Hautefaye
English: Hautefaye

Hautefaye
Hautefaye
La mairie d'Hautefaye.
Administration
PaysDrapeau de la France France
RégionNouvelle-Aquitaine
DépartementDordogne
ArrondissementNontron
CantonPérigord vert nontronnais
IntercommunalitéCommunauté de communes du Périgord Nontronnais
Maire
Mandat
Jean-Marie Portain
2014-2020
Code postal24300
Code commune24209
Démographie
Population
municipale
133 hab. (2016 en augmentation de 12,71 % par rapport à 2011)
Densité11 hab./km2
Géographie
45° 32′ 15″ nord, 0° 29′ 39″ est
AltitudeMin. 139 m
Max. 206 m
Superficie12,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Hautefaye

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Hautefaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hautefaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hautefaye

Hautefaye est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Géographie

Généralités

Hautefaye est une commune du nord-ouest de la Dordogne, limitrophe du département de la Charente.

Communes limitrophes

Hautefaye est limitrophe de cinq communes, dont une dans le département de la Charente.

Toponyme

La commune se nomme Auta Fàia en occitan[1].

Histoire

Article détaillé : Affaire de Hautefaye.

Hautefaye a été le théâtre, lors d'une foire le 16 août 1870, du supplice et de la mise à mort par immolation d'un jeune aristocrate local, Alain de Monéys, par la population du village. À la suite d'un malentendu, celui-ci est devenu un bouc émissaire dans le contexte de la guerre franco-prussienne et des passions exacerbées qu'elle a provoquées. Le caractère barbare de l'événement a été amplifié par des rumeurs de cannibalisme, dues notamment à des propos attribués au maire du village (« Mangez-le si vous voulez »).[2].

En décembre 1870, lors du procès qui s'est tenu à Périgueux, vingt villageois furent condamnés, dont quatre à la peine capitale, lesquels ont été exécutés sur la place d'Hautefaye. D'autres ont été déportés au bagne de Nouvelle-Calédonie.

Le détail de cette affaire a été relaté dans plusieurs monographies historiques.

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

Dès 1790, la commune de Hautefaye est rattachée au canton de Javerlhac qui dépend du district de Nontron jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Nontron dépendant de l'arrondissement de Nontron[3].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[4]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Périgord vert nontronnais.

Intercommunalité

Fin 2002, Hautefaye intègre dès sa création la communauté de communes du Périgord Nontronnais. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes du Périgord vert nontronnais. Au , celle-ci fusionne avec la communauté de communes du Haut-Périgord pour former la nouvelle communauté de communes du Périgord Nontronnais.

Liste des maires

Liste des maires successifs
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
Les données manquantes sont à compléter.
     
1977mars 2014Francis Michel DonnarySERetraité
mars 2014[5]En coursJean-Marie PortainDVDAgriculteur propriétaire-exploitant[6]

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 133 habitants[Note 1], en augmentation de 12,71 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
179318001806182118311836184118461851
440389356659436472469435468
185618611866187218761881188618911896
449445445409384405364359350
190119061911192119261931193619461954
316312294268248265252258221
196219681975198219901999200620072012
174169146144129116113113122
2016--------
133--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Emploi

En 2015[10], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent cinquante-trois personnes, soit 40,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (sept) est resté stable par rapport à 2010 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,7 %.

Établissements

Au , la commune compte six établissements[11], dont deux au niveau des commerces, transports ou services, deux dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, un dans l'industrie, et un relatif au secteur administratif[12].

Équipements, services et vie locale

La ferme-auberge et camping à la ferme des Jaubertins possède une piste réservée aux ULM (LF2449)[13].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pèlerinage

Le pèlerinage du 15 août (ou du dimanche suivant), dédié à Notre-Dame de l'Assomption est mentionné pour la première fois en 1492[14] lorsque Anne de Bretagne y envoya son frère et l'une de ses dames d'honneur.

Après être tombé en désuétude depuis longtemps, il fut remis d'actualité par le curé de la paroisse dans les années 1930-1940. En 2008, la procession a encore attiré plus de quatre-vingts pèlerins[15].

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 4 décembre 2012.
  2. Alain Corbin, Le village des « cannibales », Flammarion, Paris, 1986.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Légifrance, « Décret « Décret http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 14 avril 2017).
  5. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 19 août 2014.
  6. https://www.lemonde.fr/aquitaine-limousin-poitou-charentes/dordogne,24/hautefaye,24209/
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Dossier complet - Commune de Hautefaye (24209) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 novembre 2018.
  11. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 novembre 2018).
  12. Dossier complet - Commune de Hautefaye (24209) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 novembre 2018.
  13. [1]
  14. Alberte Sadouillet-Perrin et Guy Mandon et ill. par Paul Laparre, Pèlerinages en Périgord, Périgueux, éd. Pierre Fanlac, , 158 p. (ISBN 2-86577-079-6), p. 81-83.
  15. Journal Sud Ouest (édition Périgueux) du 26 août 2008.