Langues inuites

Langues inuites
PaysGroenland, Canada, Alaska, anciennement Îles Diomède (Russie).
Nombre de locuteurs100 000
TypologieSOV, polysynthétique, ergative
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielleDrapeau du Nunavut Nunavut (Drapeau du Canada Canada)
Drapeau du Groenland Groenland
Codes de langue
Linguasphère60-ABB

Les langues inuites sont parlées par le peuple inuit en Alaska, dans l'Arctique canadien et au Groenland. Elles constituent un rameau de la famille des langues eskimo-aléoutes, qui comprend aussi les langues yupik et plus lointainement l'aléoute. Les langues inuites forment un continuum linguistique qui se subdivise en seize variétés, elles-mêmes regroupées en quatre grands ensembles : l'inupiaq dans le Nord de l'Alaska, l'inuvialuktun dans l'Ouest de l'Arctique canadien, l'inuktitut dans l'Est de l'Arctique canadien et le groenlandais au Groenland. Le nombre total de locuteurs est d'environ 100 000[1].

Langues

Carte des langues inuites.

Morphosyntaxe

L'inuit, de même que les autres langues eskimo-aléoutes, représente un type particulier de langue agglutinante appelé langue polysynthétique : il « synthétise » sur un radical donné des suffixes et des morphèmes grammaticaux aboutissant à la formation de longs « mots-phrases ».

Exemple tunumiusut (groenlandais oriental)[2] :

  • aattarsinnaanngorpoq « il lui devint possible de partir » : s'analyse en aattaq « partir » + sinnaa « pouvoir » + nngoq « devenir » + pu (indicatif) + q (3e pers.)

Les langues inuit ont entre autres particularités celle d'exprimer la possession de la même manière que l'action :

  • arn-ara « c'est ma mère » (mère-mienne)
  • tusarp-ara « je l'entends » (entendre-je.le)

ainsi que de pouvoir incorporer l'objet dans la forme verbale :

  • sapangarsivoq « perle(s)-il.a.acheté » (sapangaq = perle).

Tentative d’uniformisation

La fragmentation de la langue inuite en plusieurs dialectes reflète la réalité historique de la dispersion et de l'isolement des différentes communautés nordiques. La divergence entre chacun des dialectes s'est accrue davantage au fil du temps, particulièrement sous l’action des différents groupes de missionnaires qui développèrent de façon indépendante des systèmes distincts d'écriture de l’inuit qui varient fortement autour de l'Arctique. Les Inuktituk utilisent l’alphabet cri tandis que l’alphabet latin est employé ailleurs au Canada, en Alaska et au Groenland ; en Sibérie, les langues inuites sont écrites à l'aide de l'alphabet cyrillique.

Une initiative pour l’uniformisation de l’inuit existe depuis 2011[3] soutenue par la prémisse qu’une langue unique est bénéfique sur le plan des avantages économiques et culturels, facilitant notamment le développement de matériel pédagogique. En février 2016, des linguistes et des représentants des 60 000 Inuits du Canada se sont réunis à Ottawa en vue de l'adoption d'un alphabet unique d'ici la fin de l'an prochain. Le projet ne fait toutefois pas l’unanimité. Certaines communautés autochtones voient une forme d’assimilation dans l’uniformisation et l’adoption potentielle de l’alphabet latin.

Notes et références

  1. http://www.inalco.fr/langue/inuktitut
  2. Philippe Mennecier & al., Entre verbal et nominal, Classes de monèmes en langue inuit, 1996, in N. Tersis et M. Therrien, La dynamique dans la langue et la culture inuit, Paris, Peeters ; cité par Hagège (ill. Alain Bouldouyre), Dictionnaire amoureux des langues, Paris, Éditions Plon-Odile Jacob, coll. « Dictionnaire amoureux », , 732 p. (ISBN 9782259204095 et 2259204090, 458764164)
  3. « Inuit experts hope to bridge gap between 9 unique 'alphabets' », sur CTVNews (consulté le 19 février 2016)

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Bibliographie

  • Louis-Jacques Dorais, La parole inuit : langue, culture et société dans l'Arctique nord-américain, Paris, Peeters, coll. « Arctique » (no 3), , 331 p. (ISBN 2-87723-153-4, 39070023, notice BnF BnF lire en ligne)
  • (en) Arthur Thibert, Eskimo (Inuktitut) dictionary: Eskimo-English, English-Eskimo – Inuktitut-English, English-Inuktitut dictionary, New York, Hippocrene Books, , 202 p. (ISBN 0-7818-1074-4)

Liens externes