Groupe Rocher

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yves Rocher (homonymie).

Groupe Rocher
logo de Groupe Rocher
Logo du groupe Rocher

Création1959
FondateursYves Rocher
Forme juridiqueSociété anonyme Laboratoires de Biologie Végétale Yves Rocher
Siège socialLa Gacilly, Morbihan
Drapeau de France France
DirectionBris Rocher
ActivitéCosmétique, embellissement de la maison, textile-habillement
FilialesYves Rocher, Petit Bateau, Dr Pierre Ricaud, Daniel Jouvance, Stanhome-Kiotis, ID Parfums, Flormar, Sabon, Arbonne International
Effectif15 000 (2015)
Site webhttp://www.groupe-rocher.com

Chiffre d’affairesPlus de 2 milliards d'euros (2015)

Le Groupe Rocher, anciennement Groupe Yves Rocher, est un groupe familial français, fondé en 1959 par Yves Rocher. À partir d’une idée initiale, la beauté et le soin par les plantes à un coût raisonnable, ce groupe a construit au fil des décennies une offre diversifiée autour de plusieurs marques et est actif sur les marchés de la cosmétique, de l’entretien de la maison, et de l’habillement, avec une activité allant de la recherche et développement, la culture, la production jusqu'à la commercialisation. La société est née en Bretagne, et reste implantée dans cette région, tout en ayant une part de chiffre d’affaires à l’international de plus en plus significative, par ses marques historiques et par des acquisitions.

Le groupe comprends : Yves Rocher, Petit Bateau, Stanhome, Dr Pierre Ricaud, Daniel Jouvance, Kiotis, ID Parfums Paris, Flormar[1].

Histoire du groupe

Reconstitution du premier laboratoire du fondateur

Concept initial

En 1959, depuis le grenier de sa maison de La Gacilly, sa ville natale en Bretagne, Yves Rocher confectionne et vend par correspondance ses premières crèmes à base d’une plante aux vertus médicinales, la ficaire. Ce premier produit est un remède contre les hémorroïdes. À la suite de l’intérêt rencontré, il a l’intuition qu’une offre hors pharmacie à base de plantes peut trouver sa place sur le marché de la Beauté et du soin[2]. C’est la naissance du concept de « cosmétique végétale », ou de « la beauté par les plantes »[3].En 1965, Yves Rocher lance son premier Livre vert de la beauté, un catalogue annuel. En 1969, il ouvre sa première boutique boulevard Haussmann à Paris, amorçant une diversification des modes de distribution un an après les grèves de la Poste de 1968[4]. La même année, le premier site industriel est créé à La Croix des Archers.

Développement

Dans les années 1970 et le début des années 1980, viennent s'ajouter aux sites de production de La Gacilly , en 1978, dédié au maquillage et de Ploërmel en 1982, dédié aux parfums [5],[6]. En 1979, Yves Rocher ouvre le site industriel de Rieux, en Bretagne (dédié au maquillage)

Ce déploiement industriel est complété par la création de différentes marques, s’ajoutant à la marque historique Yves Rocher. Dans les années 1980 sont ainsi créées les marques Daniel Jouvance, en cosmétologie marine, puis Dr Pierre Ricaud, avec des solutions anti-âge[7].

Et en 1988, le Groupe Rocher procède au rachat de la marque Petit Bateau, sortant du domaine de la cosmétique pour prendre pied dans celui de l’habillement[8]. La société Petit Bateau se révèle au bout de quelques mois dans une situation financière particulièrement médiocre. Yves Rocher en garde une rancune, pendant des années, envers la BNP qui est dans cette opération tout à la fois le créancier principal et un des actionnaires de Petit Bateau, l’intermédiaire de la transaction, et le banquier d'Yves Rocher depuis l’origine de l’entreprise. Il s’ensuit une succession d’épisodes juridiques entre le Groupe Rocher et la BNP dont ni l’un ni l’autre ne sort vainqueur, mais aussi des épisodes médiatiques où l’entrepreneur manifeste son mécontentement, avec par exemple des manifestations de salariés bretons sous les fenêtres du siège parisien de la BNP[9]. Mais Yves Rocher met également un point d’honneur à rétablir la situation financière et commerciale de Petit Bateau, en une dizaine d’années[10].

En 1991 est créée la Fondation Yves Rocher pour la protection de la nature.

Période de transition

Dans la continuité des années précédentes, le Groupe Rocher continue à muscler ses moyens de production, à innover, et à diversifier ses modes de distribution. En 1991, l'usine des Villes Geffs, à La Gacilly, est créée pour tous les produits d'hygiène et de soins. En 1994, le t-shirt Petit Bateau devient un phénomène de mode à la suite du défilé Chanel où il est porté par Claudia Schiffer[11]. En 1997, le groupe rachète la marque Stanhome, qui commercialise des produits d’entretien de la maison, exclusivement en vente directe. Stanhome est la première entreprise à avoir pratiqué en France la démonstration et la vente à domicile de ses produits de ménage, par des réunions de clientèles potentielles, un mode de vente popularisé par Tupperware dans un autre domaine[12].

Le groupe breton s’emploie également à réduire son endettement[13],[14].

En 2001, la marque Kiotis est introduite, spécialisée en aromatologie (ârome) et en cosmétiques à base d’huiles essentielles. Mais surtout, en 2000, c’est le lancement du site internet[15]. En 2001, renforçant la logistique, une plateforme logistique internationale est construite à La Gacilly[6].

Transmission de l’entreprise familiale

L’année 2009 est marquée par le décès du fondateur, Yves Rocher, à l’âge de 79 ans[16],[17],[18].

Dans les décennies précédentes, ce fondateur s’était placé en retrait à deux reprises, en 1973 puis en 1992. En 1973, atteint d’un cancer et croyant ses jours comptés, il cède 60 % de sa société à l’entreprise pharmaceutique Sanofi. Ayant toutefois conservé la majorité des droits de vote, il réagit lorsque son nouvel actionnaire fusionne avec Synthélabo, qui a l’inconvénient d’appartenir au concurrent historique du groupe Rocher, L’Oréal, le leader mondial des cosmétiques. Il avait alors racheté suffisamment de parts pour reprendre la main. En 1992, il croit pouvoir passer les commandes à son fils aîné, Didier. Mais celui-ci décède accidentellement deux ans plus tard. Yves Rocher revient dans le rôle de président, à 64 ans. Quelques années plus tard, il fait rentrer dans la société son petit-fils, Bris Rocher[2].

En 2010, la présidence est confiée à ce petit-fils, avec pour objectif de doper les ventes hors Union européenne et de mettre le turbo dans la vente en ligne. Ce nouveau président confirme vouloir conserver à la société son indépendance[18],[2],[19].

En septembre 2012, Sanofi se désengage complètement du capital de l’entreprise. Depuis, la famille Rocher détient 97 % des parts. Par cette opération, Sanofi se recentre sur son métier, et le Groupe Rocher confirme son caractère familial[20],[21]. L’introduction en bourse n’est pas envisagée par les dirigeants, la société ayant un faible endettement et les moyens de financer son développement[22].

Renforcement à l’international

Le nouveau président du Groupe Rocher s’emploie effectivement à accélérer la présence à l’international par des acquisitions ou des partenariats[21]. En 2012, le Groupe Rocher devient actionnaire majoritaire (51 %) de Flormar, une société de cosmétiques turque, numéro 1 du maquillage sur son marché[23], qui licencie un tiers de son personnel en 2018 [24].

En 2014, la marque Petit Bateau signe un contrat de partenariat avec Fung Kids Limited, société hongkongaise du groupe Fung Retailing Limited, pour développer Petit Bateau en Chine, espérant y profiter de l’assouplissement de la politique de l’enfant unique[25].

