Charles Prévost (abbé)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prévost.

Charles Prévost (23 août 1870, Montpellier-23 juin 1947) est un prêtre français qui cache des enfants juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Il aide en particulier Sabine Zlatin, et son œuvre la Maison d'Izieu.

Biographie

Charles Prévost est né le 23 août[1] 1870 à Montpellier, dans une famille d'industriels, Charles Prévost devient, après le décès de sa sœur, l'unique dépositaire de la fortune parentale[2].

Avocat

Il devient avocat à Montpellier et mène une vie mondaine[2].

Prêtre

Charles Prévost entre à l’âge de 28 ans au séminaire Saint-Sulpice, à Paris. Après son ordination, Monseigneur de Cabrières le nomme préfet des études au collège du Sacré-Cœur tenu par des jésuites puis vicaire à la paroisse Sainte-Anne de Montpellier de 1905 à 1907[3].

Orphelinat et Collège Saint François-Pierre Rouge de Montpellier

En 1907 l' archevêque Anatole de Cabrières, qui devient cardinal en 1911, lui demande de s'occuper d'un orphelinat en quasi-faillite situé ancien chemin de Castelnau[3].

Charles Prévost redynamise la maison des apprentis qui apprenaient aux orphelins l'horticulture, la ferronnerie ou l'ébénisterie. Il devient propriétaire d'un domaine d'environ 13 hectares à proximité du centre-ville, où il fait construire une chapelle néogothique, ainsi qu'un "collège". Un des élèves est Michel Galabru qui décrit l'endroit comme l'un des plus beaux de France. Il y avait un bassin avec un jet d'eau lumineux et des cygnes, mais aussi des paons, des biches. C'était presque un zoo.Parmi les élèves notables se trouvent: Roland Faure, PDG de Radio France, le poète Frédéric Jacques Temple et le peintre Vincent Bioulès[2].

Sur la façade du collège, on peut lire la devise "Ora, canta, stude" ("Prie, chante et étudie"). Dans une écurie désaffectée, Charles Prévost avait créé la "salle Bleue", un grand théâtre aux rideaux et aux chaises azur. "J'y ai vu Le Cid par la Comédie-Française et les clowns du cirque Medrano, se souvient Michel Galabru, qui y a lui-même joué "L'anglais tel qu'on le parle", de Tristan Bernard. Jean Bioulès donne des concerts, dont la première du "Roi David", d'Arthur Honegger[2].

Première Guerre mondiale

Pendant la Première Guerre mondiale, le Collège est en partie transformé en hôpital militaire dont Charles Prévost est aumônier[3].

Seconde Guerre mondiale

Sabine Zlatin, la "Dame d'Izieu", résistante juive d'origine polonaise se consacre au sauvetage d'enfants juifs en les plaçant auprès d'hébergeurs clandestins. À sa demande, Charles Prévost cache certains d'entre eux, malgré la présence à seulement 500 mètres de la Gestapo. Il conseille à Sabine Zlatin de se réfugier avec les enfants dans sa villa de Palavas. Restée un temps sur le littoral, dans un lieu tenu à l'abri de tout soupçon pendant la saison hivernale, Sabine Zlatin repart pour Izieu (Ain), où elle crée avec son mari, Miron Zlatin, une "colonie d'enfants réfugiés" (la Maison d'Izieu) afin de les protéger. Mais, sentant la menace croître, elle reprend le chemin de Montpellier pour demander à Charles Prévost de récupérer les enfants. Le temps de cet aller-retour, les Enfants d'Izieu seront raflés le 6 avril 1944 et déportés. Dans sa déposition au procès Barbie, Sabine Zlatin évoque le père Prévost, qu'elle décrit plus tard dans une lettre adressée à son successeur, le prêtre Robert Pin, comme "l'image de la bonté et du courage"[2].

Honneurs

  • À Montpellier, une avenue et un stade - qui fait l'objet d'un projet immobilier controversé - portent son nom[2], de même qu'une église : l'Église Saint-François Abbé Prévost[4].

Association Charles Prévost

Le 14 juillet 1967, l'Association Charles Prévost est fondée[5].

Notes et références

Articles connexes