Enfant

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enfant (homonymie).
L'enfance est une phase de développement et d'apprentissage nécessitant la bienveillance. Ici deux sœurs marchent à travers une prairie, l'une, plus grande, guidant probablement l'autre.

Un ou une enfant est un jeune être humain, garçon ou fille, en cours de développement et dépendant de ses parents ou autres adultes. L'organisation mondiale de la santé définit l'enfance comme la période de la vie humaine allant de la naissance à 18 ans. Cependant la définition de l'enfance peut différer quelque peu selon les disciplines qui traitent du sujet. Droit, psychologie, médecine, biologie ne fixent pas exactement les mêmes repères. Ainsi, elle commence, soit à la naissance, soit à l'âge de la parole. Elle se termine soit à l'adolescence avec l'entrée dans la puberté, soit à l'âge adulte et à l'âge légal de la majorité civile[1], âge légalement différent d'un pays à l'autre.

L'enfant est étudié plus spécifiquement par certaines disciplines comme la pédiatrie, en médecine, et de nombreuses spécialités médicales pédiatriques comme la pédopsychiatrie, la chirurgie pédiatrique, l'oncologie pédiatrique, etc. Dans le domaine des sciences humaines, elle est étudiée par la psychologie du développement, la psychologie de l'enfant et la psychologie de l'adolescent, les sciences de l'éducation.

Le mot enfant désigne aussi une position relative à un parent, indépendamment de l'âge. « L'enfant de » renvoie alors au statut généalogique, à la filiation légale, ou encore à un lien affectif ou social.

Définitions et étymologie

Ce qui concerne le mot enfant est développé sur la page « enfant » du Wiktionnaire.

Le substantif épicène[2],[3],[4] enfant est un emprunt[5],[6] au latin[5],[7] classique[6] infans (« [celui] qui ne parle pas [encore] »[5],[6],[7] puis, en bas latin, « garçon ou fille de six à quinze ans environ »[5]), dérivé du participe présent de fari (« parler »), avec le préfixe in- à valeur négative[5],[8].

Les concepts d'enfance et les valeurs y étant afférentes ont beaucoup évolué de l'Antiquité à nos jours, selon les civilisations, les classes sociales et les contextes et la personnalité des parents.

Le mot enfant peut être une désignation relative à la filiation, généalogique (voilà ses enfants) ou symbolique (enfant du pays) ; le mot figure aussi par extension un état moral opposable à l'état parent, et préliminaire à l'état adulte[1].

Famille et environnement

Articles détaillés : Psychologie de l'enfant, Style parental et Famille.
Un garçon couvert de cendres volcaniques sur les plages de Mindanao, Philippines. août 2016.
Six enfants sur le Mékong avec des lotus dans les mains, à côté de buffles, au coucher du soleil. Décembre 2017.

L'enfant est dépendant de son environnement et gagne petit à petit son indépendance. Les caractéristiques de son environnement, ses parents, sa culture, l'époque à laquelle il est né, influencent son développement et l'interaction entre l'enfant et son environnement doit être prise en compte pour mieux comprendre son développement, en particulier son développement psychologique[9].

Histoire

Article détaillé : Histoire de l'enfance en Europe.

Mortalité et morbidité

La santé des enfants est étudiée de façon spécifique, objet d'une discipline médicale particulière, elle est aussi étudiée en géopolitique en terme statistique où on dénombre la mortalité infantile pour déduire des corrélations avec d'autres facteurs et éventuellement les corriger. Ainsi, la réduction du taux de mortalité infantile fait partie des Objectifs du millénaire pour le développement de l'Organisation des Nations unies[10].

Éducation

Enfants dans une école élémentaire à Paris.

L'enfance étant nécessairement une période d'apprentissage, l'éducation (étymologiquement l'action de « guider hors de ») est souvent un sujet central quand il est question d'enfance. L'école est ainsi rendue obligatoire dans la plupart des pays du monde mais l'éducation touche d'autre domaines spécifiques comme celui de la littérature d'enfance et de jeunesse.

Droit

Article détaillé : Droits de l'enfant.
L'éducation scolaire est un droit des enfants, qu'elle se fasse en classe (comme ici au Rwanda), ou à distance.

Pour la loi, une personne qui n'est pas adulte est appelée mineur. Dans beaucoup de pays, cette limite est fixée à 18 ans, comme en France où la loi offre une protection accrue et où un « juge des enfants » est chargé de la protection des mineurs et des jeunes majeurs jusqu'à 21 ans.