Yves Rocher Vostok, la filiale est-européenne de l'entreprise, a poursuivi en justice l'opposant russe Alexei Navalny et son frère pour fraude et blanchiment d'argent. Novaya Gazeta a accusé Bruno Leproux, directeur général de Yves Rocher Vostok, d'avoir soutenu la campagne du gouvernement russe contre Alexei Navalny.

Depuis août 2014, le mouvement «Une question pour Yves Rocher» s'est développé en Europe afin d'amener la société Yves Rocher à prendre une position définitive sur l'affaire contre Navalny.

Le 30 décembre 2014, le frère d'Alexei Navalny, Oleg, a été condamné à trois ans et demi de travaux forcés et Alexei Navalny à une peine de trois ans et demi de prison avec sursis.

En 2015, le Groupe Rocher rassemble ses différentes implantations d’Île-de-France en un même lieu, à Issy-les-Moulineaux. La quasi-totalité des marques du groupe y sont réunies, dans un bâtiment Haute qualité environnementale de 23 000 m2, avec un patio-jardin valorisant la biodiversité[26],[27].

En décembre 2016, le groupe Rocher annonce l'acquisition des savons Sabon, ainsi que de deux entreprises distribuants ses produits en Roumanie et à Hong Kong[28].

Caractéristiques de l’entreprise

Présidé depuis 2010 par Bris Rocher, le groupe est contrôlé à plus de 97 % par la famille du fondateur[2].

Présent sur les marchés de la cosmétique, de l’embellissement de la maison, et de l’habillement, le Groupe possède dix marques principales : Yves Rocher, Petit Bateau, Stanhome, Dr. Pierre Ricaud, Daniel Jouvance, Kiotis, ID Parfums et Flormar[29], Sabon[30] et Arbonne International[31].

Il emploie 15 000 salariés dans le monde. Le chiffre d’affaires est estimé à plus de deux milliards d’euros[9].

L’une des particularités du Groupe Rocher réside dans sa maîtrise de la quasi-totalité du cycle de vie de ses produits, la recherche et développement à la culture des plantes, la fabrication des produits, et leur distribution[32].

Site initial de La Gacilly

Le jardin botanique à La Gacilly avec en arrière-plan, l'usine de La croix des Archers (Yves Rocher).

Dans le village natal de son fondateur, La Gacilly, entre Rennes et Vannes , dans le Morbihan, le Groupe Rocher a tenu à conserver 55 hectares de champs en agriculture biologique, où sont cultivées sept plantes médicinales emblématiques du concept de départ de l’entreprise ( « La Beauté par les plantes ») : le bleuet, le calendula, l'arnica, la ficoïde glaciale, la camomille romaine, la camomille matricaire, et la mauve. Ainsi, le bleuet est utilisé à la fois pour sa fleur (dont certaines molécules entrent dans des préparations permettant de déjaunir les cheveux blancs) et pour sa tige (dont est extraite une eau florale apaisante pour la peau). Autre exemple, la camomille matricaire est exploitée pour ses propriétés adoucissantes et antioxydantes[33],[34],[35].

Même si elle s’appuie sur environ 400 « jardins partenaires » dans le monde, l’entreprise a également créé, dans ce village où elle est née, un jardin botanique qui regroupe plus de 1 100 espèces de végétaux, dont une collection rare d'armoises[33],[34]. C'est également à La Gacilly et à proximité, que le groupe maintient une partie significative de ses usines de production. Un hôtel Spa a également été implanté, et un festival annuel de photographie y est organisé[33],[34].

Trois autres sites industriels du groupe Rocher sont implantés à La Gacilly : La croix des Archers, Les Villes Geffs et la Villouet. À ces usines s'ajoutent deux autres sites bretons situés à proximité : Ploermel pour les parfums et Rieux pour les crèmes et le maquillage.

Locaux Groupe Rocher à Issy-les-Moulineaux

Notes et références

  1. « Année 2017 - Yves Rocher : Toute l'actu de la fondation de cosmétique végétale », sur www.lsa-conso.fr (consulté le 3 novembre 2018)
  2. a b c et d Benoist Simmat, « Yves Rocher fondu d’or vert », lire en ligne)
  3. Clémentine Joléo, « Création d'entreprise : L'improbable aventure d'Yves Rocher », lire en ligne)
  4. Vlandrieu, « Yves Rocher, une affaire d'hommes », lire en ligne)
  5. Perrine Stenger, « Saga de marque : Yves Rocher, la nature au service des femmes », lire en ligne)
  6. a et b Stanislas du Guerny, « Yves Rocher inaugure une plate-forme près de Redon », lire en ligne)
  7. « Yves Rocher tout a commencé dans un grenier... », Les Mousquetettes,‎ (lire en ligne)
  8. Véronique Lorelle, « Yves Rocher reprend en main Petit Bateau. », lire en ligne)
  9. a et b Sophie Lécluse, « Les petits secrets de la famille Yves Rocher », lire en ligne)
  10. « Yves Rocher est mort », lire en ligne)
  11. Florentin Collomp, « Petit Bateau deviendra grand », lire en ligne)
  12. « Yves Rocher se renforce dans la vente directe en rachetant Stanhome WDS », lire en ligne)
  13. « Après son recentrage sur les cosmétiques : Yves Rocher réduit son endettement », lire en ligne)
  14. Taib Berrada El Azizi, Nabil Elmabrouki et Badr Habba, « L’atténuation des contraintes financières sur les entreprises familiales : du fatalisme à l’action », Revue de l'entrepreneuriat, vol. 13,‎ 2014/, Revue de l'entrepreneuriat, vol. 13,‎ 2014/, lire en ligne)
  15. « Yves-Rocher.fr, l'harmonie naturelle », sur http://www.ecommercemag.fr/ (consulté le 23 juin 2016)
  16. Yannick Vely, « Yves Rocher : La Mort d'un pionnier », lire en ligne)
  17. Nicole Vulser, « Yves Rocher », lire en ligne)
  18. a et b Maïté Turonnet, « Un rocher dans un jardin », lire en ligne)
  19. Juliette Garnier e et Pierre Kupferman, « ans vingt ans, Yves Rocher sera toujours une entreprise familiale », lire en ligne)
  20. Emmanuel Grasland, « Yves Rocher : la famille rachète les parts de Sanofi », lire en ligne)
  21. a et b Dominique Chapuis, « Le petit-fils du fondateur s'affirme à la tête d'Yves Rocher », lire en ligne)
  22. David Barroux et Dominique Chapuis, « Bris Rocher : 'Nous avons un engagement familial sur le long terme' », lire en ligne)
  23. « Yves Rocher devient actionnaire majoritaire du turc Flormar », lire en ligne)
  24. [1]
  25. Dominique Chapuis, « Petit Bateau mise sur l'assouplissement de la politique de l'enfant unique en Chine », lire en ligne)
  26. « Cosmétiques. Le groupe Rocher inaugure son nouveau siège près de Paris », lire en ligne)
  27. Stanislas du Guerny, « Yves Rocher s'ancre à Issy-les-Moulineaux en restant breton », lire en ligne)
  28. Rocher annonce trois acquisitions, Le Figaro, 21 décembre 2016
  29. Corentin Bainier, « Bris Rocher, patron d'Yves Rocher : "A l'étranger, la Bretagne manque d'une identité forte" », lire en ligne)
  30. (he) « Groupe Rocher buys cosmetics co Sabon - Globes English », sur Globes (consulté le 9 mai 2018)
  31. (en) Arbonne International, LLC, « Groupe Rocher Enters Into A Definitive Agreement To Acquire Arbonne International », sur www.prnewswire.com (consulté le 9 mai 2018)
  32. Adrien Cahuzac, « <Comment Yves Rocher fait pousser ses cosmétiques », lire en ligne)
  33. a b et c « La Gacilly, un jardin botanique enchanté », lire en ligne)
  34. a b et c Benoist Simmat, « Les fleurs bio se ramassent à la pelle », lire en ligne)
  35. « La Gacilly : dans les champs d'Yves Rocher », lire en ligne)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes