Château de Castelnaud

Château de Castelnaud
Image illustrative de l’article Château de Castelnaud
Vue de l'édifice.
Période ou stylemédiéval
TypeChâteau fort
Début constructione siècle
Propriétaire actuelKléber Rossillon
Destination actuelleMusée de la guerre au Moyen Âge
ProtectionLogo monument historique Classé MH (1980, château et enceinte)
 Inscrit MH (1980, châtelet)
Site web http://www.castelnaud.com
Coordonnées 44° 48′ 57″ nord, 1° 08′ 56″ est
PaysDrapeau de la France France
Région historiquePérigord
RégionNouvelle-Aquitaine
DépartementDordogne
CommuneCastelnaud-la-Chapelle

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Castelnaud

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Château de Castelnaud

Le château de Castelnaud est une forteresse médiévale située dans la commune de Castelnaud-la-Chapelle, dans le département français de la Dordogne. En 1980, il a été classé au titre des monuments historiques et son châtelet d'entrée a été inscrit au titre des monuments historiques[1].

Présentation

Situé à la confluence de la vallée de la Dordogne et de la vallée du Céou qu’il surplombe, le château de Castelnaud fait face à la forteresse de Beynac, son éternel rival médiéval, aux jardins de Marqueyssac et au village de La Roque-Gageac.

Historique

Histoire médiévale

Un premier château est construit au XIIe siècle avant d’être détruit durant la croisade des albigeois menée par les armées de Simon de Monfort.

Après le traité de Paris en 1259, Castelnaud reconnaît la suzeraineté du duc d'Aquitaine, Henri III d'Angleterre. Un nouveau château est alors rebâti au cours du e siècle. En 1368, Magne de Castelnaud épouse le seigneur Nompard de Caumont. Les Caumont deviennent alors les seigneurs de Castelnaud et de Berbiguières.

Prenant le parti des Anglais pendant la guerre de Cent Ans, il est définitivement pris en 1442 par les armées du roi de France, Charles VII. À la suite du conflit, la famille de Caumont récupère le château et en reste propriétaire jusqu’à la Révolution.

Sans cesse adaptés au progrès de l’artillerie, les travaux d’aménagement se poursuivent jusqu’au début du e siècle. Après avoir été abandonné à la Révolution, le château sert de carrière de pierres en 1832. Sa restauration s'étend de 1967 à 2012.

Exceptionnel exemple de fortification privée féodale, son parti architectural est rationnel et efficace : le donjon, à cheval sur l’enceinte au profil en forme d’éperon, protège l’entrée principale ; percée de nombreuses archères, cette courtine fait partie d’un système défensif performant succédant à deux lignes défensives.

Réhabilitation

En 1965, Philippe Rossillon, énarque, grand défenseur de la francophonie et maire de Beynac-et-Cazenac, avait eu l’idée de racheter la ruine du château de Castelnaud pour la rénover. Vingt ans après, en 1985, il l’ouvre au public sous la forme d’un musée de la guerre au Moyen Âge. Son fils Kléber Rossillon, natif de Paris, avait passé son enfance en Périgord noir. Il quitte l’Aérospatiale où il travaille pour se lancer dans le tourisme avec le château de Castelnaud et le jardin de Marqueyssac.

Musée de la guerre

Inauguré en 1985, le musée de la guerre au Moyen Âge investit les salles du logis seigneurial. Le fonds de la collection est constitué de 250 pièces d’armes du XIIIe au XVIIe siècle, en provenance de l’Europe (épées, hallebardes, armures, arbalètes, pièces d'artillerie), reconstitutions d’engins de siège ainsi qu’un ensemble mobilier. Le musée s’articule de façon dynamique selon une succession d’espaces différents : salle d’artillerie, coursives, salles d’armes, maquettes, salles vidéo, terrasses, magasin d’armes, casemates, atelier du batteur d’armure, cuisine, salle haute du donjon meublé, galerie de hourds, pour un total de quinze salles.

Le château est fréquenté annuellement par plus de 220 000 visiteurs[2].

Classement

Après un premier classement au titre des monuments historiques en 1966, le château et son enceinte sont classés le , et, le même jour, le châtelet d'entrée est inscrit au titre des monuments historiques[1].

Tourisme

Aujourd’hui, le site accueille plus de 220 000 visiteurs par an dont 20 000 scolaires.

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées au château

Notes et références

  1. a et b « Château de Castelnaud », notice no PA00082446, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 18 mai 2011.
  2. Émilien Gomez, « Abandonné, puis réhabilité », Sud-Ouest édition Dordogne, 12 octobre 2017, p. 14.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Fernand de La Tombelle, « Le château de Castelnaud », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1918, Société historique et archéologique du Périgord, 1918, (lire en ligne), avec des dessins d'Henri Laffillée.
  • H. Waquet, « Quelques détails sur l'histoire du château de Castelnaud de Berbiguières au XVe siècle », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1944, tome 71, Société historique et archéologique du Périgord, 1944, tome 71, (lire en ligne)
  • Jacques Gardelles, « Le château de Castelnaud », p. 272-286, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Périgord Noir. 1979, Société Française d'Archéologie, Paris, 1982.
  • Jean Lartigaut, « Aspects de la reconstruction du XVe siècle dans les châtellenies de Castelnaud et de Berbiguières », p. 201-226, dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1981, tome 103, livraison no 3.

Articles connexes

Liens externes