Fox News Channel

Fox News Channel
Image illustrative de l’article Fox News Channel

Création
Propriétaire21st Century Fox
SloganWe Report, You Decide
Fair and Balanced
The Most Powerful Name in News
Format d'image480i, 720p
LangueAnglais
PaysDrapeau des États-Unis États-Unis
StatutInformation en continu
Siège socialNew York (État de New York)
Site webfoxnews.com
Diffusion
AireMonde
DiffusionSatellite, câble, IPTV

Fox News Channel, souvent appelée Fox News, est une chaîne de télévision d'information en continu américaine, qui fait partie du groupe Fox Entertainment, possédé en majorité par le groupe 21st Century Fox de Rupert Murdoch. Accessible par 85 millions de ménages américains, elle est la chaîne d'information câblée la plus regardée aux États-Unis devant ses concurrentes CNN et MSNBC.

Fox News a été lancée le . Ses studios sont basés à New York.

Fox News Channel est réputée pour favoriser les positions politiques conservatrices[1],[2],[3]. Cette chaîne est donc, contrairement à MSNBC, favorable au Parti républicain.

Histoire

Rupert Murdoch établit Fox News pour occuper une niche du marché de l'information qui selon Murdoch est inoccupée : celle d'une information juste et équilibrée (fair and balanced). D'après Ken Auletta du New Yorker, le but était d'offrir un substitut aux médias d'information que Murdoch jugeait inféodés au Parti démocrate.

News Corp possédait déjà une chaîne d'information en continu à travers sa filiale British Sky Broadcasting : Sky News, fondée en 1989. Roger Ailes (ex-conseiller en image de Richard Nixon, Ronald Reagan et George H. W. Bush), ancien de NBC accompagné de fidèles a été chargé de monter Fox News.

La chaîne innove par une présentation très visuelle et colorée pour attirer l'œil et permettre aux téléspectateurs de comprendre les points principaux même sans suivre l'émission. Du texte sur l'écran résume les points de vue ou fait part des commentaires. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, un drapeau des États-Unis apparaît dans le coin haut-gauche de l'écran.

Pour accélérer son développement, Fox News rétribua les opérateurs de câble contrairement à la pratique mais se heurta aux manœuvres de ses concurrentes pour l'écarter. Fox News étant parvenu à être diffusée à New York, Time Warner, propriétaire de CNN, intenta une action en justice au cours de laquelle son patron de l'époque, Ted Turner compara Rupert Murdoch à Adolf Hitler tandis qu'un journal lui appartenant mettait en question la santé mentale du premier. Cette action se solda par un accord amiable.

Émissions phares de Fox News Channel

  • The O'Reilly Factor[4] : du lundi au vendredi, pendant une heure, à partir de 20 heures, Bill O'Reilly, commentateur considéré comme un conservateur aux États-Unis[5] (il se définit lui-même comme un « traditionaliste »[6]), défie ses invités dans des interviews polémiques. La No Spin Zone commence par les Talking Points memo, l'éditorial du jour.
  • Hannity[7] : Sean Hannity se confronte tous les jours à des analystes politiques avec des interviews en direct, du lundi au vendredi, à 21 heures.
  • On the Record with Greta Van Susteren[8] : l'ancienne de CNN, Greta Van Susteren est une journaliste respectée et une experte des questions juridiques. On the Record, chaque jour à 22 heures, se concentre en général sur les affaires judiciaires du moment et les dernières informations sur le terrorisme.

Audience

Fox News domine le marché de l'information sur le câble devant ses rivales CNN et MSNBC. CNN a cependant 11 % de plus de téléspectateurs mais ceux-ci lui sont moins fidèles et restent moins longtemps devant les programmes de CNN, plus courts que ceux de Fox News[9].

À l'apogée de l'invasion de l'Irak en 2003, la chaîne profitait même d'un accroissement d'audience de 300 % avec environ 3,3 millions de téléspectateurs par jour[10].

Avec un nombre total de téléspectateurs, Fox News Channel est dans dans le Top 5 parmi tous les réseaux câblés au cours de la journée, tandis que CNN est 38 et MSNBC 29[11].

Controverses

Décrit comme un média au service du camp républicain par The New-York Times[12], une « machine de propagande » conservatrice selon le magazine américain Rolling Stone[13], une chaîne « ultra-conservatrice » selon le journal français Le Monde[14] et le « porte-voix de la droite conservatrice engagée » selon Le Figaro[15], Fox News est souvent accusée de partialité. La chaîne se défend en indiquant que ses bulletins de nouvelles et que ses reportages n'ont pas de ligne éditoriale[16]. Toutefois, elle concède que plusieurs chroniqueurs s’affichent publiquement comme étant des conservateurs dans leurs émissions[17].

