Liste des présidents de l'Assemblée nationale française et des chambres assimilées

Article général Pour des articles plus généraux, voir Parlement français et Assemblée nationale (France).

Président de l'Assemblée nationale
Image illustrative de l’article Liste des présidents de l'Assemblée nationale française et des chambres assimilées
Logo de l'Assemblée nationale.

Image illustrative de l’article Liste des présidents de l'Assemblée nationale française et des chambres assimilées
Titulaire actuel
Richard Ferrand
depuis le

CréationConstitution française du 4 octobre 1958
MandantDéputés
Premier titulaireJacques Chaban-Delmas
Résidence officielleHôtel de Lassay (Paris)
Site internet Présidence de l'Assemblée nationale

Cet article dresse la liste des présidents de l’Assemblée nationale française et des chambres assimilées.

1789-1795

États généraux

Chambre de la noblesse :

La Chambre de la noblesse tint sa dernière séance le 11 juillet.

Chambre du clergé :

  • 6 mai : président : le cardinal de La Rochefoucauld (président provisoire en vertu de son rang hiérarchique)
  • 24 juin : président : le cardinal de La Rochefoucauld (président par élection régulière)

La Chambre du clergé tint sa dernière séance le 27 juin.

Tiers-État :

  • 6 mai : président : Charles Florimond Leroux (député d'Amiens), doyen d'âge
    • 13 mai adjoints nommés pour huit jours : d'Ailly, Viguier, Glezen, Thouret, Redon, Verdollin, Jean-Étienne Menu de Chomorceau, Regnier, Mounier, Salomon, Thoret, de Flachslanden, Griffon de Romagné, Brassart, Arnoult, Simon de Maibelle, Mathieu de Rondeville, Prévost, Loys, Terrats.
  • 22 mai : président : Jean-Étienne Menu de Chomorceau, choisi par les adjoints pour remplacer Le Roux, démissionnaire. (Entretemps, Durand de Maillane avait remplacé Verdollin; Palasne de Champeaux avait remplacé Glezen et il est remplacé par Kervélégan.)
  • 1er juin : président : d'Ailly (démissionnaire le 3) ; adjoints : [Leissegues de Rozaven, de Luze Letang, Mirabeau, Bouchette, Boëry, Druillon, Dufraisse, Reubell, des Escoutes, Millanois, Pison du Galland, Tronchet, Viguier, Thouret, Menu de Chomorceau, Griffon de Romagné, Brassart, Arnoult, Loys, Terrats.
  • 3 juin : président : Bailly (remplace d'Ailly, démissionnaire)
  • 8 juin : président : Bailly (réélu) ; adjoints : Blanquart de Salines, Giraud Duplessix, Tixedor, Pernel, Gerard de Vic, de Luze Letang, Schmits, Vaillant, Wartel, René Enjubault de la Roche, Populus, Camus, Houdet, Roussier, Meynier de Salinelles, Dabbaye, Boëry, Millanois, Pison du Galland, Reubell.

Année 1789

Le 29 juillet, l'Assemblée constituante vote un règlement concernant les présidents et les secrétaires. Il stipule notamment : 1° Il y aura un président et six secrétaires. 2° le président ne pourra être élu que pour quinze jours ; il ne sera point continué mais il sera éligible de nouveau dans une autre quinzaine... 5° En l'absence du président, son prédécesseur le remplacera dans les mêmes fonctions... 8° On procédera dans les bureaux à l'élection des secrétaires par un seul scrutin... 10° La moitié des secrétaires sera changée et remplacée tous les quinze jours.

Année 1790

Année 1791


1791

1792

1792

NomPortraitDébut du mandatFin du mandat
Philippe Rühl (doyen d'âge des présents)AduC 150 Ruhl (P.J., 1737-1795).JPG
Jérôme Pétion de VilleneuveJérôme Pétion de Villeneuve.jpg
Jean-François DelacroixAduC 139 Lacroix (J.F. de, 1754-1794).JPG
Marguerite-Élie GuadetElie Guadet.jpg
Marie-Jean Hérault de SéchellesAduC 156 Hérault de Séchelles (M.J., 1760-1794).JPG
Henri GrégoireHenri Gregoire.jpg
Bertrand Barère de VieuzacBarere.jpg
Jacques Defermon (dit Defermon des Chapelières)Jacquedefermon.jpg
Jean-Baptiste TreilhardJean-Baptiste Treilhard 1742-1810.jpg