S'il existe une distinction vis-à-vis de la loi, faisant notamment que la responsabilité des enfants ne peut souvent pas être mise en cause de la même manière que celle des adultes, il existe aussi une Déclaration des droits de l'enfant émise par l'Organisation des Nations unies, et qui à l'instar de la déclaration universelle des droits de l'homme proclame des principes élémentaires et universels que les sociétés doivent viser à respecter[11].

1 - L’enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration.

2 - L’enfant doit bénéficier d’une protection (...) afin d’être en mesure de se développer d’une façon saine et normale (...)
3 - L’enfant a droit, dès sa naissance, à un nom et à une nationalité.
4 - L’enfant doit bénéficier de la sécurité sociale, il doit pouvoir grandir et se développer d’une façon saine (...)
5 - L’enfant (...) doit recevoir le traitement, l’éducation et les soins spéciaux que nécessite son état ou sa situation.
6 - L’enfant (...) doit, autant que possible, grandir (...) dans une atmosphère d’affection et de sécurité morale et matérielle (...)
7 - L’enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire (...)
8 - L’enfant doit, en toutes circonstances, être parmi les premiers à recevoir protection et secours.
9 - L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation (...)
10 - L’enfant doit être protégé contre les pratiques qui peuvent pousser à la discrimination (...)

Extraits des principes élémentaires de la déclarations des droits de l'enfant proclamée par l’ONU le .

Cette déclaration (« d'intention ») est enrichie par l'adoption le , par l'ensemble des pays membres de l'ONU, de la CIDE (Convention Internationale des Droits de l'Enfant). Chaque État l'ayant ratifiée s'engage à appliquer cette convention. L'Unicef est le Fonds des Nations unies chargé de veiller à son application et de défendre les Droits des enfants partout dans le monde.

Mauvais traitements

Article détaillé : maltraitance sur mineur.

La loi impose le respect de l'enfant, dans le cas contraire on qualifie de maltraitance sur mineur les mauvais traitements envers toute personne de moins de 18 ans « entraînant un préjudice réel ou potentiel pour la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité »[12]. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) inclut dans ces mauvais traitements toute violence ou négligence, physique ou affective, notamment les sévices sexuels et l'exploitation commerciale[12].

Travail

Article détaillé : Travail des enfants.
Jeune enfant travaillant seule. Photographiée à Aït-Ben-Haddou, au Maroc, le .

Le travail des enfants est défini au niveau international par l’Organisation internationale du travail (OIT)[13] en comparant l’âge à la pénibilité de la tâche, distinguant le travail « acceptable » (léger, s’intégrant dans l’éducation de l’enfant et dans la vie familiale, permettant la scolarisation) et le travail « inacceptable » (trop longtemps, trop jeune, trop dangereux, etc.). C'est à cette deuxième catégorie que renvoie la notion de « travail des enfants », estimé en 2002 à plus de 210 millions d’enfants de 5 à 14 ans et à 140 millions d'adolescents de 15 à 17 ans[14], et globalement plus de 8 millions dans une des « pires formes de travail des enfants » (enfants soldats, prostitution, pornographie, esclavage moderne, trafic d'enfants...).

Développement physique

Dans l'étude du développement de l'enfant on distingue la croissance physiologique et le développement psychologique.

Avant la naissance

Articles détaillés : embryogenèse humaine et embryologie.

La fécondation marque l'origine de l'unité biologique de l'individu en devenir. En génétique c'est le fait que cette cellule, appelé alors « œuf fécondé », devient zygote (elle possède deux exemplaires de chaque chromosome). On parle ensuite d'embryon à partir du moment où le système nerveux central commence à se mettre en place, c’est le stade de la neurulation. Physiquement c'est le début de la différenciation de la tête, des doigts, des orteils, etc. Enfin, et jusqu'à la naissance il est question de fœtus quand les organes sont distincts et commencent à fonctionner, ce qui correspond environ 8 semaines après la fécondation[15] soit dix semaines d'aménorrhée.

Taille et poids

Article détaillé : Développement staturo-pondéral.

Troubles du développement

Article détaillé : Trouble du développement.

Organes de reproduction

Si physiquement, le développement et la croissance de l'enfant restent plus ou moins continus, mais ne concernent que peu les organes génitaux respectifs qui ne sont pas encore matures, ni les éléments physiologiques de l'Identité sexuelle. Autrement dit, garçons et filles ont une croissance et un développement à peu près comparables, pour ce qui est de la silhouette, la taille, la musculature, etc.

La distinction de développement se produira surtout à la puberté, période de transition de cet état d'enfant à l'état adulte, marqué par l'activation du système hormonal associé à la reproduction (principalement la testostérone pour les hommes, l'œstrogène et la progestérone pour les femmes).

La sécrétion de ces hormones va engendrer un pic de croissance et permettre notamment la maturation de l'appareil reproducteur, mais aussi, le développement du système pileux, un changement de timbre vocal.

Médecine et santé

Portrait d'une fillette décédée, par Johannes Thopas(1682).
Article détaillé : pédiatrie.

La pédiatrie est la médecine qui s'occupe des problèmes de santé des enfants, des spécificités du corps en fonction des âges de l'enfance, mais aussi des spécificités des traitements ou des soins à apporter, comme pour la prise en charge de la douleur chez l’enfant.

Le bon développement psychomoteur est évalué relativement aux étapes normalement franchies en fonction de l'âge dans quatre domaines distincts, la motricité, la préhension, le langage et la compréhension[16].

Mortalité infantile

Prévention des accidents de la route aux abords des écoles.
Article détaillé : Mortalité infantile.

Douleur

Articles détaillés : Douleur chez l'enfant et Douleur.

La capacité à ressentir la douleur apparaît « dès 24-30e semaine de la vie fœtale », mais les filtres inhibiteurs se développent plus tardivement que les voies sensitives nociceptives, donc chez le petit enfant le message douloureux est plus mal régulé, plus mal atténué, que chez l'adulte[17].

Curieusement c'est le contraire qui a longtemps été prétendu grâce à des arguments qualifiés de pseudo-scientifiques par le docteur Daniel Annequin[Note 1]. La prise en charge de la douleur pour les opérations médicales, y compris les plus lourdes, n'incluaient pas de prise en charge de la douleur chez les nouveau-nés et les nourrissons, et ce au moins jusqu'à ce que la preuve de l'effet négatif sur le pronostic de survie soit scientifiquement apportée en 1987 par Kanwaljeet Anand, en même temps que la preuve de la capacité à ressentir la douleur et à y réagir dès avant la naissance[18].

Immunologie

Immunosensibilité : l'enfant réagit mieux que l'adulte âgé à de nombreux microbes, mais son système immunitaire doit se former. Parfois, il réagit excessivement à certains microbes (cf. par exemple la tempête de cytokines, souvent fatale produite par le système immunitaire des enfants face au virus de la grippe de 1918 ou le H5N1, là où les personnes âgées y réagissaient comme face à une grippe normale)[réf. nécessaire].

Respiration

Respiration : parce que le nouveau-né et le jeune enfant en croissance ont des besoins en oxygène et en élimination de CO2 proportionnellement bien plus importants que l'adulte, la respiration de l'enfant diffère fortement de celle de l'adulte par

  • des muqueuses pulmonaires plus fines et fragiles, mais plus souples, avec des sécrétions souvent abondantes de mucus, une meilleure activité mucociliaire, une toux plus efficace et l'éternuement plus facile ou moins contrôlé que chez l'adulte ;
  • une capacité et une fréquence d'inhalation proportionnellement bien plus importante chez le jeune enfant (rapportée au poids ou au volume corporels) ;
  • un taux respiratoire (par rapport au poids corporel) plus important ;
    • 3 fois plus que chez l'adulte pour des enfants de 6 mois à 4 ans ;
    • 2 fois plus que chez l'adulte chez l'enfant de 5 ans à 11 ans.

Ceci signifie que l'enfant est mieux équipé pour respirer, mais qu'il est - pour cette raison - plus exposé que l'adulte (dans les proportions indiquées ci-dessus) quand il inhale le même air pollué ;
autrement dit : quand l'adulte absorbera un toxique gazeux ou en aérosol par inhalation à la dose 1 mg par kg de poids corporel et par jour, un enfant de 6 mois à 4 ans en absorbera 3, alors même (voir ci-dessous) que ses capacités de détoxications sont souvent moindres que chez l'adulte)[19],[20].

Fumer du tabac pendant la grossesse et le tabagisme passif à proximité d’un enfant, présente un fort risque pour sa santé et son développement[évasif].

Toxicologie

  • L'enfant porte volontiers les doigts et les objets à la bouche, risquant plus de s'intoxiquer (en mangeant de la terre polluée, des champignons, végétaux toxiques, écailles de peinture au plomb (comportement de PICA), etc). En été le risque de contamination transcutanée est également augmenté[20] ;
  • L'allaitement est une voie de contamination (pour le plomb par exemple, ou pour certains toxiques que la mère aurait inhalés[20]) ;
  • Le rapport eau/graisse varie beaucoup de la naissance à l'âge adulte puis à la vieillesse ; avant 6 mois, le bébé contient plus d'eau et moins de graisses. Son taux de graisse augmente ensuite pendant six mois puis diminue jusqu’à la puberté (sauf obésité ou surpoids). Pour cette raison, la distribution et toxicocinétique de molécules lipophiles ou hydrophiles varie considérablement selon l'âge[20] ;
  • La toxicocinétique dépend aussi du taux de perfusion des organes. Or, elle varie fortement selon l’âge et le besoin de chaque organe. Par exemple, le cerveau non seulement est proportionnellement plus gros chez le nouveau-né, mais il a des besoins accrus entre 3 et 6 ans[20], ce qui fait qu'il est fortement perfusé. Les toxiques passant la barrière hématoencéphalique ont plus de risque d'alors s'y retrouver qu'à l'âge adulte. La perfusion du foie est subitement diminuée dans les jours suivant la naissance (à la suite de la perte du cordon ombilical), mais elle sera plus importante (proportionnellement) chez l'enfant de 6 ans que chez l'adulte (ce qui compense une activité enzymatique encore réduite).

Accidents domestiques

Psychologie

La station debout, étape du développement psycho-moteur de l'enfant.

Les étapes ou paliers d'acquisition décrites par Jean Piaget ont permis de mieux comprendre le développement de la cognition et les liens entre les processus biologiques de maturation et les interactions avec l'environnement. Les approches béhavioristes puis néobéhavioristes ont permis de mieux comprendre les processus d'apprentissage comme l'apprentissage par imitation très étudié par Albert Bandura.

Le développement affectif de l'enfant a été étudié historiquement dans la perspective de la psychanalyse et avec un accent sur la sexualité infantile et ses conséquences sur la personnalité et les troubles psychiques de l'âge adulte. Par la suite, sur la base des théories sur l’attachement animal établies par Konrad Lorenz d'une part, et Harry Harlow d'autre part, ainsi que sur ceux sur le développement humain de Winnicott (lui-même influencé par la psychanalyste d'enfants, Mélanie Klein), John Bowlby formalise la théorie de l'attachement. René Spitz formalise les effets délétères d'une rupture dans cet attachement avec la notion d'hospitalisme[9].

Parmi les théories issues de la psychanalyse, celle de l'objet transitionnel qui rappelle à l'enfant l'état affectif dans lequel il est en présence de la mère.

Les psychanalystes influencent les travaux sur le développement social, parmi eux le psychanalyste et psychologue du développement Erik Erickson observe le développement psychosocial des enfants.

De nos jours, la psychologie de l'enfant intègre de multiples disciplines, celles de la cognition, des neurosciences, des sciences de l'affect, des sciences sociales, ainsi que les disciplines annexes de la pédopsychiatrie et de la médecine, des sciences psycholinguistiques (étude de l'acquisition du langage), les sciences informatiques, et de nouvelles techniques d'imagerie.

Santé mentale

Articles détaillés : Pédopsychiatrie et Psychologie de l'enfant.

Dénominations populaires

  • bambin
  • chiard
  • croet (dauphinois)
  • drôle (occitan)
  • fiston
  • flot (Canada)
  • gamin (Paris et Centre de la France)
  • gone (Lyon et franco-provençal)
  • gosse
  • jong ou tiot (picard)
  • ket (belge - bruxellois)
  • kid (américain)
  • loupiot
  • marmot, marmaille
  • minot (occitan de Marseille)
  • mioche
  • mouflet
  • moutard
  • môme
  • p'tit (Canada)
  • pitchoun (sud de la France)
  • petiot
  • rejeton
  • ti-cul (Canada)
  • timoun (créole Guadeloupéen et Guyanais)
  • timanmay ou tianmay (créole Martiniquais)

Notes et références

Notes

  1. Daniel Annequin explique ainsi : « Chez l'enfant on revient de loin, pendant des années on a voulu ignorer que l'enfant ressentait de la douleur [...] On disait que les fibres C n’étaient pas myélinisées, mais elles ne sont jamais myélinisées, on avait comme ça tout une série d'argumentaires émission la tête au carré du , intervention à partir de la 23e minute.