Fox News et l'administration de Barack Obama

En 2009, l'administration de Barack Obama a déclaré qu'elle n'a pas été traitée justement par Fox News. À la suite de cela, le 19 octobre 2009 la tension augmente d'un cran entre la chaine et l'administration, car Fox News est exclue du pool de journalistes pouvant interviewer le Secrétaire du Trésor, Kenneth R. Feinberg (en) (Département du Trésor des États-Unis)[18]. Toutefois, le 18 novembre 2009 un journaliste de Fox News, Major Garrett, a fait partie du pool de journalistes qui interviewent M. Obama, ce qui semble clore la dispute entre l'administration et la chaîne[19]. En février 2014, Obama a accordé une interview à la chaîne mais a accusé celle-ci de discuter de polémiques dont le débat est clos[20].

Fox News et Wikipédia

En 2010, la chaîne d’information Fox News a contacté les grands donateurs soutenant Wikipédia pour dénoncer la présence de contenu dans cette encyclopédie que la chaine considère « pornographique » et parfois « pédophile ». L'affaire est montée jusque dans les mains du FBI qui a confirmé la présence de contenu pédophile illégal dans l'encyclopédie. Ayant aussi reconnu la présence de contenu pédophile, l'encyclopédie Wikipédia a entrepris des mesures pour mieux catégoriser les images[21]. Toutefois, en 2012 Fox News a déclaré dans une enquête qu'il y aurait encore du contenu illicite sous forme d'image dans l'encyclopédie[22].

Fox News et les no-go zones en France

En 2015, à la suite des attentats terroristes à l'encontre du journal satirique français Charlie Hebdo, la chaîne Fox News invite sur son plateau de télévision l'expert Nolan Peterson, présenté comme spécialiste des zones de conflits.
Ce dernier décrit certains quartiers de Paris comme étant des « no-go zones », où régnerait la charia sous le contrôle d'islamistes radicaux et où l'accès par les non-musulmans et la police serait devenu impossible. Il s'exprime : « ainsi des zones interdites aux non-musulmans où l’on porte des t-shirts d’Oussama Ben Laden et où les islamistes font la loi. Je suis allé en Afghanistan, en Irak, au Cachemire, et à certains moments, ça m’a rappelé ces endroits. Les efforts de recrutement des Frères musulmans ou d’Al-Qaïda dans les rues de ces zones interdites aux non-musulmans ne se font pas dans l’ombre mais en pleine lumière et de façon tout à fait acceptée ». Fox News s'est basé sur des données géographiques décrivant les zones urbaines sensibles crées par les pouvoirs publics français dans le cadre de la politique de la ville[23], et des extraits de vidéos d'émeutes survenues en 2005.
Ces informations totalement fausses, ont été relayées, avec humour[24], par le Petit Journal sur Canal+ qui a exigé et obtenu des excuses de la chaîne de télévision d'information en continu américaine et entraîné un grand nombre de moqueries sur la Toile, le Premier ministre britannique, David Cameron, ayant même traité le journaliste de Fox d'idiot[25].

En effet la carte de Paris présentée par la chaîne américaine indiquait comme des no-go zones (zones de non-droit), entre autres, les quartiers de la Goutte-d'Or[26], de la Fontaine-au-Roi[27], de Ménilmontant[28] ou encore les quartiers de la Porte-Saint-Denis et Porte-Saint-Martin[29]. À noter que sur cette carte n'était pas représenté la zone urbaine sensible de Belleville[30]. Fox News avait également indiqué que la ville anglaise de Birmingham était une ville musulmane[31]. La chaîne a présenté ses excuses après avoir annoncé que ces informations étaient sans fondement et par conséquent fausses. Le 20 janvier, la maire de Paris, Anne Hidalgo, annonce qu'elle envisage de porter plainte contre la chaîne américaine[31].

Harcèlements sexuels

En 2016, Roger Ailes, le patron de la rédaction de Fox News, doit quitter son poste après des accusations de harcèlements sexuels sur des employées de la chaîne contre lesquelles il prenait des mesures de représailles telles que des réductions de salaire ou des licenciements lorsqu'il n'obtenait pas satisfaction[32].