1793

NomPortraitDébut du mandatFin du mandat
Pierre Victurnien VergniaudPierre Vergniaud.jpg
Jean-Paul Rabaut Saint-ÉtienneJean-PaulRabautSaint-Etienne.jpg
Jean-Jacques Bréard (dit Bréard-Duplessis)FRAN 2014 02092.jpg
Edmond Louis Alexis Dubois-CrancéEdmond Louis Dubois-Crancé - François Bonneville.jpg
Armand GensonnéArmand Gensonné IMG 2447.JPG
Jean Antoine Joseph DebryAduC 240 Debry (A.J., 1766-1834).JPG
Jean François Bertrand Delmas
Marc David Albin Lasource
Jean-Baptiste Boyer-FonfrèdeBoyer-Fonfrède, Jean-Baptiste.JPG
Maximin IsnardIsnard.jpg
François-René-Auguste Mallarmé
Jean-Marie Collot d'HerboisCollot-portrait-Carnavalet.JPG
Jacques Alexis Thuriot de la Rosière
André Jeanbon Saint AndréJeanbon St. André 1795 portrait by Jacques-Louis David.jpeg
Georges Jacques DantonGeorges Danton.jpg
Marie-Jean Hérault de SéchellesMarie-Jean Hérault de Séchelles, conventionnel by Jean-Louis Laneuville (Carnavalet P 2539) 02.jpg
Maximilien RobespierreAduC 164 Robespierre (M.M.I. de, 1758-1794).JPG
Jacques Nicolas Billaud-VarenneBillaud-Varenne.jpg
Pierre Joseph CambonPierre-joseph-cambon-estampe.jpg
Louis Joseph Charlier
Moïse Antoine Pierre Jean Bayle
Pierre-Antoine Lalloy
Charles-Gilbert RommeCharles-Gilbert Romme.png
Jean-Henri Voulland
Georges Auguste CouthonGeorges Couthon.jpg

1794

NomPortraitDébut du mandatFin du mandat
Jacques-Louis DavidDavid Self Portrait.jpg
Marc-Guillaume-Alexis VadierMarc-Guillaume Alexis Vadier (1736-1828), French revolutionary (small).jpg
Joseph-Nicolas Barbeau du Barran (dit Dubarran)
Louis Antoine de Saint-JustSaint Just.jpg
Philippe RühlAduC 150 Ruhl (P.J., 1737-1795).JPG
Jean-Lambert TallienJean-Lambert Tallien.jpg
Jean-Baptiste-André Amar
Robert LindetRobert-lindet.jpg
Lazare CarnotLazare carnot.jpg
Claude-Antoine Prieur-Duvernois (dit Prieur de la Côte d'Or)Prieur-Duvernois de la Côte d'Or.jpg
Maximilien RobespierreRobespierre.jpg
Élie Lacoste
Jean-Antoine Louis (dit Louis du Bas-Rhin)
Jean-Marie Collot d'HerboisJean Marie Collot d'Herbois.jpg
Philippe Antoine Merlin (dit Merlin de Douai)Merlin de Douai.png
Antoine Merlin de ThionvilleAntoine Merlin de Thionville.jpg
André Antoine Bernard (dit Bernard de Saintes)Bernard, André Antoine.jpg
André Dumont
Jean-Jacques-Régis de CambacérèsCambacérès.jpg
Pierre-Louis Prieur (dit Prieur de la Marne)Prieur de la Marne.png
Louis LegendreLouis Legendre.jpg
Jean-Baptiste Clauzel
Jean-François ReubellJean Reubell député du département du Haut-Rhin.jpg
Pierre Louis Bentabole

1795

NomPortraitDébut du mandatFin du mandat
Étienne-François Le TourneurCharles-Louis François Letourneur--Jean-Baptiste-François Désoria IMG 2312.JPG
Stanislas Joseph François Xavier RovèreAduC 112 Rovère (J.S., 1744-1798).JPG
Paul BarrasPaul Barras directeur.jpg
François Louis Bourdon (dit Bourdon de l'Oise)AduC 053 Bourdon (F.L.,1758-1797).JPG
Antoine Claire ThibaudeauAduC 149 Thibaudeau (A.C., 1765-1854).JPG
Jean Pelet (dit Pelet de la Lozère)Jean Pelet de la Lozère (1759-1842).jpg
François-Antoine de Boissy d'AnglasFrançois Boissy d-Anglas.jpg
Emmanuel Joseph SieyèsEmmanuel Joseph Sieyès, by Jacques Louis David.jpg
Théodore VernierThéodore Vernier.jpg
Jean-Baptiste Charles Matthieu
Jean-Denis LanjuinaisProfil de Jean-Denis Lanjuinais.png
Jean-Baptiste Louvet de CouvrayLouvet de Couvray.jpg
Louis-Gustave Doulcet de PontécoulantLouis-Gustave Doulcet de Pontécoulant.jpg
Louis-Marie de La Révellière-LépeauxLouis-Marie de La Révellière-Lépeaux par Gérard.jpg
Pierre Claude François DaunouDaunou, Pierre - 1.jpg
Marie-Joseph ChénierChénier, Marie-Joseph.jpg
Théophile Berlier
Pierre-Charles-Louis Baudin
Jean-Joseph-Victor Genissieu

Directoire (1795-1799)

NomDates du mandatDurée
(j.)
Parti ou idéologie politiqueNotes
1Pierre DaunouDaunou, Pierre - 1.jpg25RépublicanismeLe Dictionnaire des parlementaires français dit que « peu d'hommes politiques ont eu moins d'ennemis que Daunou, et peu de carrières littéraires ont été plus utilement et plus dignement remplies ».
2Marie-Joseph ChénierChénier Marie-Joseph 2.jpg29RépublicanismeRépublicain favorable dans un premier temps à l'Empire, il plaide au travers de pièces de théâtre qu'il présente à Napoléon Bonaparte pour plus de liberté.
3Jean-Baptiste TreilhardJean-Baptiste Treilhard 1742-1810.jpg29RépublicanismeEugène Marbeau décrit Jean-Baptiste Treilhard comme « un homme honnête et droit qui se contente de faire son devoir dans la situation où la fortune le place, mais qui ne cherche pas à diriger sa vie et à dominer les événements ».
4Armand-Gaston CamusArmand Gaston Camus.jpg29RépublicanismeIl fut l’un des premiers à prêter le serment du Jeu de paume.
5Antoine Claire ThibaudeauAduC 149 Thibaudeau (A.C., 1765-1854).JPG29RépublicanismeTrès populaire, Thibaudeau est élu au Conseil des Cinq-Cents par trente-deux départements. Il choisit de nouveau de siéger pour la Vienne et est élu président du premier bureau de l'Assemblée. Il préside le Conseil du 20 février au 20 mars 1796.
6Louis-Gustave Doulcet de PontécoulantLouis-Gustave Doulcet de Pontécoulant.jpg29ModérésCharlotte Corday fit appel à lui comme défenseur car il était de la même province, la Normandie. Mais la lettre ne lui a pas été remise. « On n’a point trouvé son adresse » lui fut-il dit à l'audience.
7Aaron Jean François Crassous29Modérés
8Joseph (ou Jacques)
Defermon des Chapelières
Jacquedefermon.jpg29Bonapartisme
9Jean Pelet de la LozèreJean Pelet de la Lozère (1759-1842).jpg29Modérés
10François-Antoine de Boissy d'AnglasFrançois Boissy d-Anglas.jpg29Modérés
11Emmanuel PastoretClaude-Emmanuel de Pastoret.jpg34Modérés
12Charles Antoine ChassetAlbert Gregorius - Portrait de Charles A. Chasset.jpg29Modérés
13Jean-Jacques-Régis de CambacérèsMaurin - Cambaceres.png29Modérés
14Nicolas-Marie Quinette29Bonapartisme
15Jean Antoine DebryAduC 240 Debry (A.J., 1766-1834).JPG29Gauche
16François Marie Joseph Riou de Kersalaün29Droite
17Pierre-Antoine Lalloy29Gauche (politique)
18Michel Mathieu Lecointe-Puyraveau31Girondisme, Bonapartisme modéré
19François Lamarque28Gauche
20Jean-Charles PichegruPichegru.jpg29Droite
21Pierre François Joachim Henry Larivière29Clichyens
22Joseph Vincent Dumolard29Modérés
23Joseph Jérôme SiméonSiméon, Joseph Jérôme comte.jpg34Modérés
24François Lamarque34GaucheIl fut président par intérim du Conseil des Cinq-Cents, notamment après le Coup d'État du 18 fructidor an V.
25Jean-Baptiste JourdanJEAN BAPTISTE JOURDAN (1762-1833).jpg34Bonapartisme
26François-Toussaint Villers29Plaine
27Emmanuel-Joseph SieyèsEmmanuel Joseph Sieyès, by Jacques Louis David.jpg29Droite libérale
28Antoine Boulay de la MeurtheHoudetot - Boulay de la Meurthe, conseiller d'Etat.jpg29Droite
29Jacques-Charles Bailleul29Modérés
30Antoine-François Hardy30Gauche
31Alexis François Pison de Galand29Modérés
32Joseph Clément Poullain de Grandprey29Modérés
33Jacques Antoine Creuzé-Latouche29Modérés
34Marie-Joseph ChénierChénier, Marie-Joseph.jpg30Gauche
35Michel Mathieu Lecointe-Puyraveau28
36Pierre DaunouDaunou, Pierre - 1.jpg34Modérés
37Jean-Baptiste JourdanJEAN BAPTISTE JOURDAN (1762-1833).jpg29Gauche
38Dieudonné Dubois29Bonapartisme
39Jean Julien Michel Savary29
40Théophile Berlier29Majorité
41Jean-Baptiste Leclerc29Majorité
42Gabriel Malès29Majorité
43Philippe-Laurent Pons29Majorité
44Jean-Marie Heurtault de Lamerville29Modérés
45Jean Antoine DebryAduC 240 Debry (A.J., 1766-1834).JPG29Gauche
46Jean-Joseph-Victor Genissieu29Gauche
47Jean-Baptiste Quirot29Modérés
48Antoine Boulay de la MeurtheHoudetot - Boulay de la Meurthe, conseiller d'Etat.jpg35Droite
49Jean-Pierre Chazal29Droite
50Lucien BonaparteFabre - Lucien Bonaparte.jpg20Bonapartisme
51Antoine Boulay de la Meurthe,
Pierre Daunou et
Jean-Ignace Jacqueminot
Daunou, Pierre - 1.jpg29Droite
Modérés
52Pierre Daunou,
Antoine Boulay de la Meurthe et
Jean-Ignace Jacqueminot
4Modérés
Droite

Consulat et Premier Empire (1800–1814)

Présidents du Corps législatif :

Consulat

PortraitPrésidentDébutFin
Jean-Baptiste Perrin des Vosges1er janvier 180021 janvier 1800
Jean-Pierre Duval21 janvier 18005 février 1800
Henri Jean-Baptiste Grégoire5 février 180020 février 1800
Jean-Baptiste Girot-Pouzol20 février 18007 mars 1800
Claude-Pierre de Delay d'Agier7 mars 180022 mars 1800
Isaac Tarteyron22 mars 180031 mars 1800
Pierre-Jacques-Samuel Chatry-Lafosse22 novembre 18007 décembre 1800
Alexis Pison du Galland7 décembre 180022 décembre 1800
Antoine Bourg-Laprade22 décembre 18006 janvier 1801
Jean-Jacques Bréard6 janvier 180121 janvier 1801
Jean-François Rossée21 janvier 18015 février 1801
Jacques Poisson de Coudreville5 février 180120 février 1801
Jean-Baptiste Leclerc20 février 18017 mars 1801
François-Joseph Lefebvre-Cayet7 mars 180121 mars 1801
Charles-François Dupuis22 novembre 18017 décembre 1801
Jean-François Barailon7 décembre 180122 décembre 1801
Pierre-Louis Lefebvre-Laroche22 décembre 18016 janvier 1802
Nicolas-Bernard Belzais-Courménil6 janvier 180221 janvier 1802
Joseph Pemartin21 janvier 18025 février 1802
Denis Couzard5 février 180220 février 1802
Louis Ramond de Carbonnières20 février 18027 mars 1802
Jacques Devismes7 mars 180222 mars 1802
Jean-François Joseph Marcorelle5 avril 180221 avril 1802
François Lobjoy21 avril 18026 mai 1802
Pierre-Antoine Rabaut-Dupuis6 mai 180220 mai 1802
François-Pascal Delattre21 février 18037 mars 1803
Jean-François Méric7 mars 180322 mars 1803
Jean-Louis Girod de l'Ain22 mars 18036 avril 1803
Marie-Félix Faulcon6 avril 180321 avril 1803
Comte de Vaublanc.JPGVincent-Marie Viénot-Vaublanc21 avril 18037 mai 1803
François Lagrange7 mai 180321 mai 1803
Jérôme Reynaud de Lascours21 mai 180328 mai 1803

Empire

PrésidentDébutFin
Louis de Fontanes10 janvier 180424 janvier 1810
Pierre de Montesquiou-Fezensac24 janvier 181023 novembre 1813
Claude Ambroise Régnier23 novembre 18134 juin 1814

Restauration (1814-1830)

Première restauration

Présidents de la Chambre des députés des départements :

Cent-Jours

Président de la Chambre des représentants :

Seconde restauration

Présidents de la Chambre des députés des départements :

NomDates du mandatNotes
1Joseph Henri Joachim Lainé.JPGJoseph-Henri-Joachim LainéDeuxième mandat après l'interruption des cent jours. Ministre de l'Intérieur entre 1816 et 1818, pair de France, sans jamais cesser de faire paraître en lui le partisan de la liberté constitutionnelle. En 1830, à l’occasion des ordonnances, il déclare : « Les rois s’en vont ! ». Nommé par ordonnance (mais non élu) membre de l’Académie française en 1816.
2Pasquier 1843.jpgÉtienne-Denis PasquierNommé ministre de la Justice. Il sera ensuite président de la Chambre des pairs en 1830, il reçoit le titre et les honneurs de chancelier de France par le roi Louis-Philippe, le . Il est le dernier chancelier de France[1]. Élu à l’Académie française en 1842. Grand-oncle de Gaston d'Audiffret-Pasquier qu'il adopte.
3Pierre, comte de SERRE (1776-1824).jpgHercule de SerreNommé ministre de la Justice.
4Auguste Ravez.JPGAuguste RavezPrésident durant près de neuf ans.
5Pierre-Paul Royer-Collard.jpgPierre-Paul Royer-CollardÉlu à l’Académie française en 1827.

Monarchie de Juillet (1830-1848)

Présidents de la Chambre des députés :

NomDates du mandatNotes
1Casimir Pierre Périer.jpgCasimir PerierGrand père de Jean Casimir-Perier.
2Jacques Laffitte.jpgJacques LaffitteNommé le 2 novembre 1830 à la présidence du Conseil.
3Casimir Pierre Périer.jpgCasimir PerierDeuxième mandat. Nommé le 13 mars 1831 à la présidence du Conseil.
4Girod de l'Ain.jpgLouis Girod de l'AinNommé Vice-président du Conseil d'État.
5Dupin, Procureur général à la Cour de cassation.JPGAndré-Marie DupinProcureur général près la Cour de cassation de 1830 à 1852 et de 1857 à 1865. Il est élu à l'Académie française en 1832.
6Passy, Hippolyte.jpgHippolyte Passy24 décembre 1839Ministre des Finances du au puis du au .
7Paul Jean Pierre Sauzet.jpgPaul-Jean Sauzet24 février 1848Son embonpoint lui valut le surnom de « poire molle ».

Deuxième République (1848-1851)

NomDates du mandatAssemblée nationaleTendance politiqueNotes
1Philippe Buchez by Charles Bour.jpgPhilippe Buchez
(Seine)
ConstituanteRépublicain et catholique socialPeu présent et très critiqué pour son manque de fermeté face aux révolutionnaires qui s'introduisirent à l'Assemblée et tentèrent de la renverser lors de la manifestation du 15 mai 1848, il fut évincé au profit de Sénard.
2Antoine Sénard.jpgAntoine Sénard
(Seine-Inférieure)
Républicain modéréBénéficiant d'une réputation d'autorité et de fermeté (il a réussi à réprimer une émeute à Rouen), il fut élu pour remplacer Buchez. Après les Journées de Juin, il fut nommé ministre de l'Intérieur dans le gouvernement du général Cavaignac.
3Pierre Alexandre Thomas Amable Marie de Saint-Georges (1848).jpgAlexandre Marie
(Seine)
Initiateur de la décision de fermeture des ateliers nationaux (décision qui a entraîné les Journées de Juin), il apparaissait comme le digne héritier de Sénard par son absence de complaisance à l'égard de l'extrême-gauche. Peu de temps après son élection à la présidence de l'Assemblée, il entra à son tour au sein du gouvernement Cavaignac avec le portefeuille de la Justice.
4Marrast, Armand.jpgArmand Marrast
(Haute-Garonne)
Après avoir été le rapporteur de la commission chargée de rédiger une Constitution, il proclama celle-ci le . Le mois suivant, il proclama l'élection de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la République et lui fit prêter serment. Son mandat prit fin avec l'élection de la nouvelle Assemblée, législative.
5Dupin, André.jpgAndré-Marie Dupin
(Nièvre)
1er juin 1849LégislativeConservateur, orléanisteDeuxième mandat. Élu à la présidence par une nouvelle majorité conservatrice composée de républicains modérés et de monarchistes orléanistes, il ne s'opposa que mollement au coup d'État du 2 décembre 1851 qui mit fin à l'existence de l'Assemblée législative. Procureur général près la Cour de cassation de 1830 à 1852 puis de 1857 à 1865.

Second Empire (1852-1870)

NomDates du mandatParti ou idéologie politiqueNotes
Présidents du Corps législatif
1L'illustration 1862 gravure M. Billault, ministre sans portefeuille.jpgAdolphe BillaultUne statue lui fut érigée à Nantes le mais a été retirée après la chute du Second Empire 1872.
2Duc-de-Morny-02.jpgCharles Auguste, duc de MornyPetit-fils naturel de Talleyrand et demi-frère de Napoléon III, il meurt dans l'exercice de ses fonctions.
3Alexandre Walewski (1810-1868) (A).jpgComte Alexandre WalewskiFils naturel de Napoléon Napoléon Ier.
4Eugène Schneider.jpgEugène SchneiderFondateur de la dynastie des maîtres des forges du Creusot.

Troisième République (1870-1940)

NomDates du mandatParti ou idéologie politiqueNotes
Présidents de l’Assemblée nationale
1Portrait of Jules Grévy.jpgJules Grévy
(Jura)
Modéré et Gauche républicaineCandidat à l'élection présidentielle du 24 mai 1873, il est sèchement battu par le maréchal Patrice de Mac-Mahon, élu avec l'appui des monarchistes.
2Buffet.jpgLouis Buffet
(Vosges)
Monarchiste modéréAuparavant président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, il est nommé le 10 mars 1875 à la vice-présidence du Conseil.
3Gaston d'Audiffret-Pasquier par Bardall.jpgGaston d'Audiffret-Pasquier[2]
(Orne)
Petit-neveu du duc Étienne-Denis Pasquier, il est élu président du Sénat en 1876. Deux ans plus tard, en 1978, il est élu membre de l'Académie française.
Présidents de la Chambre des députés
4Jules Grevy (cropped).jpgJules Grévy
(Jura)
Modéré et Gauche républicainePremier président de la Chambre des députés, il est une figure importante des Républicains opportunistes. Il quitte cette fonction après avoir été élu, le , à la présidence de la République.
5Léon Gambetta en 1870.jpgLéon Gambetta
(Seine)
Union républicaineBrillant orateur, il est désigné par ses pairs à l'âge de 41 ans, ce qui fait de lui le plus jeune président élu de la Chambre des députés. Il est désigné, le , comme président du Conseil.
6Eugene Henri Brisson young (cropped).jpgHenri Brisson
(Seine)
Gauche radicalePrésident de la commission du budget lorsqu'il est élu au « perchoir » de l'assemblée, cet ancien journaliste est nommé, le , à la présidence du Conseil.
7Charles Floquet by Nadar.jpgCharles Floquet
(Pyrénées-Orientales)
Président du Conseil municipal de Paris entre 1874 et 1875, il suit l"exemple de son prédécesseur en quittant la présidence de la Chambre après avoir été nommé, le , président du Conseil des ministres.
8Jules Méline 1898.jpgJules Méline
(Vosges)
Modéré et Union des gauchesAyant obtenu exactement le même nombre de voix que Georges Clemenceau, il doit son élection au privilège de l'âge car étant l'aîné de son concurrent.
9Charles Floquet by Nadar.jpgCharles Floquet
(Seine)
Gauche radicaleRetrouvant, pour la deuxième fois non-consécutive, le « perchoir », il doit démissionner après la publicité de son implication dans le scandale de Panama.
10Casimir-Perier, Jean.jpgJean Casimir-Perier
(Aube)
Modéré et Union des gauches puis Républicains de gouvernementPetit-fils de Casimir Perier, il est nommé président du Conseil, ce qui l'amène à quitter la présidence de la Chambre des députés.
11Charles Dupuy 1914.jpgCharles Dupuy
(Haute-Loire)
Modéré et Républicains de gouvernementNommé le à la présidence du Conseil, il concourt à l'élection présidentielle du 25 juin 1894 mais est battu par Jean Casimir-Perier.
12Casimir-Perier, Jean.jpgJean Casimir-Perier
(Aube)
Il retrouve la présidence de la chambre basse pour la seconde fois, mais la délaisse bientôt après avoir été élu président de la République.
13Auguste Burdeau, philosophe et homme politique.jpgAuguste Burdeau
(Rhône)
Succédant au nouveau chef de l'État, il meurt dans l'exercice de ses fonctions, quelques mois seulement après son élection au « perchoir ».
14Henri Brisson.jpgHenri Brisson
(Seine)
Gauche progressistePlusieurs fois candidat à la présidence de la République entre 1885 et 1895, il échoua de peu lors de sa dernière tentative, face à Félix Faure. Il est ensuite plus tard, le , à la présidence du Conseil par son ancien rival dans la course à l'Élysée.
15Paul Deschanel 03.jpgPaul Deschanel
(Eure-et-Loir)
Républicains progressistes puis Alliance démocratiqueFils d'Émile Deschanel, né durant l'exil de celui-ci à Bruxelles, il excelle dans l'art oratoire et son éloquence compte parmi les plus remarquables, ce qui lui vaut d'être élu à l'Académie française en 1899.
16Léon Bourgeois 1917.jpgLéon Bourgeois
(Marne)
Parti républicain, radical et radical socialisteAncien président du Conseil, il sera, plusieurs années plus tard, lauréat du Prix Nobel de la Paix de 1920 et président du Sénat du 14 janvier 1920 au 16 février 1923.
17Henri Brisson.jpgHenri Brisson
(Bouches-du-Rhône)
Il est le premier à accéder au « perchoir » plus de deux fois non-consécutives.
18Doumer (Pirou 1905, détail).jpgPaul Doumer
(Aisne)
Candidat à l'élection présidentielle du 17 janvier 1906, il est battu par Armand Fallières. Il sera, plus tard, président du Sénat à partir du puis élu président de la République quatre ans plus tard.
19Henri Brisson.jpgHenri Brisson
(Bouches-du-Rhône)
Effectuant son quatrième mandat sur le « perchoir », il meurt en fonction après avoir exercé la présidence durant 13 ans et 7 mois en quatre fois.
20Paul Deschanel 01.jpgPaul Deschanel
(Eure-et-Loir)
Alliance démocratiqueRetrouvant la présidence de la chambre basse, il exerce cette fonction tout au long de la Première Guerre mondiale. Au mois de , il parvient à vaincre Georges Clemenceau qui convoitait, comme lui, la présidence de la République.
21Raoul Péret 1917.jpgRaoul Péret
(Vienne)
Succédant à Deschanel élu à l'Élysée, il préside la Chambre des députés jusqu'au terme de la législature.
22Paul Painlevé 1923.jpgPaul Painlevé
(Seine)
Parti républicain-socialisteCandidat à l'élection présidentielle du 11 juin 1924 face à Gaston Doumergue, il est battu par celui-ci. Nommé le 17 avril 1925 à la présidence du Conseil, il délaisse alors la présidence de la Chambre des députés.
23Édouard Herriot - Président du Conseil - 1924.jpegÉdouard Herriot
(Rhône)
Parti républicain, radical et radical socialisteNommé le 19 juillet 1926 à la présidence du Conseil par le chef de l'État, Albert Lebrun, il quitte la présidence de la Chambre des députés au cours de la législature. Néanmoins, son gouvernement est immédiatement renversé.
24Raoul Péret 1917.jpgRaoul Péret
(Vienne)
Parti républicain-socialisteMis en cause ultérieurement dans l'affaire Oustric, il est finalement acquitté en 1931.
25Fernand Bouisson 1931.jpgFernand Bouisson
(Bouches-du-Rhône)
Élu face à André Maginot, il détient le record de longévité comme président de la Chambre des députés sous la IIIe République. Il est brièvement président du Conseil (1er-7 juin 1935) et candidat malheureux à l'élection présidentielle du 5 avril 1939.
26Édouard Herriot - Président du Conseil - 1924.jpegÉdouard Herriot[3]
(Rhône)
Parti républicain, radical et radical socialisteAccédant au « perchoir » de la Chambre des députés pour la deuxième fois, il est candidat à l'élection présidentielle du 5 avril 1939 mais est vaincu par le président sortant, Albert Lebrun, finalement réélu.

Institutions provisoires de la Libération

Président de l'Assemblée consultative provisoire :

Présidents de l'Assemblée nationale constituante (voir Gouvernement provisoire de la République française) :

  • 8 novembre 1945 - 22 janvier 1946 : Félix Gouin, nommé à la présidence du Gouvernement provisoire de la République
  • 31 janvier 1946 - 27 novembre 1946 : Vincent Auriol[4]

Quatrième République (1946-1958)

NomDates du mandatPartiNotes
1Nieuwste portret van de Staatsminister van Frankrijk, Bestanddeelnr 901-4021 (cropped).jpgVincent Auriol
(Haute-Garonne)
SFIOProche de Léon Blum, plusieurs fois ministre dans les gouvernements du Front populaire, il est président de l'Assemblée constituante de 1946. Il quitte la présidence de l'Assemblée nationale après avoir été élu premier président de la IVe République.
2Édouard Herriot 01.jpgÉdouard Herriot
(Rhône)
RadicalPrésident de la Chambre des députés à deux reprises sous la IIIe République, il aura présidé, durant 12 ans et en trois fois non-consécutives, la chambre basse du Parlement français. Il est, par la suite, proclamé président d'honneur de l'Assemblée nationale. Il est élu membre de l'Académie française en 1946.
3André Le Troquer.pngAndré Le Troquer
(Seine)
SFIOMutilé de guerre, il est ministre de l'Intérieur dans le gouvernement dirigé par Félix Gouin, en 1946.
4Sin foto.svgPierre Schneiter
(Marne)
MRPSon mandat, le plus court de la IVe République après celui de Vincent Auriol, est abrégé par la dissolution de l'Assemblée nationale. Il est ensuite, de 1957 à 1959, maire de Reims.
5André Le Troquer.pngAndré Le Troquer
(Seine)
SFIORetrouvant le « perchoir » du palais Bourbon pour la seconde fois de sa carrière, il préside la séance parlementaire d'investiture du gouvernement dirigé par le général de Gaulle, auquel il s'oppose, le . La suite de sa carrière politique est ternie par son implication dans un scandale de mœurs, l'affaire des ballets roses, qui est révélé quelques années plus tard.

Cinquième République (depuis 1958)

Nom
(Circonscription)
Dates du mandatPartiLégislature (élection)Notes
1Jacques Chaban-Delmas-1 (cropped).jpgJacques Chaban-Delmas
Gironde (Gironde (2e circonscription)
26 novembre 1962UNRIre (1958)Connu pour ses mérites accomplis au service de la Résistance auprès du général de Gaulle, dont il est l'un des plus fidèles, il a été plusieurs fois ministre sous la IVe République. Restant un peu plus de dix ans sur le « perchoir » du palais Bourbon, il quitte ses fonctions après avoir été nommé Premier ministre par le président de la République, Georges Pompidou.
26 novembre 196213 mars 1967IIe (1962)
13 mars 196730 juin 1968UDRIIIe (1967)
30 juin 1968UDRIVe (1968)
2Achille Peretti (cropped).jpgAchille Peretti
Hauts-de-Seine (Hauts-de-Seine (6e circonscription)
Prenant la succession de Chaban-Delmas, désigné Premier ministre, il préside les travaux de l'Assemblée nationale jusqu'au terme de la législature. Il est nommé membre du Conseil constitutionnel par celui qui lui a succédé au « perchoir », Edgar Faure, en 1977.
3Edgar Faure.jpgEdgar Faure
Doubs (Doubs (3e circonscription)
Ve (1973)Figure émérite de la IVe République, au cours de laquelle il aura été plusieurs fois ministre et par deux fois président du Conseil (1952 ; 1955-1956), il gagne en la présidence de l'Assemblée nationale la dernière fonction d'envergure de toute sa carrière politique. Il est élu à l'Académie française en 1978.
UDR puis RPR
4Jacques Chaban-Delmas-2.jpgJacques Chaban-Delmas
Gironde (Gironde (2e circonscription)
RPRVIe (1978)Après avoir été candidat à l'élection présidentielle de 1974, un renversement d'alliances et l'appui du président Valéry Giscard d'Estaing permet à Chaban-Delmas de retrouver la présidence de l'Assemblée nationale quatre ans plus tard, au détriment du sortant Edgar Faure. Il est le premier président de l'Assemblée nationale élu pour un nouveau mandat au « perchoir » sous la Ve République.
5Louis MERMAZ.jpgLouis Mermaz
Isère (Isère (5e circonscription)
PSVIIe (1981)Brièvement ministre des Transports après la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981, il devient, quelques semaines plus tard, le premier socialiste, sous la Ve République, à accéder à la présidence de l'Assemblée nationale. Il poursuivra, plusieurs années après, une carrière ministérielle.
610.10.1987. D. Baudis. J. Chaban Delmas. Blanc à la mairie. expo. (1987) - 53Fi3701 (cropped).jpgJacques Chaban-Delmas
Gironde (proportionnelle)
RPRVIIIe (1986)Retrouvant le « perchoir » pour la troisième fois, il est le premier président d'une Assemblée dont la majorité politique est opposée au président de la République, en l'occurrence François Mitterrand (PS). Le 12 novembre 1996, il est nommé « président d'honneur de l'Assemblée nationale », sur proposition du président de l'Assemblée, Philippe Séguin. Au total, Chaban-Delmas fut président de la chambre basse du Parlement durant 16 ans en trois fois.
728.08.1984. D. Baudis et L. Fabius. (1984) - 53Fi3647 (cropped).jpgLaurent Fabius
Seine-Maritime (Seine-Maritime (4e circonscription)
PSIXe (1988)Ancien Premier ministre, il est, au moment de son élection, le plus jeune président de l'Assemblée (41 ans, 10 mois et 3 jours) après Léon Gambetta sous la IIIe République. Il quitte le « perchoir » en 1992 pour devenir Premier secrétaire du Parti socialiste.
8Henri Emmanuelli à l'Assemblée Nationale, 2008.jpgHenri Emmanuelli
Landes (Landes (3e circonscription)
Il préside les travaux de la chambre basse jusqu'au terme de la législature. Il est ensuite Premier secrétaire du Parti socialiste du 19 juin 1994 au 14 octobre 1995.
9Philippe Seguin 2005.jpgPhilippe Séguin
Vosges (Vosges (1re circonscription)
RPRXe (1993)Il veille, tout au long de la législature, à faire valoir les droits de l'opposition, réduite à la portion congrue, gagnant l'estime de l'ensemble des députés, tout en essayant de réformer l'Assemblée. Il est ensuite président du Rassemblement pour la République du 6 juillet 1997 au 16 avril 1999 puis Premier président de la Cour des comptes de 2004 à 2010, date de son décès.
10Laurent Fabius - Royal & Zapatero's meeting in Toulouse for the 2007 French presidential election 0538 2007-04-19.jpgLaurent Fabius
Seine-Maritime (Seine-Maritime (4e circonscription)
PSXIe (1997)Retrouvant la présidence de l'Assemblée tandis que commence la troisième cohabitation, il démissionne en 2000 lorsqu’il est nommé ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. Devenu ministre des Affaires étrangères en 2012, il est nommé président du Conseil constitutionnel quatre ans plus tard par le chef de l'État, François Hollande.
11Raymondforni.jpegRaymond Forni
Territoire-de-Belfort (Territoire-de-Belfort (1re circonscription)
Rapporteur de la loi portant sur l'abolition de la peine de mort en 1981, puis vice-président de l'Assemblée nationale de 1991 à 1993 et de 1998 à 2000, il préside l'Assemblée nationale jusqu'au terme de la législature. Il est ensuite président du conseil régional de Franche-Comté de 2004 à 2008, date de son décès.
12Jldebre2012.jpgJean-Louis Debré
Eure (Eure (1re circonscription)
UMPXIIe (2002)Préféré à Édouard Balladur par les députés de la majorité de droite lors de son élection, il fait installer le drapeau français derrière le « perchoir », une première dans l'histoire du palais Bourbon. Sa nomination comme président du Conseil constitutionnel par le président de la République, Jacques Chirac, l'incite à quitter la présidence de l'Assemblée peu avant le terme de la législature.
Le premier vice-président de l'Assemblée nationale, Yves Bur, assure l'intérim.
13Patrick Ollier (cropped).jpgPatrick Ollier
Hauts-de-Seine (Hauts-de-Seine (7e circonscription)
UMPXIIe (2002)Il effectue le plus court mandat d'un président de l'Assemblée nationale sous la Ve République : 104 jours, soit trois mois et demi. Il est le seul à n'avoir présidé aucune séance à l'exception de celle qui a vu son élection, le 7 mars 2007, la dernière de la législature. Il est élu président de la Métropole du Grand Paris en 2016.
14BernardAccoyer.jpgBernard Accoyer
Haute-Savoie (Haute-Savoie (1re circonscription)
XIIIe (2007)Il fait installer derrière le « perchoir » le drapeau européen à côté du drapeau français, malgré l'opposition des députés souverainistes UMP et PS. Il est secrétaire général des Républicains de 2016 à 2017.
15Claude Bartolone meeting Ali Akbar Velayati in Tehran 04.jpgClaude Bartolone
Seine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis (9e circonscription)
PSXIVe (2012)Désigné à l'issue d'une primaire ouverte aux députés de son parti, il assume cette fonction durant toute la présidence de François Hollande. Après sa défaite aux élections régionales d'Île-de-France en 2015, il suggère sa démission au groupe socialiste mais conserve finalement le « perchoir ».
16François de RugyFrançois de Rugy
Loire-Atlantique (Loire-Atlantique (1re circonscription)
LREM-XVe (2017)Troisième vice-président de l'Assemblée nationale entre 2016 et 2017, il quitte le « perchoir » après avoir été nommé ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire dans le gouvernement Philippe II.
La première vice-présidente de l'Assemblée nationale, Carole Bureau-Bonnard, assure l'intérim.
17Richard FerrandRichard Ferrand
Finistère (Finistère (6e circonscription)
en coursLREMXVe (2017)Brièvement ministre de la Cohésion des territoires entre mai et juin 2017, il est ensuite désigné président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale. Préféré à trois autres candidats à l'occasion d'une « primaire » interne à son parti, il accède au « perchoir » le 12 septembre 2018 avec 254 voix.

Notes et références

  • Les « chambres basses » antérieures à la Troisième République ne sont pas toutes encore répertoriées.
  • Certaines des dates [Lesquelles ?], pourtant trouvées sur un site officiel, sont sujettes à caution (chevauchements de fonctions incompatibles).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :