Florence

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la ville italienne. Pour les autres significations, voir Florence (homonymie).

Florence
Blason de Florence
Héraldique
Drapeau de Florence
Drapeau
Florence
Noms
Nom italienFirenze
Administration
PaysDrapeau de l'Italie Italie
RégionDrapeau de la région de Toscane Toscane 
Ville métropolitaineProvincia di Firenze-Stemma.svg Florence  
MaireDario Nardella (PD)
(2014-2019)
Code postal50100
Code ISTAT048017
Code cadastralD612
Préfixe tel.055
Démographie
GentiléFlorentin, Florentine
Population380 226 hab. (30-11-2014[1])
Densité3 728 hab./km2
Géographie
43° 46′ 18″ nord, 11° 15′ 13″ est
AltitudeMin. 50 m
Max. 50 m
Superficie10 200 ha = 102 km2
Divers
Saint patronSaint Jean le Baptiste
Fête patronale24 juin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Toscane

Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Florence

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Florence

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Florence
Liens
Site webSite officiel

Florence (en italien : Firenze, prononcé /fi'rɛnʦe/) est la huitième ville d'Italie par sa population, capitale de la région de Toscane et siège de la ville métropolitaine de Florence.

Berceau de la Renaissance en Italie, capitale du royaume d'Italie entre 1865 et 1870, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO au titre du Centre historique de Florence, la ville présente une richesse artistique exceptionnelle (églises, musées, palais), et est devenue un grand centre touristique.

Géographie

Carte interactive de Florence
Vue générale de Florence.

Site

Florence est située à 50 m d'altitude, dans la partie orientale d'une plaine, appelée bassin de Florence, au pied de l'Apennin du nord, au nord et à l'est de la ville. Elle est traversée par l'Arno, fleuve naissant dans les Apennins et se jetant dans la mer Tyrrhénienne, distante de 70 km[2].

Climat

Le climat de Florence est de type méditerranéen. Il est influencé par la mer Tyrrhénienne, les Apennins et les collines toscanes, les trois distants de moins de 100 km, et assurant une certaine humidité même en été. L'hiver est par contre plus froid que sur la côte, marqué par la continentalité.

MoisJanFevMarAvrMaiJunJulAouSepOctNovDecMoy
Moyenne maximale °C10121519232831312721151120
Moyenne minimale °C2358111517171410629
Précipitations (mm)73,668,681,378,773,755,940,676,278,788,9111,891,470,8

Histoire

Florence et le fleuve Arno. En face du pont Santa Trinita, à droite, le palais Spini-Feroni (1290) avec son toit en créneaux.
Article détaillé : Histoire de Florence.

Florence a été fondée sous le nom latin de Florentia pendant l'époque romaine, en 59 av. J.-C., près du fleuve Arno. Elle n'a été qu'une simple bourgade jusqu'au XIIe siècle, début de son essor économique et artistique qui dura jusqu'au XVIe siècle.

Du XIIe au XIVe siècle, Florence connaît de profonds bouleversements politiques et sociaux avec l'essor des riches familles de marchands groupées au sein du popolo, et le conflit entre les guelfes et gibelins qui partage l'Italie et Florence en deux. Ces deux processus accompagnent le développement de la commune qui, comme dans les autres villes de l'Italie septentrionale, désigne l'émergence de gouvernements autonomes qui ont acquis leur souveraineté après une lutte féroce débouchant sur la paix de Constance, octroyée par l'empereur Frédéric Frédéric Ier en 1183. Les communes italiennes y ont acquis des droits souverains qui en faisaient de véritables cités-États.

La commune florentine, qu'on connaît alors sous le nom de Fiorenza, naît environ un siècle après celle de Pise ; elle est attestée dès 1081. Faut-il voir là l'absence d'une noblesse urbaine qui créait les premières communes partout en Italie ? En tout cas, le popolo des marchands cherche rapidement à faire partie des instances de la commune : le conseil exécutif du consulat, puis du podestat, une assemblée délibérative qui aura plusieurs noms. Florence connaît le combat des factions, avec les gibelins qui triomphent dans les années 1240, avec le vicaire impérial Frédéric d'Antioche, bâtard de l'empereur Frédéric II. Les guelfes sont au pouvoir en 1250 puis en 1266, quand ils prennent Florence avec l'appui de Charles d'Anjou, frère du roi de France appelé comme roi de Naples par le pape. Ces guelfes sont soutenus par le popolo : ils créent la charge de capitaine du peuple en 1250, puis élaborent une nouvelle forme institutionnelle, la seigneurie (Signoria), en 1282 : un conseil de prieurs, appartenant aux corporations des marchands, les fameux 7 arts majeurs des Arti (laine, draps, changeurs, juges et notaires, etc.), auxquels sont juxtaposés un « gonfalonnier de justice » (Gonfaloniere di Giustizia) et des gonfalons (étendards) de quartiers, et ce alors que le podestat et le capitaine du peuple continuent d'exister.

Le florin, principale monnaie du Moyen Âge, est créé en 1252 par la corporation des changeurs et banquiers (Arte del Cambio) de Florence, l'une des cinq corporations majeures et contribue au succès de la ville, succès qui l'impose en Europe.

La faction guelfe se structure, reçoit même, pour les gérer, les biens des 4 000 gibelins qui ont fui la ville. Dans les années 1290, les lois anti-magnatices entrent en vigueur : c'est la revanche des corporations de marchands qui interdisent aux nobles l'accès aux charges et limitent la taille des tours qu'ils avaient érigées.

Au début du XIVe siècle, Florence expérimente, tout comme les autres villes d'Italie (ex. les Della Scala à Vérone à partir de 1273), les seigneuries personnelles : Charles de Calabre la gouverne en 1323, suivi par le duc d'Athènes Gautier VI de Brienne en 1343. Florence connaît une véritable crise au milieu du XIVe siècle : révolte du peuple, faillite des Peruzzi (grande banque) en 1343, peste noire qui fait disparaître la moitié de la population de la ville en 1348.

Église San Miniato al Monte.

La ville est ensuite dominée par différents clans qui se disputent le pouvoir. En 1434, ce sont les Médicis qui deviennent maîtres de la ville. Puis, à leur chute, nombre de grandes familles s'exilent en France et y font fortune. Les Gadagne quittent Florence vers la fin du e siècle, et détiennent la première place des banques lyonnaises, tandis qu'Albisse Del Bene, un autre banquier florentin, contrôle la levée des impôts dans toutes les régions de France.

En 1569, Florence devient la capitale du grand-duché de Toscane.

Florence a été le chef-lieu de l'Arno, département français créé le , à la suite de l'annexion du royaume d'Étrurie à l'Empire français par les troupes napoléoniennes. La ville connaît ensuite une période de lent déclin jusqu'en 1865, date à laquelle elle devient capitale du royaume d'Italie. Elle perd ce statut en 1870, au profit de Rome.

Le , l'Arno inonde une grande partie du centre-ville, endommageant de nombreux chefs-d'œuvre. Un grand mouvement de solidarité internationale naît à la suite de cet évènement et mobilise des milliers de volontaires, surnommés Les anges de la boue.

Les 30 et 31 mars 2017, le premier G7 de la Culture, organisé sur initiative de l'Italie, s'est tenu à Florence.

Art : architecture et connaissances intellectuelles

Académies

Les premières académies d'Europe ont été fondées à Florence :

Bibliothèques

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Universités, instituts

L'université de Florence a été fondée en 1321. C'est l'une des plus anciennes et prestigieuses universités italiennes, avec 12 facultés et 60 000 étudiants.

L'Institut universitaire européen de Florence est basé à Fiesole depuis son ouverture en 1976.

Plusieurs universités étrangères ont également une représentation ou une antenne à Florence, notamment pour les études concernant la Renaissance, l'histoire de l'art ou les activités artistiques et créatives. C'est le cas de l'université Harvard, à la Villa I Tatti, de la New York University à la Villa La Pietra ou encore de la California State University située sur la Via Leopardi.