En 2017, le New York Times révèle que le journaliste vedette Bill O'Reilly et Fox News ont versé 13 millions de dollars depuis 2002 à différentes employées de la chaîne en échange de leur silence pour des faits de harcèlements sexuels et d'injures[32]. La chaîne licencie alors le journaliste en avril 2017.

Canada

En , le CRTC approuve la demande du service Fox News Canada déposée par Global Television Network[33], chaîne qui ne sera jamais lancée. À la mi-2004, l'Association canadienne de télévision par câble dépose une demande afin d'ajouter la chaîne américaine à la liste des services étrangers admissibles du CRTC, lettre à l'appui des dirigeants de la chaîne qu'aucune version canadienne n'est prévue[34]. La chaîne est ajoutée à la liste en [35]. Elle est offerte aux abonnés de Vidéotron qu'à partir de 2016.

Filmographie

  • Outfoxed (en) : documentaire sorti en 2004, sous titré « La guerre de Rupert Murdoch contre le journalisme ».

Notes et références

  1. (en) Mark Memmott, « Film accuses Fox of slanting the news », USA Today,‎ (lire en ligne[archive du ])
  2. (en) Paul Harris, « OJ 'confession': now US turns on Murdoch », The Observer, Londres,‎ (lire en ligne[archive du ])
  3. (en) Barr, Andy, « Dunn stands by Fox slam », Politico, (consulté le 13 mai 2010)
  4. Bill O’Reilly | The O’Reilly Factor - FOXNews.com
  5. (en) Howard Kurtz, « Bill O'Reilly And NBC, Shouting to Make Themselves Seen? », sur The Washington Post,
  6. (en) Bill O'Reilly, Culture Warrior, Broadway, , 219 p. (ISBN 978-0767920926) — Présentation de l'ouvrage
  7. http://www.foxnews.com/hannity/index.html
  8. GretaWire
  9. Cable TV Audience sur journalism.org
  10. Steve Schifferes, Who won the US media war?, BBC News, 18 avril 2003
  11. [Fox News Channel leads in 2007 cable newratting Broadcastingcable.com. Archived from the original on November 23, 2010. Retrieved August 27, 2010
  12. The Republican Primary Campaign in Iowa Is Right at Home on Fox News sur nytimes.com du 10 décembre 2011
  13. How Roger Ailes Built the Fox News Fear Factory Read more: https://www.rollingstone.com/politics/news/how-roger-ailes-built-the-fox-news-fear-factory-20110525#ixzz1iK7JJ1vn sur rollingstone.com du 25 mai 2011
  14. Rick Santorum, nouvelle surprise des primaires républicaines sur lemonde.fr du 2 janvier 2012
  15. Fox News, la chaîne qui mène la charge contre Obama sur lefigaro.fr du 10 novembre 2009
  16. https://www.usatoday.com/news/politicselections/nation/president/2004-09-01-fox-news_x.htm
  17. https://www.youtube.com/watch?v=Im8WhG-8FGw
  18. Behind the War Between White House and Fox, JIM RUTENBERG, 22 octobre 2009, nytimes.com [1]
  19. https://news.yahoo.com/s/ap/20091117/ap_en_tv/us_fox_vs_white_house
  20. http://www.lejdd.fr/International/USA/Videos/Duel-tendu-entre-Obama-et-un-presentateur-de-Fox-News-651444
  21. « Wikipedia et la pornographie »
  22. http://www.foxnews.com/tech/2012/02/24/why-is-wikipedia-still-doling-out-porn/
  23. « Les Zones Urbaines Sensibles à Paris »
  24. "Ferme-la Fox News"
  25. "No go zones" après une campagne au bazooka du Petit Journal, Fox News s'excuse sur lexpress.fr
  26. « La ZUS de la Goutte-d'Or »
  27. « La ZUS de la Fontaine-au-Roi »
  28. « La ZUS HBM Ménilmontant »
  29. « La ZUS de la Porte Saint Denis, Porte Saint Martin »
  30. « La ZUS de Belleville »
  31. a et b Ariane Nicolas, « La mairie de Paris va porter plainte contre Fox News après la polémique sur les "no-go zones" », sur Francetv info, (consulté le 20 janvier 2015).
  32. a et b « Bill O’Reilly, la star de Fox News, accusé de harcèlement sexuel », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  33. « Décision CRTC 2000-565 », sur CRTC,
  34. « Avis public de radiodiffusion CRTC 2004-45 », sur CRTC,
  35. « Avis public de radiodiffusion CRTC 2004-885 », sur CRTC,

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes