Lombardie

Lombardie
Blason de Lombardie
Héraldique
Drapeau de Lombardie
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Italie  Italie
Chef-lieu Milan
Provinces 12
Communes 1 546
Président Roberto Maroni ( Ligue du Nord)
2013-2018
NUTS 1 ITC (Italie du nord-ouest)
ISO 3166-2 IT-25
Démographie
Population 10 031 195 hab. (30/09/2017)
Densité 420 hab./km2
Géographie
Superficie 2 386 300 ha = 23 863 km2
Localisation
Localisation de Lombardie
Liens
Site web regione.lombardia.it

La Lombardie (en italien : Lombardia, /lombarˈdiːa/, en lombard : Lumbardia) est une région d'Italie septentrionale, située au sud de la Suisse, à l’est du Piémont, à l’ouest de la Vénétie et au nord de l’ Émilie-Romagne. La ville de Milan en est le chef-lieu.

La superficie est de 23 857 km2 et sa population est estimée à 10 023 876 habitants, ce qui en fait la région italienne la plus peuplée.

Histoire

Pendant et après la chute de l'Empire romain, l'Italie fut ravagée par des séries d'invasions tribales. La dernière et la plus marquante fut celle des Lombards (Longobardi en italien), qui vinrent vers 570. Leur long règne donna à la région, dont Pavie était la capitale, son nom actuel, la Lombardie. Les noblesses franque, bavaroise et lombarde entretinrent des relations étroites pendant plusieurs siècles. Après des querelles initiales et la conversion des Lombards au christianisme, les relations entre les Lombards et les populations locales s'améliorèrent. Finalement, la langue et la culture des Lombards s'assimilèrent avec la culture latine, laissant des traces dans de nombreux mots de la langue italienne, des noms ( notamment des toponymes ), le code civil, des lois, etc.

Le règne lombard prend fin en 774 lorsque le roi franc Charlemagne conquit Pavie et annexa le Royaume d'Italie (principalement l'Italie du nord et centrale) à son empire. Les anciens ducs et nobles lombards furent remplacés par d'autres vassaux, princes-évêques ou marquis germaniques. Le onzième siècle fut marqué par un essor économique important dans la région, dû au développement du commerce et surtout à des conditions agricoles favorables. Comme dans d'autres régions en Italie, cette évolution mena à une reconnaissance des villes, dont la richesse croissante leur permit de défier le pouvoir suprême féodal traditionnel, représenté par les empereurs germains et leurs légats locaux. Ce processus atteint son apogée aux douzième et treizième siècles, lorsque différentes ligues lombardes formées de villes alliées de Lombardie, généralement menées par Milan, vainquirent l'Empereur Hohenstaufen Frédéric Frédéric Ier à Legnano, ainsi que son petit-fils Frédéric II, à Parme.

Le duché de Milan se structure alors sous la domination des Visconti (1277-1447) puis des Sforza (1450-1535). À l'issue des guerres d'Italie, la domination espagnole s'impose sur le duché de Milan ( traité du Cateau-Cambrésis en 1559), puis celle des Habsbourg à l'issue de la guerre de succession d'Espagne ( traité de Baden en 1714).

Conquise en 1797 par Bonaparte qui la transforma en République cisalpine, la Lombardie (Lombardia) fut rendue par le Congrès de Vienne à l' Autriche qui l'associa à la Vénétie pour former le Royaume lombard-vénitien.

En 1848, un soulèvement favorable au Risorgimento réussit à chasser provisoirement les Autrichiens de Milan. Toutefois, le très martial maréchal Radetzky, malgré ses 82 ans, contre-attaqua. Il écrasa les troupes du Royaume de Sardaigne lors de la première Custozza et de celle de Novare et réinstalla ainsi l'Autriche en Italie du Nord.

Ce n'est qu'en juin 1859 que les Piémontais, très fortement épaulés par les Français, réussirent à prendre le dessus sur l'Autriche lors des batailles de Magenta et de Solférino. Toutefois le 12 juillet, Napoléon III, rendu inquiet par les pertes dans son armée, stoppait tout. À l' armistice de Villafranca, il obtenait le rattachement de la Lombardie au Royaume de Sardaigne de Victor-Emmanuel II de Savoie et de Cavour en échange du duché de Savoie et du comté de Nice pour la France et le maintien de l'Autriche en Vénétie.