La ville abrite également le célèbre Institut d'art de Florence, ainsi que l'Institut français de Florence, le plus ancien de tous les Instituts français fondé en 1907, et le British Institute of Florence, institut culturel anglo-italien fondé en 1917.

A noter aussi que depuis 2009, le palais Portinari Salviati héberge les Archives historiques de l'Union européenne.

Monuments

Ponts

Article détaillé : Ponts de Florence.

Seul le Ponte Vecchio a échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale (bombardements et minages allemands). Les autres ont tous été reconstruits depuis, plus ou moins à l'identique.

Églises

Façade de Santa Maria Novella.

Palais

Jardins

  • Le Jardin de Boboli (Giardino di Boboli) est adjacent au palais Pitti et au Forte Belvedere. Le jardin, construit pour Éléonore de Tolède, est remarquable pour sa collection de sculptures, qui vont de l'Antiquité romaine aux XVIe et XVIIe siècles ;
  • le Jardin des simples (Giardino dei Semplici) est un département du musée d'histoire naturelle de l'université de Florence ;
  • parc des Cascine, le plus grand espace vert de Florence (170 ha), et abritant de nombreuses installations sportives, un hippodrome… ;
  • Giardino delle Rose, près du Piazzale Michelangelo, vers la colline de San Miniato al Monte, Oltrarno (rive gauche du fleuve Arno) ;
  • Giardino dell'Iris, également près du Piazzale Michelangelo ;
  • Orti Oricellari (jardins de la famille Rucellai), près de Santa Maria Novella ;
  • Giardino Bardini dans l'Oltrarno (4 ha): jardin historique avec des terrasses en pente sur la colline ;
  • Giardino dell'Orticultura, avec sa grande serre en verre du XIXe siècle, et sa loggetta ;
  • Giardino Torrigiani, grand parc à l'anglaise du XIXe siècle.

Musées

Musées privés

Loggias

Bâtiment ouvert, la loggia accueille beaucoup des activités des Florentins, marchés couverts ou lieux d'exposition ouverts jour et nuit :

Fontaines

Places

Piazza della Signoria.
Piazza della Repubblica.

Architecture militaire

  • La forteresse de Basso ;
  • le Forte Belvedere ;
  • les fortifications entourant la ville, les Mura di Firenze (ce qu'il en reste depuis le réaménagement urbanistique de la ville au XIXe siècle, le Risanamento) ;
  • les portes d'entrée dans la ville du temps de l'intégrité des fortifications, certaines restent de vrais portes comme la Porta Romana ou la Porta San Giorgio ; d'autres sont devenues des monuments au centre des places récentes le long des boulevards périphériques (Viali di Circonvallazione) comme la Porta San Gallo sur la Piazza della Libertà, la Porta San Niccolò sur la Piazza Giuseppe Poggi, la Porta alla Croce sur la Piazza Beccaria, etc.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Maisons tours

  • Vingt-deux tours dans le quartier romain dont Torre degli Adimari, Torre degli Amidei, Torre dei Baldovinetti, Torre dei Buondelmonti, Torre della Castagna, Torre dei Ciacchi, etc. ;
  • six tours dans le quartier de Santa Croce : Torre degli Alberti, Torre dei Bagnesi, Torri di Corso Donati, Torre dei Filipetri, Torre dei Pazzi di Valdarno, Torri dei Peruzzi ;
  • dix tours dans l'Oltrarno : Torre del Gallo, Torre degli Angiolieri, Torri dei Barbadori, Torre dei Belfredelli, Torre dei Lanfredini, Torre dei Mannelli, Torre dei Marsili, Torre dei Ramaglianti, Torre dei Rossi-Cerchi, Torre degli Ubriachi.

Villas médicéennes

Autres villas

Théâtres historiques

Cloîtres

Autres monuments

Cimetières monumentaux

Cafés historiques

Art dans la ville

Article détaillé : art de Florence.

Événements

Festivals

Folklore

  • Le Scoppio del Carro, l'explosion du char chaque année devant la cathédrale Santa-Maria del Fiore pour le dimanche de Pâques ;
  • le tournoi de Calcio Storico, qui a lieu chaque année devant la basilique Santa-Croce, qui maintient la tradition de jeu de balle au pied florentin hérité du Moyen Âge.
Le Lys de Florence, d'argent, à la fleur de lys florencée de gueules.

Blason

Article détaillé : Lys de Florence.

Le lys rouge (il Giglio), distinct des lys jaunes de l'Emblème des Rois de France, symbolise la cité de Florence. Il est nommé « fleur de lys florencée » et est semblable au meuble présent dans les armes de Lille. Ce symbole figure sur l'ancienne monnaie de la cité-État, le florin (fiorino à rapprocher tant de fiore (« fleur ») que de Fiorentia, ancien nom toscan de la cité), et lui donne son surnom littéraire, la Cité au lys rouge.

Sport

Florence a une équipe de football célèbre, la Fiorentina, surnommée la Viola, d'après la couleur violet de son maillot. Fondé en 1926, le club joue au stade Artemio Franchi (46 000 places), a gagné une Coupe d'Europe en 1961 et participé à plusieurs finales européennes. Le Nelson Mandela Forum est la grande salle omnisports de la ville (8 200 places).

Économie

Florence a une économie diversifiée active surtout dans le secteur tertiaire. Important centre ferroviaire et routier, la ville est aussi le siège d’une activité industrielle mécanique (comme Selex Galileo, Beta Motor ou la Nuovo Pignone), chimique, pharmaceutique (le Groupe Menarini par exemple), le travail du cuir (Braccialini), de l’habillement (souvent dans le secteur du luxe, comme Roberto Cavalli, Gucci, Ermanno Scervino et Ferragamo), du mobilier. Il y a de nombreuses entreprises typographiques et éditoriales ainsi qu’un artisanat florentin, d’antique réputation, surtout dans le secteur mobilier (ébénisterie), de la porcelaine (Richard Ginori), de la carte décorée, du bronze et de l’orfèvrerie.

Une ressource importante de la ville est le tourisme, avec à peu près 35 000 chambres d’hôtes et 23 000 emplacements hors hôtel (campings, locations de chambre ou gîtes). Le nombre annuel de nuitées s’élève à 10 millions, un tiers des touristes sont italiens, 20 % américains, 13 % allemands, 8 % japonais, 7,8 % anglais, 5,7 % français et 5 % espagnols. La galerie des Offices reçoit 1 875 000 visiteurs, tandis que la Galleria dell'Accademia reçoit 1 200 000 visiteurs. La fréquentation de Florence liée aux congrès et aux foires s’est largement développée grâce au réaménagement au cours des années 1990 du centre des congrès[5].

Dans le secteur du service, le secteur bancaire (Banca Toscana, Banca CR Firenze) et des assurances (La Fondiaria) est important.

Dans une étude publiée en 2016, des économistes ont constaté que les familles riches de Florence sont généralement héritières de fortunes constituées depuis le XVe siècle[6].

Commerce

La ville est un centre important du commerce, avec une activité de haute spécialisation et très diversifiée. Le centre de la ville, outre l’activité liée au tourisme et à l’accueil, est l’hôte de nombreuses activités traditionnelles (travail du cuir), magasins de produits artisanaux et produits typiques. Les dernières années du XXe siècle ont vu l’érosion de l’activité artisanale au profit des grandes chaines internationales actives surtout dans le secteur de la mode, qui par des magasins associés aux marques les plus importantes du secteur, ont créé (surtout via de’ Tornabuoni, via della Vigna Nuova, via degli Strozzi) un quartier de commerce de luxe.

La grande distribution est active dans la zone externe au centre urbain et près de l’aéroport de Florence-Peretola, Osmannoro concentre de nombreuses activités industrielles.

Mode

Florence a une longue tradition de la mode. L'industrie de la haute couture est importante: la ville s'enorgueillit de maisons de mode célèbres telles Gucci, Salvatore Ferragamo, Enrico Coveri, Roberto Cavalli, Emilio Pucci, Patrizia Peppe, Conte of Florence, et beaucoup d'autres. La majorité de ces enseignes sont concentrées dans le secteur des commerces de luxe des Via Tornabuoni et Via della Vigna Nuova. C'est à Florence que s'est tenue en 1951 le premier défilé de haute couture italien, via dei Serragli. La ville abrite depuis cette date une série d'évènements de mode prestigieux : Pitti Imagine, qui se tient chaque année dans différents lieux de la cité. Parmi eux, le Pitti Uomo, né en 1972, est un salon international de mode masculine qui se tient deux fois par an: c'est l'un des plus importants rendez vous du monde. Tous les ans également se tient le Percorsi di Moda a Firenze, une série de visites guidées permettant de visiter les lieux de création et les produits liés à la mode à travers la ville. Enfin, Florence possède une importante école de mode, le Polimoda Istituto Internazionale Fashion Design & Marketing, ainsi que l'Accademia Italiana, située au palais Pitti, école de mode, graphique et design.

Florence abrite l'unique musée italien dédié à la mode, la galerie des Costumes (dans les jardins du palais Pitti), et depuis 1995, s'est installé le musée Salvatore Ferragamo dans le palais Spini Ferroni. La ville comprend également le musée Gucci, Piazza della Signoria à côté du Palazzo Vecchio. Il retrace l'histoire de la célèbre maison de luxe de sa création à nos jours.

Cuisine

La cuisine florentine est caractérisée par quatre éléments fondamentaux :

  • le pain toscan ;
  • l'huile d'olive extra vierge ;
  • la viande ;
  • le vin de Chianti.

Parmi les plats typiquement florentins :

  • bifteck à la florentine ;
  • soupe de pain à la florentine ;
  • lampredotto ou tripes à la florentine ;
  • pois à la florentine ;
  • la panzanella (salade à base de pain et de tomates) ;
  • cervelle à la florentine ;
  • purée à la florentine ;
  • le zuccotto (dessert appelé en français « bombe glacée ») ;
  • crêpes à la florentine.

Transports

Florence se trouve sur l'axe principal de la liaison nord-sud de l'Italie et elle est raccordée au principal réseau d'infrastructure et de transport.

Transports urbains

En ville, il existe des pistes cyclables mais leur entretien laisse à désirer ainsi que les liaisons entre les différentes pistes. Utiliser le vélo en dehors du centre historique s’avère assez dangereux à cause de l’importance du trafic.

À Florence, il existe un service de covoiturage.

Bus

Minibus.

Les transports urbains à Florence sont constitués de lignes d’autobus et minibus (utilisés dans le centre de la ville) administrés par l’ATAF qui gère aussi deux lignes touristiques avec des autobus à double étage découverts[7].

Il existe aussi un réseau d’autobus long parcours, les principales agences sont SITA, Copit, CAP et Lazzi.

Tramway

Article détaillé : Tramway de Florence.
Tramway.

Pour lutter contre l’engorgement chronique des rues à cause du trafic, la ville s'est lancée dans la construction d'un réseau moderne de tramway. Cependant un certain nombre de citoyens opposés au projet ont réclamé un référendum qui s’est tenu le [8]. La majorité des votants a toutefois approuvé le projet. Une première ligne reliant la gare centrale à Scandicci a été inaugurée le [9]. Elle a 14 stations sur une longueur de 7,8 kilomètres[9]. La ville espère accueillir 9,8 millions de passagers par an à bord de cette première ligne[9]. Après appel d'offre, l'exploitation et la maintenance ont été attribuées pour une durée de 30 ans à RATP Dev, filiale de la RATP[9]. RATP Dev travaille également à la conception de deux autres nouvelles lignes de tramway (lignes 2 et 3)[9].

