Guerre civile syrienne

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Révolution syrienne.
Guerre civile syrienne
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la guerre civile syrienne, situation actuelle [1].
Informations générales
Date en cours
(6 ans, 11 mois et 7 jours)
Lieu Syrie
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne

Drapeau de la Russie  Russie
Drapeau de l'Iran  Iran
InfoboxHez.PNG Hezbollah
Brigade des Fatimides
Harakat Hezbollah al-Nujaba
Brigade Abou al-Fadl al-Abbas
Organisation Badr
Brigades de la paix
Asaïb Ahl al-Haq
Saraya al-Khorasani
Kataeb Hezbollah
Brigades de l'imam Ali
Saraya Ashura
Junud al-Mahdi
Fawj al-Imam al-Hujja

PFLP-GC Flag.svg FPLP-CG
Fatah Flag.svg Fatah al-Intifada
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre

Flag of Ahrar ash-Sham.svg Ahrar al-Cham
Logo of Jaysh al-Islam.jpg Jaych al-Islam
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg Front Fatah al-Cham
Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham
borde Suqour al-Cham
Front de l'authenticité et du développement
Al-Liwaa.svg Union islamique Ajnad al-Cham
IslamicFrontFlag.PNG Ansar al-Cham
Alwiya al-Furqan
Al-Liwaa.svg Harakat Nour al-Din al-Zenki
Al-Liwaa.svg Kataeb Thuwar al-Cham
Flag of Ajnad al-Sham.png Ajnad al-Cham
Flag of Jund al-Aqsa.svg Jound al-Aqsa
Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg Parti islamique du Turkestan
Infobox Ajnad al-Kavkaz flag.png Ajnad al-Kavkaz
Flag of Jihad.svg Jound al-Cham
Emblem of the Ansar al-Deen Front.svg Front Ansar Dine
Flag of Jaysh al-Muhajireen wal-Ansar.png Jaych al-Mouhajirine wal-Ansar
Flag of Harakat Sham al-Islam.svg Harakat Cham al-Islam
Flag of Jihad.svg Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya
Flag of the Green Battalion.svg Bataillon Vert
Flag of katibat al tawhid wal jihad.png Katiba al-Tawhid wal-Jihad
Logo of Jaysh al-Sunna.png Jaych al-Sunna
Liwa al-Haq
Aknaf Beit al-Maqdess
Harakat al-Muthanna
Liwa Ansar al-Khalifah
Nogai Jamaat


Drapeau de la Turquie  Turquie


Opposition politique en exil :
SyrianNationalCoalitionOfficialLogo.svg CNFOR

Conseil pour la révolution syrienne
Flag of Rojava.svg PYD

Flag of Kurdistan Workers' Party.svg PKK

Flag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes
Flag of al-Sanadid Forces.svg Armée Al-Sanadid
Flag of Jaysh al-Thuwar.svg Jaych al-Thuwar
Jabhat al-Akrad
Conseil militaire syriaque.jpg MFS
Flag of Syria 2011, observed.svg Forces d'élite syriennes
Flag of Syria 2011, observed.svg Bataillons Chams al-Chamal
Flag of Syria 2011, observed.svg Brigade des révolutionnaires de Raqqa
Flag of Syria 2011, observed.svg Liwa al-Tahrir
International Freedom Battalion original banner.svg Bataillon international de libération
Flag of YBŞ.svg YBŞ
Flag of Sinjar Womens Units.svg YJÊ

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Flag of Kurdistan.svg Kurdistan irakien


Drapeau d’Israël  Israël
Drapeau de l'État islamique  État islamique
Commandants
Drapeau de la Syrie Bachar el-Assad

