauxGirondeNicolas FlorianLR
Boulogne-BillancourtHauts-de-SeinePierre-Christophe BaguetLR
BrestFinistèreFrançois CuillandrePS
CaenCalvadosJoël BruneauLR
Clermont-FerrandPuy-de-DômeOlivier BianchiPS
DijonCôte-d'OrFrançois RebsamenPS
GrenobleIsèreÉric PiolleEELV
Le HavreSeine-MaritimeJean-Baptiste GastinneLR
Le MansSartheStéphane Le FollPS
LilleNordMartine AubryPS
LimogesHaute-VienneÉmile-Roger LombertieLR
LyonRhôneGérard Collomb[d]LREM
MarseilleBouches-du-RhôneJean-Claude Gaudin*LR
MetzMoselleDominique Gros*PS
MontpellierHéraultPhilippe SaurelDVG
MontreuilSeine-Saint-DenisPatrice BessacPCF
MulhouseHaut-RhinMichèle LutzLR
NancyMeurthe-et-MoselleLaurent Hénart[e]MRSL
NantesLoire-AtlantiqueJohanna RollandPS
NiceAlpes-MaritimesChristian EstrosiLR
NîmesGardJean-Paul FournierLR
OrléansLoiretOlivier CarréDVD
ParisParisAnne HidalgoPS
PerpignanPyrénées-OrientalesJean-Marc PujolLR
ReimsMarneArnaud RobinetLR
RennesIlle-et-VilaineNathalie AppéréPS
RouenSeine-MaritimeYvon Robert*PS
Saint-DenisLa RéunionGilbert AnnettePS
Saint-DenisSeine-Saint-DenisLaurent RussierPCF
Saint-ÉtienneLoireGaël PerdriauLR
Saint-PaulLa RéunionJoseph SinimaléLR
StrasbourgBas-RhinRoland Ries*PS
ToulonVarHubert FalcoLR
ToulouseHaute-GaronneJean-Luc MoudencLR
ToursIndre-et-LoireChristophe BouchetMRSL
VilleurbanneRhôneJean-Paul BretPS
* Ne se représente pas

Notes et références

Notes

  1. Élu en 2019 après la démission d'Alain Juppé.
  2. Élu en 2012 après la démission de Dominique Riquet ; réélu en 2014 comme tête de liste de l'UDI et du Parti radical.
  3. Élu en 2014 comme tête de liste de l'UMP devenue LR.
  4. a et b Élu en 2014 comme tête de liste du PS.
  5. Élu en 2014 comme tête de liste de l'UDI et du Parti radical.

Références

  1. « Les Français rejettent les partis traditionnels: une aubaine pour Macron », sur Challenges (consulté le 28 décembre 2018).
  2. « La fin des partis traditionnels, histoire d’un chamboulement citoyen », sur Le Monde (consulté le 28 décembre 2018).
  3. « Les partis sont morts… et après? », sur Slate (consulté le 28 décembre 2018).
  4. « Mais qui reste-t-il au Parti socialiste? », sur Le Journal du dimanche (consulté le 28 décembre 2018).
  5. « Municipales 2020 : la moitié des maires envisage de ne pas se représenter », sur Les Échos (consulté le 28 décembre 2018).
  6. « Municipales : un maire sur deux envisage de passer le flambeau en 2020 », sur Le Point (consulté le 28 décembre 2018).
  7. « Jean-Claude Gaudin confirme qu’il ne briguera pas un cinquième mandat à la mairie de Marseille », sur Le Monde (consulté le 28 décembre 2018).
  8. « Les élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars 2020 », sur Franceinfo, (consulté le 16 juillet 2019)
  9. Article L. 252 du Code électoral
  10. Article L. 253 du Code électoral
  11. Article L. 255-4 du Code électoral
  12. Article L. 255-3 du Code électoral
  13. Article L. 257 du Code électoral
  14. Article L. 260 du Code électoral
  15. Article L. 264 du Code électoral
  16. Article L. 262 du Code électoral
  17. Article L. 273-11 du Code électoral
  18. Article R. 117-4 du Code électoral
  19. « Municipales 2020, le MoDem se démarque de LREM », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2019)
  20. a et b Émilie Denètre, « L'organisation de « primaires locales » demeure rare... et devrait le rester ! », sur Le Courrier des maires, (consulté le 18 juin 2019).
  21. « Roubaix : Le collectif Roubaix 2020 lance une primaire pour désigner son leader », sur La Voix du Nord, (consulté le 20 juillet 2019).
  22. « Municipales à Pontivy. Marie-Madeleine Doré Lucas remporte la primaire de gauche », sur Ouest-France, (consulté le 18 juin 2019).
  23. Nicolas Zaugra, « Municipales 2020 à Metz : le PS a officiellement désigné son candidat pour succéder à Dominique Gros », sur Lorraine Actu, (consulté le 22 juin 2019).
  24. « David Belliard élu tête de liste EE-LV pour les municipales à Paris », sur Libération, (consulté le 19 juin 2019).
  25. L. C., « Carcassonne : Tamara Rivel remporte la primaire du PS pour les municipales », sur L'Indépendant, (consulté le 4 juillet 2019).
  26. « Municipales : LREM soutient Nathalie Nieson », sur L'Impartial, (consulté le 20 juillet 2019).
  27. Centre France, « Politique - Municipales 2020 en Corrèze : ces huit communes à enjeux », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 17 août 2019)
  28. « Calais - Municipales 2020 : « Oui, je suis Macron-compatible » », sur La Voix du Nord, (consulté le 20 juillet 2019).
  29. « [Politique] Saint-Paul : Sinimalé en campagne malgré des hauts et des bas », sur Clicanoo.re, (consulté le 20 juillet 2019).
  30. « Municipales 2020 à Valenciennes : Laurent Degallaix se représentera avec le soutien de La République en marche », sur France 3 Hauts-de-France, (consulté le 18 juin 2019).
  31. « Mohamed Laqhila "candidat" à la mairie d'Aix-en-Provence pour 2020 », sur La Provence (consulté le 4 mai 2019).
  32. « Municipales 2020 : Anne-Laurence Petel se lance à Aix », sur La Provence (consulté le 4 mai 2019).
  33. Nelly Assénat, « Frédérique Lardet sera candidate aux élections municipales de mars 2020 à Annecy », sur France Bleu, (consulté le 14 mai 2019).
  34. « POLITIQUE. Municipales à Avignon : le député Cesarini candidat à l’investiture LREM », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 20 juillet 2019).
  35. « Éric Alauzet, candidat aux élections municipales », sur L'Est républicain, (consulté le 14 mai 2019).
  36. « Christophe Bouillon briguera la mairie de Barentin en 2020!" », sur Paris Normandie (consulté le 4 mai 2019).
  37. Lukas Garcia, « [Politique] Ratenon candidat à Bras-Panon », sur Clicanoo, (consulté le 20 mai 2019).
  38. Marie Tranchant, « Bruay-la-Buissière : le « prochain Hénin-Beaumont » visé par le RN », sur Le Figaro, (consulté le 3 juillet 2019).
  39. « Municipales à Grenoble : la députée Emilie Chalas candidate à l'investiture LREM », sur France 3 (consulté le 4 mai 2019).
  40. Christophe Preteux, « Le député PCF Jean-Paul Lecoq candidat aux municipales au Havre », sur Paris Normandie, (consulté le 2 août 2019).
  41. « Municipales - Nathalie Bassire : « je serai candidate au Tampon » », sur Clicanoo.re, (consulté le 20 juillet 2019).
  42. « Municipales 2020 : Olivier Serva officiellement investi par La République en marche », sur Outremers360.com, (consulté le 3 août 2019).
  43. « Lille La députée macroniste Valérie Petit se déclare clairement candidate à la mairie de Lille », sur La Voix du Nord (consulté le 20 mai 2019).
  44. « Municipales à Marseille: le député Saïd Ahamada candidat à l'investiture LREM », sur France 3, (consulté le 11 juin 2019).
  45. a b et c « Ces députés qui pourraient bien retourner leur écharpe », sur La Chaîne parlementaire, (consulté le 18 juin 2019).
  46. « Municipales 2020 : Patrick Vignal est candidat à la mairie de Montpellier », sur France 3 Occitanie (consulté le 8 juillet 2019)
  47. Christophe Jaunet, « Nantes. La députée LREM Sophie Errante postule à la candidature aux municipales », sur Ouest-France, (consulté le 1er juin 2019).
  48. « Le député Ramos candidat aux municipales à Orléans : "Je me prépare à être tête de liste !" », sur La République du Centre (consulté le 4 mai 2019).
  49. « Municipales à Paris : Benjamin Griveaux officialise sa candidature », sur L'Express (consulté le 4 mai 2019).
  50. « Perpignan : le député Romain Grau affiche ses ambitions », sur L'Indépendant (consulté le 4 mai 2019).
  51. Laure Moysset, « Municipales 2020 - Louis Aliot se détache du Rassemblement national pour « prendre Perpignan » », sur L'Indépendant, (consulté le 14 mai 2019).
  52. « Municipales 2020 : Huguette Bello officialise sa candidature à St-Paul », sur Zinfos974, (consulté le 2 août 2019).
  53. Antoine Compigne, « Candidate aux municipales à Sens en 2020, la députée Michèle Crouzet quitte La République en marche », sur L'Yonne républicaine, (consulté le 3 août 2019).
  54. « Cécile Muschotti (LREM) : « J’ai envie d’être candidate à Toulon car je suis en colère » », sur La Marseillaise (consulté le 17 juin 2019).
  55. « Municipales à Lille : Marc-Philippe Daubresse investi par les Républicains, la droite locale divisée », sur France Bleu, (consulté le 20 juillet 2019).
  56. « Marseille : Ravier, du Front national au "rassemblement municipal" », sur La Provence, (consulté le 29 septembre 2018).
  57. « Bruno Gilles (LR) assure être « candidat jusqu’au bout » pour Marseille », sur 20 minutes, (consulté le 20 juillet 2019).
  58. « Municipales à Paris : Ian Brossat désigné chef de file pour le PCF », sur Ouest-France, (consulté le 4 août 2019).
  59. « Municipales 2020 à Paris : Rachida Dati sera candidate, quoi qu’il arrive », sur Le Parisien, (consulté le 20 juillet 2019).
  60. « Gaspard Gantzer officialise sa candidature pour la mairie de Paris », sur Le Monde, (consulté le 20 juillet 2019).
  61. « Municipales: la candidate Danielle Simonnet souhaite l’annulation des J.O. de Paris », sur BFM TV, (consulté le 4 août 2019).
  62. Sondage OpinionWay pour UNCCAS et Public Sénat, « Les Français, leur maire et les élections municipales de 2020 »,

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :