Affaire Harvey Weinstein

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weinstein.
Affaire Harvey Weinstein
Harvey Weinstein en 2011.
Harvey Weinstein en 2011.

Nature du crime Harcèlement sexuel
Type de crime Viols et agressions sexuelles
Pays de lieu du crime États-Unis et autres
Nombre de victimes 1 : 7
Jugement
Statut Affaire en cours

L'affaire Harvey Weinstein est la révélation publique de harcèlements et d'agressions sexuelles attribuées [1] à Harvey Weinstein, personnalité influente de l' industrie du cinéma américain.

En octobre 2017, le  New York Times et le  New Yorker rapportent qu'une douzaine de femmes accusent Harvey Weinstein, un  producteur de cinéma américain renommé, de  harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol. À la suite de ces accusations, de nombreuses autres personnalités féminines de l'industrie du cinéma accusent Weinstein de faits similaires. Weinstein dément avoir eu des relations sexuelles non consenties.

Peu après la révélation des premières accusations, Harvey Weinstein est licencié de sa compagnie, la  Weinstein Company, et exclu de l' Academy of Motion Picture Arts and Sciences et d'autres associations professionnelles. Des enquêtes judiciaires et des plaintes sont lancées par six femmes à  Los Angeles, New York, et  Londres. À la suite de cette affaire particulièrement médiatisée, de nombreuses personnalités publiques, issues notamment du monde du spectacle, se voient reprocher des faits similaires.

Les retombées internationales de cette affaire sont importantes tant en Europe qu'en Amérique latine et en Asie. Elles entraînent de nombreuses manifestations ainsi que d'innombrables mobilisations sur les réseaux sociaux, conduisant à la mise en accusation de nombreuses personnalités publiques des médias, de la politique et du spectacle.

Contexte américain

En 1998, Gwyneth Paltrow est la première à évoquer publiquement le comportement de Weinstein.

Harvey Weinstein et son frère  Bob Weinstein créent la compagnie de production cinématographique Miramax et dirigent l'entreprise de 1979 à 2005 [2]. En mars 2005, les Weinsteins fondent  The Weinstein Company et quittent Miramax en septembre [3], [4].

Des rumeurs de pratiques de «  promotion canapé » à propos de Weinstein circulent à  Hollywood depuis des années et des personnalités notoires de l'industrie du cinéma y font parfois allusion [5]. En 1998,  Gwyneth Paltrow indique, dans l'émission  Late Show with David Letterman, que Weinstein « peut vous obliger à faire un truc ou deux ».

En 2005, Courtney Love lance un avertissement destiné aux jeunes actrices : « Si Harvey Weinstein vous invite à une fête privée au  Four Seasons, n'y allez pas [6]. »

En 2010, un article, intitulé « Harvey's Girls » [7] (« Les filles de Harvey ») pour Pajiba, évoque la réputation de Weinstein à propos de ses pratiques de « promotion canapé » : « Régulièrement au fil des ans, Harvey choisit une nouvelle fille et en fait sa favorite. »

En 2012, un personnage de la série télévisée  30 Rock indique :

« Je n'ai peur de personne dans le show business, j'ai décliné les avances sexuelles de Harvey Weinstein pas moins de trois fois. »

À la cérémonie des  Oscars de 2013, l'animateur  Seth MacFarlane plaisante en annonçant les nominations pour les  Oscars de la meilleure actrice : « Félicitations, vous voici désormais cinq à ne plus avoir à prétendre être attirée par Harvey Weinstein. »

En 2015, Jordan Sargent écrit, dans un article de Gawker  intitulé « Tell Us What You Know About Harvey Weinstein's 'Open Secret' » [8] (« Dites-nous ce que vous savez à propos du secret de polichinelle de Harvey Weinstein »), que :

« [les] rumeurs concernant la pratique de Harvey de monnayer son pouvoir dans l'industrie en échange de faveurs sexuelles — consenties ou non — ont tendance à demeurer confinées à des conversations murmurées et des commentaires de blogs au niveau du commérage. »