Drapeau de la Syrie Wael al-Halki
Drapeau de la Syrie Imad Khamis
Drapeau de la Syrie Daoud Rajha
Drapeau de la Syrie Fahd al-Freij
Drapeau de la Syrie Ali Abdullah Ayyoub
Drapeau de la Syrie Mohammed Dib Zaitoun
Drapeau de la Syrie Rafiq Shahadah
Drapeau de la Syrie Ali Mamlouk
Drapeau de la Syrie Jamil Hassan
Drapeau de la Syrie Mohammed Shoaib Ali Souleimane
Drapeau de la Syrie Maher el-Assad
Drapeau de la Syrie Issam Zahreddine
Drapeau de la Syrie Souheil al-Hassan
Drapeau de l'Iran Qasem Soleimani
Drapeau de l'Iran Hossein Hamadani
Drapeau de l'Iran Hassan Chateri
InfoboxHez.PNG Ali Hussein Nassif
InfoboxHez.PNG Moustapha Badreddine
Drapeau de la Russie Aleksandr Dvornikov
Drapeau de la Russie Alexander Zhuravlyov
Drapeau de la Russie Valeri Assapov

PFLP-GC Flag.svg Ahmed Jibril
Flag of Syria 2011, observed.svg Riyad Al Asaad

Flag of Syria 2011, observed.svg Selim Idriss
Flag of Syria 2011, observed.svg Abdelilah al-Bachir
Flag of Syria 2011, observed.svg Abdul Jabbar al-Oqaidi
Flag of Syria 2011, observed.svg Mustafa Al-Sheikh
Flag of Syria 2011, observed.svg Abd al-Qader Salah
Flag of Syria 2011, observed.svg Jamal Maarouf
Flag of Syria 2011, observed.svg Yasser Abdel Rahim
Flag of Syria 2011, observed.svg Bachar al-Zoubi
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Hassan Aboud †
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Abou Jaber
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Abou Yahia al-Hamawi
Logo of Jaysh al-Islam.jpg Zahran Allouche
Logo of Jaysh al-Islam.jpg Abou Himam al-Buwaydani
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Abou Mohammed al-Joulani
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Abou Omar Saraqeb
IslamicFrontFlag.PNG Ahmed Issa
Drapeau de la Turquie Zekai Aksakalli


Flag of Syria 2011, observed.svg Mouaz al-Khatib
Flag of Syria 2011, observed.svg Georges Sabra
Flag of Syria 2011, observed.svg Ahmad Assi Jarba
Flag of Syria 2011, observed.svg Hadi al-Bahra
Flag of Syria 2011, observed.svg Khaled Khoja
Flag of Syria 2011, observed.svg Anas al-Abdeh
Flag of Syria 2011, observed.svg Riad Seif
Flag of Syria 2011, observed.svg Suheir Atassi
Flag of Syria 2011, observed.svg Burhan Ghalioun

Flag of Syria 2011, observed.svg Abdel Basset Sayda
Flag of Rojava.svg Salih Muslim
Flag of Rojava.svg Ismail Hama
Flag of Rojava.svg Feysel Yusuf
Flag of Rojava.svg Abdul Hakim Bashar
People's Protection Units Flag.svg Sipan Hemo

YPJ Flag.svg Nassrin Abdalla

Drapeau des États-Unis Stephen J. Townsend
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Bakr al-Baghdadi

Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Haji Bakr
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Ali al-Anbari
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Omar al-Chichani
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Gulmurod Khalimov
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Mohammed al-Adnani

Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Djandal al-Kouweïti
Forces en présence
Drapeau de la Syrie
Forces armées syriennes :
400 000 [2] (2011)
250 000 (2012)
170 000 [3] (2013)
150 000 (2014)
125 000 [4] (2015)

Forces de défense nationale :
100 000 [5]

Flag of the Ba'ath Party.svg Brigades du Baas
10 000 [6]

Flag of the Syrian Social Nationalist Party.svg PSNS
5 000 [6]

Milices chiites étrangères :
20 000 à 60 000 hommes [7], [8]

InfoboxHez.PNG Hezbollah
5 000 à 10 000 [9],

Drapeau de l'Iran
7 000 [10] (2015)

Drapeau de la Russie
4 000 [11]
150 000 au total [12]

Flag of Syria 2011, observed.svg
Armée syrienne libre
40 000 à 50 000 [13]

Logo of the Islamic Front (Syria).svg Front islamique
50 000 à 80 000 [14], [15]

Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
10 000 à 20 000 [5], [16]

Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham
30 000 [17]
People's Protection Units Flag.svg YPJ Flag.svg
35 000 à 50 000 [18], [19]
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg EI
7 000 à 12 000 [20], [21] (2013)
20 000 à 125 000 [22], [23], [24], [25] (2014-2015, Syrie et Irak)
Pertes
Drapeau de la Syrie
111 363 morts au moins
(dont 63 251 militaires
et 48 112 miliciens)
4 700 prisonniers ou disparus
(selon l' OSDH) [26]

InfoboxHez.PNG
1 591 morts au moins
(selon l' OSDH) [26]

Milices chiites étrangères :
7 481 morts au moins
(selon l' OSDH) [26]

Drapeau de l'Iran
1 000 morts au moins [32]

Drapeau de la Russie
38 morts au moins [33]
Flag of Syria 2011, observed.svg Logo of the Islamic Front (Syria).svg Flag of Rojava.svg
59 920 morts au moins (dont 2 611 déserteurs)
(selon l' OSDH) [26]

Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg
62 619 morts au moins
(selon l' OSDH) [26]

Drapeau de la Turquie
102 morts au moins [34], [35]
Flag of Rojava.svg
2 209 morts
(2013-2016, selon les YPG) [36], [37], [38], [39]

Drapeau des États-Unis
1 mort [40]

Drapeau de la France
1 mort [41]

Drapeau de la Jordanie
1 mort [42]

Flag of Kurdistan.svg
1 mort [43]
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg
20 000 morts au moins
(selon l' OSDH) [44], [45], [46]
Civils :
103 490 morts au moins [26]
(dont 19 116 enfants et 12 041 femmes) [26]
et 3 683 morts non-identifiés [26]
(selon l' Observatoire syrien des droits de l'homme, au 10 décembre 2017)

206 932 morts au moins [27]
(dont 24 799 enfants et 23 502 femmes) [27]
(selon le Réseau syrien des droits de l'homme, au 1er mars 2017)

112 156 morts au moins [28]
(selon le Centre de documentation des violations en Syrie, au 8 mai 2017)
Total :
346 612 à 500 000 morts [26]
2 000 000 blessés [26]
(selon l' Observatoire syrien des droits de l'homme, au 10 décembre 2017)

~ 250 000 morts [29], [30]
(selon l' ONU, le 17 août 2015)

470 000 morts [31]
(selon le Syrian Centre for Policy Research, au 11 février 2016)

Guerre civile syrienne

Batailles

1re Deraa · Homs · Banias · Telkalakh · 1re Rastane · Talbiseh · 1re Jisr al-Choghour · 1re Jabal al-Zawiya · 1er Hama · Lattaquié · 2e Rastane · 1er Zabadani · Douma · 3e Rastane · 2e Zabadani · 1er Qousseir · 2e Deraa (en cours) · 1re Azaz · 1re Idleb · Taftanaz · Rastane · Nobl et Zahraa · Tremseh · Damas · Ghouta orientale (en cours) · Alep · Al-Tel · Menagh · 1er Régiment 46 · 1re Maarat al-Nouman · Cheikh Souleimane · 2e Taftanaz · 2e Hama · 1re Al-Chaddadeh · 1re Raqqa · 2e Qousseir · Ras al-Aïn · Daraya · 1re Maaloula · 2e Azaz · Mahin et Sadad · 1re Tall Hamis · 2e Raqqa · 1re Jarablus · Al-Manajir · Otaybah · Yabroud · Markada · Kessab · Rankous · 1re Boukamal · Tall al-Jabiyah · 1re Deir ez-Zor · 1re Kobané · Ras al-Maara · 2e Deir ez-Zor · Al-Chaer · Division-17 · 1re Tabqa · Djezaa · 2e Kobané · Mabrukah · 2e Jabal al-Zawiya · Wadi al-Deïf · 2e Tall Hamis · Tall Tamer · 2e Régiment 46 · Bosra · Cheikh Hilal · 2e Idleb · Foua et Kafraya (en cours) · Bousra al-Harir · Qalamoun · 2e Jisr al-Choghour · 1re Palmyre · Al-Amr · 1re Tall Abyad · Suran · 1re Hassaké · Brigade 52 · Aïn Issa · 2e Hassaké · 3e Zabadani · Sarrine · Sahl al-Ghab · Malkiyé · Al-Qaryatayn · 1re Marea · Abou Douhour · 3e Hama · Al-Hol · Tichrine · Cheikh Meskin · 1re Tall Rifaat · 2e Al-Chaddadeh · Khanasser · 2e Tall Abyad · 2e Palmyre · Al-Raï · 2e Maarat al-Nouman · 1re Tasil · Qamichli · 2e Tall Rifaat · Khan Touman · 3e Raqqa · 2e Marea · 1re Manbij · 2e Tabqa · 2e Boukamal · 3e Hassaké · Opération Bouclier de l'Euphrate · 2e Jarablus · 4e Hama · 4e Raqqa · 3e Palmyre · Al-Bab · Wadi Barada · 4e Palmyre · 1re Poche d'Idleb · 2e Tasil · 5e Hama · 3e Tabqa · Badiya · al-Tanaf · Aqareb et Maboujé · 5e Raqqa · 2e Poche d'Idleb · Al-Soukhna · Ouqayribat · 3e Deir ez-Zor (en cours) · 3e Poche d'Idleb (en cours) · Beït Djine · Mayadine · 3e Boukamal · Afrine (en cours) · Khoucham



Massacres de la guerre civile syrienne

Houla · Al-Koubeir · Daraya · al-Bayda et Baniyas · Barouda · Ghraneidj et d'al-Keshkeyyi · Kobané · Khan Cheikhoun · Al-Qaryatayn



Attaques chimiques de la guerre civile syrienne

Ghouta · Uqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar · Khan Cheikhoun



Attentats de la guerre civile syrienne

1er Damas · 2e Damas · 3e Damas · Jaramana · 4e Damas · 5e Damas · 1er Homs · 2e Homs · Hassaké · Tall Tamer · 1er Sayyida Zeinab · 3e Homs · 2e Sayyida Zeinab · Tartous et Jablé · Qamichli · Azaz · Soussiane · 4e Homs · 6e Damas · 7e Damas · Rachidine · Al-Tojjar



Débordements du conflit

Incidents frontaliers Syrie-Turquie · Incidents frontaliers Syrie-Israël · Conflit au Liban · Crise russo-turque de 2015



Interventions internationales

Intervention de l'Iran · Coalition arabo-occidentale · Opérations aériennes de la coalition · Intervention de la Russie · Opération Inherent Resolve · Opération Chammal · Opération Impact · Bombardement de la base aérienne d'Al-Chaayrate


Coordonnées 33° 30′ 35″ nord, 36° 18′ 33″ est

La guerre civile syrienne — ou révolution syrienne — est un conflit armé en cours depuis 2011 en Syrie. Elle débute dans le contexte du Printemps arabe par des manifestations majoritairement pacifiques en faveur de la démocratie contre le régime baasiste dirigé par le président Bachar el-Assad. Réprimé brutalement par le régime dans tout le pays, le mouvement de contestation se transforme peu à peu en une rébellion armée.

De nombreux belligérants participent au conflit. L'opposition politique en exil forme le Conseil national syrien (CNS) en 2011 puis la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (CNFOR) en 2012. Parmi les multiples groupes insurgés, l' Armée syrienne libre est le premier mouvement à mener la rébellion, mais à partir de 2013 elle est supplantée dans plusieurs régions par des brigades islamistes sunnites, telles que Ahrar al-Cham ou Jaych al-Islam. Les mouvements rebelles sont soutenus par les pays du Golfe et l' Occident, et en particulier par l' Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar et les États-Unis. Le régime syrien bénéficie quant à lui des renforts du Hezbollah et de brigades islamistes chiites irakiennes et étrangères, ainsi que du soutien militaire de l' Iran et de la Russie. À ces forces s'ajoutent les Kurdes du PYD et des YPG, qui combattent pour l' autodétermination du Rojava, et les salafistes djihadistes, représentés principalement par le Front al-Nosra — branche syrienne d' Al-Qaïda jusqu'en 2016 — et l' État islamique. Si le Front al-Nosra combat aux côtés de la rébellion, l'État islamique entre en guerre contre tous les autres belligérants à partir de 2014 et devient la cible d'une campagne de frappes aériennes effectuées par une coalition arabo-occidentale menée par les États-Unis.

En se prolongeant dans le temps, le conflit syrien est devenu à la fois une guerre civile, une guerre confessionnelle et une guerre par procuration. Depuis mars 2011, le conflit a fait autour de 500 000 morts d'après les estimations de diverses ONG. Des attaques à l' arme chimique et de nombreux massacres, crimes de guerre et crimes contre l'humanité ont été commis, principalement par le régime syrien et par l'État islamique. Le camp loyaliste syrien est responsable de la grande majorité des victimes civiles de la guerre ; par ses bombardements aériens massifs et par la répression exercée contre l'opposition, qualifiée de politique d'« extermination » par l'ONU : entre 70 000 et 200 000 personnes ont disparu dans les prisons du régime, au moins 17 000 d'entre elles y ont été torturées à mort et plus de 5 000 à 13 000 autres ont été exécutées par pendaison, principalement dans la prison de Saidnaya.

La moitié de la population syrienne a été déplacée pendant le conflit, et cinq à six millions de Syriens ont fui le pays, soit le quart de la population.

Contexte

Gouvernement el-Assad

Articles détaillés : Parti Baas syrien, Hafez el-Assad et Bachar el-Assad.
Le président syrien Bachar el-Assad.

En 1946, la Syrie devient une république indépendante, mais la phase démocratique prend fin en mars 1949 avec un coup d'état soutenu par la CIA et suivi de deux autres la même année [47], [48]. Ces événements portent au pouvoir le général Chichakli, qui établit un régime parlementaire avant d'imposer son pouvoir personnel par un nouveau coup d'état en novembre 1951 [49].

En février 1954, à l'issue d'un soulèvement populaire, le pouvoir est rendu aux civils. De 1958 à 1961, lors du rapprochement avec l'Égypte et de l’avènement de la République arabe unie, le régime parlementaire syrien est brièvement remplacé par un régime présidentiel extrêmement centralisé [50].

Après la rupture avec l'Égypte en 1961, la branche syrienne du Parti Baas (laïque nationaliste et socialiste) accède au pouvoir, en mars 1963, à la suite d'un coup d'état. En février 1966, un putsch renverse Michel Aflak et Salah Eddine Bitar, les dirigeants historiques du Parti [51] et le général Hafez el-Assad, alors ministre de la Défense, s'empare du pouvoir en novembre 1970 au terme d'une « révolution correctrice » qui le porte au poste de Premier ministre. En mars 1971, Assad se proclame Président (il le restera jusqu'à sa mort en 2000). De 1976 à 1982, il mate une insurrection islamique. Le Parti Baas s'installe comme l'autorité politique de référence dans un système de parti unique. Les Syriens ne peuvent qu'approuver leur Président par référendum. Jusqu'à la mise en place, en 2012, d'un système contrôlé par le régime, ils ne sont pas invités à choisir entre plusieurs partis pour élire le corps législatif [52].

Succédant à son père au décès de ce dernier, Bachar el-Assad — et son épouse Asma el-Assad (une sunnite née et élevée en Grande-Bretagne) — inspirent des espoirs de réforme démocratique [53]. De juillet 2000 à août 2001, des débats sociaux et politiques animent une nouvelle phase qualifiée de « printemps de Damas » [54].

Pendant cette période, se développent en Syrie de nombreux forums politiques et des lieux de réunion privés où les citoyens débattent de questions politiques et sociales et d'où émergent des activistes comme Riad Seïf, Haitham al-Maleh, Kamal al-Labwani, Riad al-Turk et Aref Dalila [55]. Tandis que les hypothèses réformistes issues du Parlement et les promesses de changement de Bachar el-Assad restent largement lettre morte [56], le printemps de Damas prend fin en août 2001 avec l'arrestation et l'emprisonnement de dix des principaux leaders après leur appel à la désobéissance civile et à des élections démocratiques [57].

Géographie

Carte générale de la Syrie.
Carte des Gouvernorats de la Syrie (liste des provinces), avec le plateau du Golan (en vert, au sud-ouest), et les pays frontaliers.