Zone à trafic limité (ZTL)

Carte de la ZTL.

Le centre historique de la ville est fermé au trafic à l’exception des autobus, des taxis et des résidents en possession d’un permis. Cette zone est appelée « ZTL » (Zone à Trafic Limité) et est divisée en cinq secteurs. L’entrée est protégée par une porte télématique. L’interdiction d’accès de la ZTL est de h 30 à 19 h 30 les jours fériés et le samedi jusqu’à 18 h. L’été, l’interdiction est étendue la nuit de 22 h 30 à h les jeudis, vendredis et samedis. La traversée est possible aux véhicules à traction animale, aux bicyclettes, aux cyclomoteurs et aux motos. À l'intérieur du centre historique, des zones piétonnes sont strictement réservées aux piétons et aux cyclistes.

Zone à stationnement contrôlé (ZCS)

En dehors du centre historique, ZCS (Zone à stationnement contrôlé) se compose de 14 zones correspondant aux autres parties de la ville. La ZCS est gérée par la société Servizi alla Strada S.P.A.[10] qui s’occupe de contrôler les parkings de la ville. Les résidents peuvent demander à la commune un permis afin de pouvoir stationner leur véhicule dans leur zone résidentielle ; en dehors de la zone, le stationnement est payant pour les Florentins comme pour les étrangers.

Routes et autoroutes

La ville est desservie par deux autoroutes, l'A1 et l'A11, qui la relient à la côte toscane et au nord et au sud de l'Italie. De plus, d'autres routes nationales et régionales l'unissent au reste de la Toscane et à l'Émilie-Romagne, la ville est reliée par deux grandes voies respectivement à Sienne et au Valdarno inférieur vers Pise et Livourne.

Important nœud routier, Florence est le point de départ et de passage de plusieurs routes nationales dont la Via Cassia qui conduit à Rome et la Via della Futa qui rejoint Bologne.

Transport ferroviaire

Trenitalia est l'unique gestionnaire des transports ferroviaires sur Florence. Les gares sur le territoire communal sont :

  • Campo di Marte (transport local et national) ;
  • Cascine (transport local) (non active) ;
  • Castello (transport local) ;
  • Rifredi (transport local et national) ;
  • Rovezzano (transport local) ;
  • Santa Maria Novella (transport local, national et international) chef-d'œuvre du mouvement moderne en architecture ;
  • San Marco Vecchio (transport local) ;
  • Statuto (transport local) ;
  • Le Cure (transport local) ;
  • Piaggie (transport local) ;
  • Salviati (transport local) (non active).

Train à grande vitesse (TAV)

Avec l'entrée en fonction du train à grande vitesse TAV, la ville est desservie selon l'axe principal Turin-Milan-Naples. Il existe un projet de liaison souterraine qui atteindra la future gare de Florence Belfiore afin d'éviter de desservir la gare de Santa-Maria-Novella qui est en cul-de-sac[11].

Transport aérien

Article détaillé : Aéroport de Florence-Peretola.

Florence dispose d'un aéroport qui se trouve sur le territoire de la commune de Sesto Fiorentino à 4 km au nord-ouest du centre ville. Il existe des liaisons avec le plus grand aéroport toscan, l'aéroport Galileo Galilei de Pise.

Administration

Les maires successifs depuis la Libération
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
19441946Gaetano PieracciniPSI 
19461951Mario FabianiPCI 
19511957Giorgio La PiraDC 
19571961Lorenzo Salazar Commissaire-préfet
19611965Giorgio La PiraDC 
19651965Lelio LagorioPSI 
19651966Adriano Monarca Commissaire-préfet
19661967Piero BargelliniDC 
19671969Luciano BausiDC 
19691970Guido Padalino Commissaire-préfet
19701974Luciano BausiDC 
19741974Giancarlo ZoliDC 
19741975Antonio Lattarulo Commissaire-préfet
19751983Elio GabbuggianiPCI 
19831984Alessandro BonsantiPRI 
19841985Lando ContiPRI 
19851989Massimo BogianckinoPSI 
19891995Giorgio MoralesPSI 
19951999Mario PrimicerioIndépendant 
19992009Leonardo DomeniciDS 
20092014Matteo RenziPD 
2014en coursDario NardellaPD 
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux ou quartiers

Galluzzo, Settignano, Le Piagge, Brozzi, Gavinana, Isolotto, Trespiano, Legnaia, Soffiano, Ponte a Greve, Rovezzano, Novoli, Careggi, Peretola, Sollicciano, Rifredi, Borgo San Frediano, Oltrarno.