La même année, le  New York Times rapporte que Weinstein est interrogé par la police, après qu'une femme de 22 ans l'a accusé d'attouchements inappropriés [9]. La femme en question, le modèle italien Ambra Gutierrez, coopère avec la police pour obtenir un enregistrement audio dans lequel Weinstein admet l'avoir touchée de façon inappropriée [10]. Alors que l'enquête de police progresse, les tabloïds commencent à publier des articles diffamatoires à propos de Gutierrez, la décrivant comme une arriviste opportuniste [11]. Le procureur de Manhattan  Cyrus Vance Jr. decide de ne pas poursuivre Weinstein, en alléguant un manque de preuves, contre l'avis même des services de police qui considèrent les preuves à charge suffisantes.

Les allégations de 2017

Des allégations de comportement sexuel abusif de la part de Weinstein sont rapportées par les journalistes Jodi Kantor et Megan Twohey dans le New York Times le 5 octobre 2017. Les témoignages accusent Weinstein de harcèlement sexuel pendant trois décennies, et indiquent aussi qu'il a conclu huit arrangements financiers avec huit femmes de la Miramax et la Weinstein Company [12], [13].

Le 10 octobre 2017, le correspondant de  NBC News Ronan Farrow dévoile dans le The New Yorker les allégations supplémentaires de 13 femmes agressées sexuellement, en indiquant qu'il en aurait également violé trois [14]. Farrow indique qu'il souhaitait dévoiler l'affaire quelques mois auparavant avec NBC, mais qu'il a subi des pressions pour ne pas publier [15], ce que NBC dément [16]. Selon Farrow, 16 assistants et responsables en relation professionnelle avec Weinstein ont indiqué avoir été témoins ou informés des avances sexuelles non consenties de Weinstein à des femmes. Quatre actrices ont indiqué leurs soupçons concernant le fait qu'après avoir repoussé les avances de Weinstein ou s'en être plaintes, il les a retirées des projets ou convaincu d'autres de le faire. Nombre de sources de Farrow ont indiqué que Weinstein faisait référence à son influence pour faire publier des histoires dans les médias à propos des personnes ayant croisé son chemin. The New Yorker publie l'enregistrement de la police de New York City police de 2015 dans lequel Weinstein admet avoir touché Gutierrez.

Le 20 octobre 2017, l'actrice Heather Kerr donne des détails sur l'agression sexuelle qu'elle a subie [17].

Tentatives de discréditation des victimes

Harvey Weinstein fait appel en 2016 à diverses sociétés dont Kroll et Black Cube  (en) pour tenter de discréditer les femmes qui se plaignent de son comportement. Un contrat de 1,3 million de dollars est conclu avec l'agence de renseignement privée Black Cube. Cette société, qui compte d'anciens agents du Mossad et de l' Aman, admet en novembre 2017 que ce contrat était une erreur [18], [19], [20] et fait des excuses publiques.

Le but avéré est d'empêcher la publications des affaires de harcèlement et du livre de Rose McGowan intitulé Brave. Les agences de renseignement ont pour mission de collecter des informations personnelles et de dresser des profils psychologiques des anciennes victimes. Weinstein supervise les enquêtes et demande même à des anciens employés de téléphoner aux personnes concernées. Il fait également appel à ses avocats, dont David Boies, célèbre pour avoir défendu l'égalité dans le mariage devant le Congrès et réglé le litige concernant Al Gore lors des élections présidentielles américaines de 2000. Boies signe même un contrat avec Black Cube visant à empêcher une publication dans The Times, alors que sa société représente le journal dans d'autres affaires.

Ben Wallace du magazine New York et Rose Mcgowan sont ainsi contactés par une femme se présentant comme Diana Filip [20] de Reuben Capital  (en) dans le cas de Mcgowan et Anna pour Ben Wallace, se prétendant soit solidaire des agressions, soit elle-même victime.