Références

  1. a et b Définition du mot par CNRTL.
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques d'« épicène » (sens A) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 6 février 2017].
  3. Entrée « épicène », dans Littré, Dictionnaire de la langue française, t. 2 : D – H, Paris, Hachette, , 1 vol., 1136 p., gr. in-4o (32 cm) (457498685, notice BnF BnF FRBNF30824717, SUDOC 005830079, lire en ligne [fac-similé]), p. 1459lire en ligne [fac-similé]), p. 1459lire en ligne [fac-similé]) [consulté le 6 février 2017].
  4. Entrée « épicène » des Dictionnaires de français [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 6 février 2017].
  5. a b c d et e « Enfant », dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 6 février 2017].
  6. a b et c Définitions lexicographiques et étymologiques d'« enfant » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 6 février 2017].
  7. a et b Entrée « enfant » des Dictionnaires de français [en ligne], sur le site des Éditions Larousse [consulté le 6 février 2017].
  8. Gérard Coulon, L' enfant en Gaule Romaine, Éditions Errance, , p. 70.
  9. a et b Mme Diane Papalia, Mme Sally Olds et Mme Ruth Feldman, Psychologie du développement humain, De Boeck Supérieur, (ISBN lire en ligne).
  10. (fr) « Mortalité infantile »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Programme des Nations unies pour le développement, données du (consulté le 10 octobre 2007) [PDF].
  11. présentation de la Déclaration des droits de l'enfant ; Portail d'information et d'actions pour les droits de l'enfant ; Speaker Icon.svg Audiolivre : Déclaration des droits de l'enfant.
  12. a et b La maltraitance des enfants par l'OMS.
  13. (en) OIT, Addressing the Exploitation of Children in Scavenging (Waste Picking): a Thematic Evaluation of Action on Child Labour, Bureau international du travail, Genève, 2004 (ISBN lire en ligne], partie 2.2, p. 3.
  14. OIT, Un avenir sans travail des enfants, Rapport global du directeur général, Conférence internationale du travail, 90e session, Bureau international du travail, Genève, 2002 (ISBN lire en ligne].
  15. Cours d'embryologie en ligne à l'usage des étudiants et étudiantes en médecine. Universités de Fribourg, Lausanne et Berne, sous l'égide du Campus Virtuel Suisse.
  16. Les différentes étapes de développement psychomoteur de 0 à 6 ans.
  17. Historique de la prise de conscience de la douleur chez le fœtus et le nouveau-né par le Dr Daniel Annequin (Unité fonctionnelle d'analgésie pédiatrique).
  18. (en) KJS Anand, Hickey, « Pain and its effects in the human neonate and fetus. », The new Engl journal of medecine, no 317(21),‎ , p. 1321-1329KJS Anand, Hickey, « Pain and its effects in the human neonate and fetus. », The new Engl journal of medecine, no 317(21),‎ , p. 1321-1329consultation en ligne.
  19. HealthCanada (2008) - Évaluation du risque à la santé humaine du manganèseinhalé - brouillon.
  20. a b c d et e ACUTEX (2003) - Methodology to develop acute exposure threshold levels in case of accidenteal chemical release : Workpackage 4 Sensitive Subpopulations. Bundesinstitut fur Risikobewertung (BfR). Berlin. Acutex est l'acronyme du Programme européen ACUTEX (ACUTe EXposure).

Pour approfondir

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Pierre Riché et Danièle Alexandre-Bibon, L'enfance au Moyen Âge, Seuil, 1994
  • Collectif, sous la direction de Julie Delalande, Des enfants entre eux. Des jeux, des règles, des secrets, Autrement, 2009.
  • Françoise Dekeuwer-Défossez, Les droits de l'enfant, PUF, collection « Que sais-je ? », 2010
  • Pierre Erny, L'enfant dans la pensée traditionnelle de l'Afrique Noire, éd. L'Harmattan, 1980, 200 p.
  • Pierre Erny, Les premiers pas dans la vie de l'enfant d'Afrique Noire. Naissance et première enfance, éd. L'Harmattan, 1988, 358 p.
  • Maryse Vaillant
    • Il n’est jamais trop tard pour pardonner à ses parents, La Martinière, 2001.
    • Pardonner à ses enfants : de la déception à l’apaisement, coécrit avec Sophie Carquain, Albin Michel, 2012.
  • Christine Overall, « Why have children ? The ethical debate », MIT press, 2012, (ISBN 9780262016988).
  • Marie-France Morel, Enfances d'ailleurs, d'hier et d'aujourd'hui, Armand Colin, 2000.
  • Michèle Coquet, Claude Macherel, Enfances. Pratiques, croyances et inventions, CNRS éditions, 2013.

Articles connexes

Liens externes