Gravage antivol

Le gravage antivol est un dispositif de protection des véhicules contre le vol. Sur les voitures françaises, ce procédé consiste à graver les 8 derniers caractères du numéro de série sur toutes les vitres du véhicule. L'organisme responsable du cahier des charges du gravage antivol en France est l'association S.R.A (Sécurité et Réparation Automobile).

Principe

Le gravage des vitres du véhicule est réalisé grâce à un pistolet à air comprimé qui projette du corindon (sous forme de sable) sur un pochoir composé de chiffres et de lettres. Ce dispositif est ainsi infalsifiable. Les véhicules gravés sont tous enregistrés dans une base de données maintenue par le GIE ARGOS (Groupement d'assureurs français). Les agents ARGOS sont chargés de récupérer les véhicules volés aux côtés des autorités de police dans l'ensemble de l'Europe.[1]

Mode de commercialisation

Le gravage est aujourd'hui intégré à un contrat de services et de garanties d'assurance vendu par les concessionnaires automobiles en France.[2] Ce dispositif n'est pas une obligation légale mais certaines compagnies d'assurance peuvent encore l'imposer pour assurer un véhicule contre le vol.[3] En France, les principales entreprises opérant sur ce marché dans l'auto sont Identicar, Eurodatacar, Securycar (filiale de PGA Motors) et Cabinet Bessé (Saga)[4]. Dans le secteur du deux roues, trois acteurs se partagent le marché : Club I.C.A, AMV et Auvray.

Articles connexes

Notes et références

  1. Marien Trompette, « Vols de voitures, trafic de pièces auto : police et gendarmerie sur la brèche », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  2. Nicolas Meunier, « Ce que cache le gravage des vitres de votre voiture », Challenges,‎ 2018-23-01 (lire en ligne)
  3. « Assurance auto : le gravage des vitres est-il obligatoire ? - LesFurets.com », Guide de l'assurance auto,‎ (lire en ligne)
  4. « Identicar franchit la barre des 500 000 nouvelles adhésions en 2017 », Auto Infos,‎ (lire en ligne)