La même personne envoie également des e-mails à Jodi Kantor du Times. Un site fictif pour Reuben Capital est même créé, avec une section « Women Focus ».

Victimes déclarées

Selon Claire Tervé du Huffington Post, le 30 octobre 2017, 93 femmes se disent victimes de Harvey Weinstein et 14 témoignent avoir été violées [21].

  1. Amber Anderson
  2. Lysette Anthony
  3. Asia Argento
  4. Rosanna Arquette
  5. Jessica Barth
  6. Kate Beckinsale
  7. Zoë Brock
  8. Juls Bindi
  9. Cynthia Burr
  10. Liza Campbell
  11. Marisa Coughlan
  12. Emma de Caunes
  13. Hope Exiner d’Amore
  14. Florence Darel
  15. Cara Delevingne
  16. Juliana De Paula
  17. Sophie Dix
  18. Lacey Dorn
  19. Dawn Dunning
  20. Lina Esco
  21. Alice Evans
  22. Lucia Evans
  23. Angie Everhart
  24. Claire Forlani
  25. Romola Garai
  26. Louisette Geiss
  27. Louise Godbold
  28. Judith Godrèche
  29. Trish Goff
  30. Eva Green
  31. Ambra Gutierrez
  32. Mimi Haleyi
  33. Daryl Hannah
  34. Salma Hayek
  35. Lena Headey
  36. Lauren Holly
  37. Dominique Huett
  38. Angelina Jolie
  39. Ashley Judd
  40. Minka Kelly
  41. Katherine Kendall
  42. Heather Kerr
  43. Mia Kirshner
  44. Myleene Klass
  45. Laura Madden
  46. Natassia Malthe
  47. Brit Marling
  48. Sarah Ann Masse
  49. Ashley Matthau
  50. Rose McGowan
  51. Natalie Mendoza
  52. Sophie Morris
  53. Katya Mtsitouridze
  54. Emily Nestor
  55. Jennifer Siebel Newsom
  56. Connie Nielsen
  57. Lupita Nyong'o
  58. Lauren O'Connor
  59. Gwyneth Paltrow
  60. Samantha Panagrosso
  61. Zelda Perkins
  62. Vu Thu Phuong
  63. Sarah Polley
  64. Tomi-Ann Roberts
  65. Lisa Rose
  66. Erika Rosenbaum
  67. Melissa Sagemiller
  68. Annabella Sciorra
  69. Léa Seydoux
  70. Lauren Sivan
  71. Chelsea Skidmore
  72. Mira Sorvino
  73. Tara Subkoff
  74. Paula Wachowiak
  75. Paula Williams
  76. Sean Young

Harcèlement et agressions sexuelles

Plus de 60 femmes ont annoncé publiquement avoir subi les viols, agressions sexuelles et le harcèlement de Weinstein [22]. Selon leurs témoignages, il invitait les jeunes actrices dans un motel ou au bureau sous le prétexte de discuter de leur carrière, et exigeait ensuite un massage ou un rapport sexuel. Des collègues et collaborateurs de Weinstein ont indiqué aux journalistes que ces pratiques étaient rendues possibles par le personnel, les personnes associées et les agents qui organisaient ces rendez-vous, ainsi que par les avocats et les publicistes qui supprimaient les plaintes à l'aide de menaces et arrangements financiers [23].

Les femmes ayant indiqué des agressions de la part de Weinstein incluent une longue liste [24].

Viols

Plusieurs femmes ont porté des accusations de viol : 

  1. Lysette Anthony a annoncé à la police britannique que Weinstein l'a violée à la fin des années 1980 chez elle à Londres [25].
  2. Asia Argento a raconté au The New Yorker qu'en 1997 Weinstein l'a invitée dans une chambre d'hôtel, a levé sa jupe, l'a forcé à ouvrir les jambes et pratiqué un cunnilingus sur elle alors qu'elle lui demandait de façon répétée d'arrêter.
  3. Lucia Evans déclare qu'après un rendez-vous d'affaire en 2001, Weinstein l'a contrainte à un rapport sexuel oral.
  4. Hope Exiner d'Amore, une ancienne employée de Weinstein, déclare avoir été violée durant un voyage professionnel à New York à la fin des années 1970.
  5. Selon Mimi Haleyi, Weinstein l'a forcée à des relations sexuelles orales non consenties dans l'appartement de Weinstein à New-York en 2006 alors qu'elle avait une vingtaine d'années [26].
  6. Dominique Huett indique que Weinstein a pratiqué une relation de sexe orale non consentie sur elle pour ensuite se livrer à d'autres actes sexuels devant elle [27].
  7. Natassia Malthe raconte qu'en 2008, Weinstein s'est introduit dans sa chambre d'hôtel à Londres et l'a violée [28].
  8. Rose McGowan écrit sur Twitter qu'elle a averti le directeur de  Amazon Studios Roy Price que Weinstein l'avait violée, mais que Price a ignoré ses allégations et continué à collaborer avec Weinstein [29]. Price a démissionné plus tard de son poste après des révélations de harcèlement sexuel de sa part [30].
  9. Annabella Sciorra affirme qu'au début des années 1990, Weinstein a forcé l'entrée de son appartement, l'a poussée dans son lit et violée [31].
  10. Une femme anonyme indique au The New Yorker que Weinstein l'a invitée dans une chambre d'hôtel et l'a forcée à accepter une relation sexuelle malgré ses protestations.
  11. Une autre actrice anonyme rapporte au  Los Angeles Times qu'en 2013, Weinstein à force de harcèlement entre dans sa chambre d'hôtel, la saisit par les cheveux, la traîne jusque dans la salle de bain et la viole [32].
  12. Paz de la Huerta déclare à CBS News qu'elle a été violée à deux reprises en 2010 par Weinstein [33], [34]. Une enquête est ouverte par le bureau du procureur de Manhattan.

Les réponses d'Harvey Weinstein

En réponse à l'article du New York Times, Harvey Weinstein indique : « Je saisis que la façon de me comporter avec mes collègues dans le passé a causé beaucoup de souffrance et je m'excuse sincèrement ». Il dit qu'il est maintenant en congé sabbatique et qu'il suit une thérapie pour traiter le problème de front. Sa conseillère juridique, Lisa Bloom, le décrit comme un dinosaure apprenant de nouvelles façons de faire, mais après avoir reçu des critiques du conseil d'administration de la Weinstein Company, elle termine son contrat de travail avec Weinstein le 7 octobre 2017 [35].

L'avocat d'Harvey Weinstein, Charles Harder, indique que son client va poursuivre The New York Times [36], mais le 15 octobre Harder ne travaille plus pour lui [37].

En réponse au New Yorker, une porte-parole d'Harvey Weinstein indique :

Any allegations of non-consensual sex are unequivocally denied by Mr. Weinstein. Mr. Weinstein has further confirmed that there were never any acts of retaliation against any women for refusing his advances... Mr. Weinstein has begun counseling, has listened to the community and is pursuing a better path. Mr. Weinstein is hoping that if he makes enough progress, he will be given a second chance.

« Monsieur Weinstein nie sans équivoque toute allégation de relation sexuelle non consentie. Monsieur Weinstein a aussi ajouté qu'il n'a jamais eu aucun geste de représaille envers des femmes qui auraient refusé ses avances. Monsieur Weinstein a commencé à consulter, il a écouté ce qu'on disait de lui et commencé à améliorer son comportement. Monsieur Weinstein espère qu'au vu de sa bonne volonté on lui donnera une seconde chance. »

Début novembre 2017, Benjamin Brafman est choisi par Harvey Weinstein pour le représenter dans les affaires d'agressions sexuelles qui concernent ce dernier [38].

Réactions

Georgina Chapman annonce son divorce avec Weinstein.

Les agissements allégués de Weinstein sont dénoncés par des personnalités éminentes de l'industrie du divertissement et de la sphère politique, et provoquent des discussions publiques à propos de ce que l' Academy of Motion Picture Arts and Sciences indique être « l'ignorance voulue et la complicité honteuse avec des comportements de prédateurs sexuels et de harcèlement au travail dans l'industrie du cinéma » [39]. The Guardian contacte 20 acteurs masculins qui ont travaillé avec Weinstein ; aucun ne commente. L'article conclut qu'alors que la plupart des femmes condamnent les agissements de Weinstein, « la plupart des hommes influents de l'industrie du cinéma sont demeurés silencieux » [40].

Associations professionnelles 

Le 8 octobre 2017, le conseil d'administration de la  Weinstein Company licencie Weinstein [41] et le 17 octobre il démissionne de son poste au conseil d'administration [42]. Plusieurs entreprises mettent fin à leur collaboration avec la Weinstein Company, notamment  Apple (9 octobre 2017) [43], Hachette (12 octobre) [44], Amazon (13 octobre) [45], Lexus et Ovation (25 octobre) [46].

Durant la semaine suivant le licenciement de Weinstein, la  British Academy of Film and Television Arts suspend le statut de membre de Weinstein [47] et l'  Academy of Motion Picture Arts and Sciences, qui octroie les  Academy Awards, expulse Weinstein. De plus, la  Producers Guild of America expulse Weinstein après un vote du Conseil d'administration unanime [48].

Enquête judiciaire 

En octobre 2017, la  police de New York (NYPD), la  police de Londres et la  police de Los Angeles (LAPD) enquêtent sur les allégations d'agressions de Weinstein suite aux rapports sur ses agissements [49]. Les investigations concernent les allégations de sept femmes concernant des agressions commises entre 1980 et 2015, à Londres et ailleurs [50]. L'enquête de la LAPD concerne une allégation de viol par une actrice anonyme.

Le 23 octobre 2017, le procureur général de New York Eric Schneiderman ouvre une enquête sur les droits civiques concernant la Weinstein Company, en introduisant une  subpoena (injonction) concernant des registres ayant trait à des plaintes pour harcèlement sexuel et discrimination au sein de l'entreprise Weinstein [51].

La police de Beverley Hills annonce l'ouverture d'une enquête le 30 octobre [52]. À cette date, 80 femmes ont témoigné publiquement avoir été victimes de Harvey Weinstein. James Toback est également mis en cause pour des faits similaires.

Le 11 février 2018, Le procureur de l’Etat de New York annonce avoir assigné en justice le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert, pour ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations [53], [54].

Politique

Des personnalités du monde politique condamnent les agissements d'Harvey Weinstein. Hillary Clinton, Barack Obama et  Michelle Obama dénoncent le comportement allégué de Weinstein le 10 octobre 2017 [55]. Le président français Emmanuel Macron initie le retrait de la Légion d'honneur de Weinstein [56]. Au Royaume-Uni, des membres du parti travailliste du parlement exigent le retrait du titre de  Commander of the British Empire de Weinstein [57].

Des politiciens soutenus par Harvey Weinstein donnent les fonds reçus à des organismes de charité, notamment les sénateurs démocrates  Al Franken [58], Patrick Leahy et Martin Heinrich [59].

Autres réactions

L'épouse de Weinstein Georgina Chapman annonce le 10 octobre 2017 qu'elle demande le divorce [60].

En octobre 2017, l' University at Buffalo débute une procédure de révocation de son diplôme honorifique [61] et l' Université Harvard abroge la médaille de 2014 W. E. B. Du Bois, attribuée à des personnes en reconnaissance de leurs contributions à la culture afro-américaine [62].

Le 19 octobre 2017, Quentin Tarantino reconnaît publiquement avoir fermé les yeux à l'époque des faits [63] :

« Je savais qu'il avait fait plusieurs de ces choses. J'aurais aimé prendre mes responsabilités par rapport à ce que j'ai entendu. Si j'avais fait ce que j'aurais dû faire alors, je n'aurais pas dû travailler avec lui [64], [65], [66]. »