Coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie

Coalition internationale
en Irak et en Syrie

Pendant la seconde guerre civile irakienne et la guerre civile syrienne

Description de cette image, également commentée ci-après
Irak et Syrie en 2018, au cours de la seconde guerre civile irakienne et de la guerre civile syrienne
Localisation Drapeau de l'Irak  Irak
Drapeau de la Syrie  Syrie
Cible ShababFlag.svg État islamique
Flag of the Al-Nusra Front.svg Front al-Nosra (2014-2016)
Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg Front Fatah al-Cham (2016-2017)
Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham (depuis 2017)
Flag of Jihad.svg Khorassan
Date - En cours
(3 ans, 6 mois et 15 jours)
Participant

Drapeau des États-Unis  États-Unis
1 porte-avions
( USS George H. W. Bush), puis USS Carl Vinson
1 destroyer
( USS Arleigh Burke)
1 croiseur
( USS Philippine Sea)
avions F-22 Raptor [1]
avions F-16 Fighting Falcon
avions F-15 Eagle
avions B-1 Lancer
drones MQ-1 Predator
drones MQ-9 Reaper
3 300 hommes [2], [3], [4]
Forces spéciales

Sociétés militaires privées américaines :
7 000 hommes [5], [6]

Drapeau de l'Arabie saoudite  Arabie saoudite
4 avions F-15S Eagle
4 avions Tornado
4 avions Typhoon
1 avion E-3 Sentry
1 avion KE-3
1 avion Beechcraft 200 [7]

Drapeau de la France  France
1 porte-avions ( Charles de Gaulle) [8]
2 frégates (le Jean Bart, puis le Chevalier Paul) [9], [8]
1 sous-marin nucléaire d'attaque [8]
24 avions Rafale [9], [8]
6 avions Mirage 2000D
9 avions Super-Étendard [8]
1 avion E-2 Hawkeye [8]
1 avion Atlantique 2
1 avion ravitailleur C-135 Stratolifter
1 avion E3F AWACS [10]
4 hélicoptères [8]
Forces spéciales [11]

Drapeau des Émirats arabes unis  Émirats arabes unis
6 avions F-16 Fighting Falcon
6 avions Mirage 2000 [7]

Drapeau de l'Australie  Australie
8 avions F/A18F Super Hornet
1 avion E-7A
1 avion KC-30A [7]
600 hommes [12]
Forces spéciales [13]

Drapeau : Royaume-Uni  Royaume-Uni
8 avions Tornado [7], [14]
1 avion C-130J Super Hercules [7]
1 avion Voyager [7]
1 avion RC-135W [7]
4 drones MQ-9A Reaper [7]

Forces spéciales (principalement le Special Air Service )

Drapeau des Pays-Bas  Pays-Bas
10 avions F-16 Fighting Falcon [7]

Drapeau du Canada  Canada
6 avions CF-18 Hornet
2 avions CP-140 Aurora
1 avion CC-150 Polaris [7]
100 hommes des forces spéciales

Drapeau du Danemark  Danemark
7 avions F-16 Fighting Falcon [7], [15]

Drapeau de la Belgique  Belgique
6 avions F-16 Fighting Falcon [7]
120 hommes [16]
1 frégate ( Leopold Ier) [17]

Drapeau du Maroc  Maroc
retiré 6 avions F-16 Fighting Falcon [7]

Drapeau de la Jordanie  Jordanie
4 avions F-16 Fighting Falcon
1 avion C-130 Hercules [7]

Drapeau de Bahreïn  Bahreïn
4 avions F-16 Fighting Falcon [7]

Drapeau du Qatar  Qatar


2 avions Mirage 2000
1 avion C-130 Hercules [7]

La coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie [18], aussi appelée coalition contre l'État islamique ou coalition anti-EI, est formée en 2014 lors de la seconde guerre civile irakienne et la guerre civile syrienne – qui peut être appelée en 2015 guerre du Levant – afin d'intervenir militairement contre l' État islamique (dit aussi « Daech ») et le Front al-Nosra en Irak et en Syrie. Elle intervient à partir d', et rassemble vingt-deux pays [19], [20], [21]. Ces interventions militaires, principalement aériennes et américaines, s’inscrivent dans le contexte de la seconde guerre civile irakienne et de la guerre civile syrienne [22]. Elles visent à contrer l'expansion des djihadistes salafistes de l'État islamique qui ont conquis durant l'année les villes de Raqqa, Falloujah, Mossoul, ou encore Tikrit.

La coalition dirigée par les États-Unis rassemble les principales armées européennes, l' Australie, le Canada, l' Arabie saoudite, la Jordanie, le Qatar, Bahreïn et les Émirats arabes unis [23]. L' Iran intervient également pour soutenir les gouvernements irakiens et syriens mais indépendamment de la coalition [24].

Les premières frappes contre des positions de l'État islamique débutent le 8 août 2014 en Irak et le 23 septembre en Syrie [19], [20]. Au début d'octobre 2014, l' armée américaine affirme être à l’origine de 90 % des deux mille raids menés depuis le début du conflit [22]. La Russie mène parallèlement sa propre intervention, depuis septembre 2015.

Entre le 8 août 2014 et le 12 juillet 2016, la coalition mène 13 803 frappes aériennes, dont 9 273 en Irak et 4 530 en Syrie [25].

Origines de la coalition

Le 15 août 2014, l'ONU adopte la résolution 2170 qui condamne les actes terroristes d'ISIL violant les droits humains, condamne fortement diverses tueries et massacres sauvages de civils, rappelle le concept de crime contre l'humanité, demande à l'ISIL et l'ANF de cesser immédiatement les violences et actes terroristes, presse tous les États à accomplir leurs obligation relatives à la résolution 1373 (2001), pour trouver et juger les individus et groupes concernés, réitère son appel à chaque État pour contrer l'incitation à des actes terroristes motivés par l'extrémisme ou l'intolérance, et la subversion, condamne le recrutement de combattants terroristes étrangers, appelle les États membres à maîtriser les flux de combattants terroristes étrangers, encourage les États membres à décourager les voyages vers l'Irak ou la Syrie, réaffirme la décisions visant à ce que chaque État contre le commerce d'arme avec ces individus et groupes [26]. La résolution traite aussi de la question du financement des anctions et du reporting.

Le , la conférence internationale de Paris s'engage à fournir « une aide militaire appropriée » à l'Irak pour lutter contre l'État islamique [27], [28].