L’essentiel du territoire syrien est constitué par un vaste plateau calcaire surmonté de quelques reliefs anciens et traversé au nord-est par l' Euphrate. Le pays est bordé au nord par la Turquie, à l'est par l' Irak et au sud par la Jordanie, Israël et le Liban. Le pays possède une façade maritime ouvrant sur la Méditerranée. La majorité de la population syrienne réside dans les villes et les principales agglomérations sont situées sur la bande côtière ( Tartus, Banias, Lattaquié, Jableh), dans l'ouest ( Alep, Homs, Hama) et le sud du pays ( Damas, Deraa). À cette géographie physique se superpose une géographie humaine (ruraux/urbains) et une géographie ethno-religieuse ( sunnites, chiites, alaouites, druzes, chrétiens, kurdes), qui rendaient déjà difficile toute représentation exacte de la situation avant la guerre civile. Le développement du conflit a compliqué la tâche des cartographes, au point que la représentation des opérations et des zones d'influence fait désormais partie d'une véritable « guerre des cartes » participant à la propagande et à la désinformation [58].

Cette configuration a conditionné la dynamique du conflit : la contestation a débuté dans les zones urbaines où étaient concentrés des griefs d'ordre économique et ethno-religieux contre le pouvoir en place. La répression s'est abattue sur les localités considérées comme rebelles, où le conflit a fait apparaître les fractures économiques, ethniques et religieuses entre centre, banlieue, périphérie et quartiers « informels ». Le conflit s'est ainsi installé au cœur des villes, où les combattants ont fait assaut de férocité pour assiéger et réduire leurs adversaires, quartier par quartier, et où les populations civiles ont payé un très lourd tribut aux violences.

Selon le géographe Fabrice Balanche, la représentation des fronts, des armées, des territoires occupés, est plus complexe dans une guerre civile que dans une guerre conventionnelle. La superposition des territoires tenus par l’insurrection et la contre-insurrection avec celle de la répartition ethnico-confessionnelle de la population fait apparaître la dimension communautaire du conflit. « À l’échelle de l’agglomération d’Alep, superposer la carte des combats à celle des quartiers informels d’une part, peuplés essentiellement de migrants ruraux, et, de l’autre, de ceux qu’habitent les citadins d’origine met en évidence une autre dimension du conflit : l’opposition ville-campagne » [58].

Démographie

Article détaillé : Démographie de la Syrie.
Carte montrant la répartition ethno-religieuse de la Syrie avant la guerre civile. En cas de repli militaire, chacun de ces groupes pourrait choisir de se replier sur son foyer géographique d'origine.

Composition ethno-religieuse de la Syrie. Estimations de 2012 [59].

Il n'existe pas de recensement officiel des confessions en Syrie et les estimations varient en fonction des sources. Un article français de 1955 brosse le portrait confessionnel et ethnique de la Syrie au seuil de son indépendance [60]. Un rapport d'un groupe interparlementaire du Sénat français datant de 2007 [61] fait état de la répartition suivante :

Selon d'autres chiffres publiés en 2012 [62] la répartition serait la suivante :

  • Arabes sunnites 72,8 %
  • Kurdes sunnites 8,3 %
  • Arabes alaouites 10,2 %
  • Arabes druzes 1,8 %
  • Arabes chiites ismaéliens 0,9 %
  • Arabes chiites duodécimains 0,4 %,
  • Tcherkesses sunnites 0,3 %
  • Turkmènes - Turcomans sunnites 0,6 %.
  • Kurdophones yézidis 0,1 %
  • Chrétiens 4,6 %.

Les chrétiens se répartiraient ainsi :

  • Arabes de religion grecque orthodoxe : 526 000
  • Arabes de religion grecque catholique: 121 000
  • Arméniens apostoliques : 121 000
  • Jacobites 89 000
  • Maronites 29 000
  • Arméniens catholiques 26 000
  • Protestants 21 000
  • Nestoriens 20 000
  • Syriaques catholiques 18 000
  • Chaldéens catholiques 14 000
  • Catholiques latins 9 000

Du point de vue religieux, la famille Assad est issue de la minorité alaouite, une branche du chiisme qui engloberait 10 % de la population syrienne [63]. Ses adeptes occupent de nombreux postes dans les services de sécurité syriens [64], ce qui génère du ressentiment chez les Sunnites [65] qui représentent plus de 60 % de la population syrienne. Maher el-Assad le frère cadet d'Assad commande la 4e Division blindée, un corps d'élite de l'armée syrienne. Jusqu'à sa disparition dans l'attentat du 18 juillet 2012, Assef Chaoukat, son beau-frère, était vice-ministre de la Défense.

Les Kurdes de Syrie ont également protesté contre les discriminations ethniques et la négation de leur identité culturelle et de leur langue [66], [67]. Les Kurdes de Syrie (8,5 à 11 %) ne constituent pas une confession en soi, mais sont majoritairement sunnites. Regroupée au nord-est du pays sur la frontière turque, ainsi que dans la province d'Alep, le Jazirah et la banlieue de Damas, cette population au fort sentiment communautaire met à profit l’affaiblissement de l'armée syrienne en juillet 2012 pour investir plusieurs villes du Nord du pays [68], soutenue par l'espoir, entretenu par le PKK, de la création d'un Kurdistan indépendant.

La part des chrétiens dans la population totale a fortement baissé au cours des dernières décennies, cette population émigrant beaucoup et ayant un taux de natalité faible. Le 15 décembre 2011, les patriarches d'Antioche, chefs spirituels des chrétiens, lancent un appel à la paix et à un arrêt des sanctions internationales contre la Syrie [69]. Les chrétiens sont très inquiets des manifestations du vendredi et ont en mémoire leurs coreligionnaires irakiens qu'ils ont accueillis après les massacres, les quartiers mixtes seraient désertés de 80 % de leurs habitants chrétiens, notamment en décembre pour célébrer Noël [70].

Aspects socio-économiques

Le mécontentement contre le régime est plus grand dans les zones les plus pauvres du pays, parmi les Sunnites conservateurs et dans les localités ayant un taux de pauvreté élevé, comme Deraa et Homs, ainsi que dans les zones rurales touchées par la sécheresse de 2001, et les quartiers les plus déshérités des grandes villes [71]. Les inégalités ont eu tendance à s'accroître après la mise en place, dans les dernières années du règne de Hafez el-Assad, de politiques favorisant le libre marché et avec leur développement après l'arrivée au pouvoir de son fils. Ces politiques, orientées vers le tertiaire, ont profité à une minorité de la population ayant des liens avec le gouvernement et aux membres des communautés sunnites marchandes de Damas et d'Alep. Dès 2011, la Syrie traverse une phase de dégradation du niveau de vie et de forte augmentation du prix des produits de base [72]. Le pays fait également face à un taux de chômage particulièrement élevé chez les jeunes [73].

D'après certains chercheurs et le département de la Défense des États-Unis, la sécheresse qui a frappé la Syrie entre 2006 et 2010, associée à une mauvaise gestion par les pouvoirs publics, a contribué à faire éclater la révolte [74], [75].

Droits humains

La situation des droits humains en Syrie a été, de longue date, durement critiquée par les organisations internationales [76]. Le pays a été en état d'urgence de 1963 à 2011, interdisant les rassemblements de plus de cinq personnes et conférant aux forces de sécurité des pouvoirs étendus en matière d'arrestation et de détention [77].

En juillet 2010, l'organisation Human Rights Watch conclut dans un rapport qu'en dépit des promesses d'une plus grande transparence et d'une démocratisation faites Bachar el-Assad dix ans plus tôt, pratiquement rien n'a été fait pour améliorer la situation des droits humains en Syrie, notamment en ce qui concerne la liberté d'expression, la torture et le traitement de la minorité kurde [78].

À l'exception du Parti Baas, toutes les autres formations politiques ont été interdites, faisant de la Syrie un pays à parti unique sans élections démocratiques [79].

La liberté d'expression, d' association et de réunion étaient étroitement surveillées avant le soulèvement et les autorités harcelaient les défenseurs des droits de l'homme ainsi que les personnalités critiques vis-à-vis du régime et les détenaient, souvent sans procès, dans des conditions inhumaines et en ayant recours à la torture [80].

Les femmes et les minorités ont subi des discriminations dans le secteur public. Des milliers de Kurdes syriens se sont vu refuser la nationalité en 1962, et leurs descendants continuent à être considérés comme « étrangers » [81]. Depuis 2004, des émeutes récurrentes ont exacerbé les tensions dans les zones kurdes du pays. La situation a entrainé des heurts réguliers entre les manifestants kurdes et les forces de l'ordre [82], [83].