La municipalité de Florence est divisée en cinq quartiers (quarteri) administratifs :

  1. Centro storico (Centre historique), inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO (1982) ;
  2. Campo di Marte (nord-est de l'Arno), par le passé quartier San Giovanni ;
  3. Gavinana-Galluzzo (sud-est de l'Arno), par le passé Santa Croce ;
  4. Isolotto-Legnaia (sud-ouest de l'Arno), par le passé Santo Spirito ;
  5. Rifredi (nord-ouest de l'Arno), par le passé Santa Maria Novella.

Communes limitrophes

Bagno a Ripoli, Campi Bisenzio, Fiesole, Impruneta, Scandicci, Sesto Fiorentino, Prato.

Démographie

Comme beaucoup d'autres villes en Italie, la population de retraités est bien supérieure à celles de jeunes (moins de 14 ans) et en constant vieillissement. Les chiffres suivants sont de mai 2006[12].

Structure par âge

Quartier0-1415-6465+
17 02645 38014 635
29 82953 81524 844
34 85424 37111 654
47 58042 06716 921
511 81165 06326 772
Total Commune (%)41 100 (11 %)230 696 (63,2 %)94 826 (25,8 %)

Famille

Quartier1 membre2 membres3 membres4 membres5 membres6 membres7+ membresTotal familleNombre moyenCouples en cohabitation
120 3047 7234 7522 7406171828336 4011,81.376
218 34211 5557 2284 4389752129142 8412,1878
36 9845 3483 5752 0795181226018 6862,2411
410 3088 4966 0653 62285220410129 6482,2402
519 90913 4758 6845 2091 14332520748 9522,1662
Total Commune75 84746 59730 30418 0884 1051 045542176 5282,13 729

Profil ethnique

La population de Florence est à peu près à 91,5 % d’origine italienne. La population étrangère comprend 33 603 individus dont :

Évolution démographique

Habitants recensés


Personnalités

Jumelages, pactes d'amitié et pacte de fraternité

La ville de Florence est jumelée avec[13] :

La ville a signé des pactes d'amitié avec[13] :

Florence entretient aussi un pacte de fraternité avec[13] :

Vues

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie

Notes et références

  1. (it) « Popolazione residente e bilancio demografico » sur le site de l'ISTAT.
  2. http://www.larousse.fr/encyclopedie/ville/Florence/119717.
  3. http://www.tourportarossa.fr.
  4. http://www.verrieresportarossa.fr
  5. Tout le paragraphe sur les données du tourisme provient de « Turismo 2000, dati sugli aspetti essenziali del movimento turistico nella provincia di Firenze », Agence pour le tourisme Florence, 2001.
  6. Luca Manucci, « En Italie, ni droite ni gauche… ni centre », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  7. « Site officiel de l'ATAF » (consulté le 4 septembre 2016).
  8. (it) « Referendum tramvia », , consulté le .
  9. a, b, c, d et e « La RATP met en service le tramway de Florence », sur lesechos.fr, Les Échos (consulté le 5 mars 2011).
  10. site de la Servizi alla Strada S.P.A.
  11. (en)« An end to the tunnel? », The Florentine, 22 octobre 2009.
  12. Ufficio comunale di statistica.
  13. a, b et c « Patti di gemellaggio, amicizia e fratellanza ».
  14. http://www.interieur.gov.dz/Cooperation/frmItem.aspx?html=6.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes