Marc Bonnant

Page d'aide sur l'homonymie Pour le torrent, voir Bonnant.

Marc Bonnant, né le , est un avocat et intellectuel genevois.

Biographie

Issu d'une famille de diplomates, Marc Bonnant naît le dans le canton du Tessin[1]. Il obtient une maturité classique au collège Calvin de Genève en 1963[1], une licence de droit à l'université de Genève en 1967 et son brevet d'avocat en 1971[1]. Il devient bâtonnier de l'ordre des avocats de Genève en 1985[1].

En 1996, Marc Bonnant fonde avec l'avocat Dominique Warluzel l'étude Bonnant Warluzel et associés[2].

Avocat de la partie civile, il plaide les dossiers George Ortiz, Frédéric Dard, Edmond Safra[3], Baron Philippe Lambert[4], Édouard Stern et il est l’avocat de l’Impératrice d’Iran et de Souha Arafat[5]. À la défense, il plaide, parmi de nombreuses causes, les dossiers Bernie Cornfeld, Pierre Jaccoud, Félix-Roland Moumié, Licio Gelli, de Gorski, Nessim Gaon[6], Polo, Florio Fiorini[7], Boris Berezovsky, et est l’avocat des Moudjahidin face à l'Etat iranien[8]. Il défend l'ex-femme de l'oligarque russe Dmitri Rybolovlev lors de son divorce[9].

Marc Bonnant plaide également contre les interdictions de fumer dans les lieux publics en Suisse[10].

En 2017, il est l'un des deux avocats avec l'avocate pénaliste Yaël Hayat de Tariq Ramadan qui est accusé d'agressions sexuelles[11]. L'avocat déclare en décembre 2017 vouloir "débusquer les accusatrices". Fabienne Bugnon, ancienne conseillère nationale suisse lui répond en indiquant "À chaque fois que Me Bonnant prend la parole dans cette affaire, c'est pour humilier ou rabaisser des victimes"[12]. En mai 2018, Tariq Ramadan met fin à ces deux mandats sans donner d'explication[13], désignant Pierre de Preux et Guerric Canonica pour sa défense[14].

Plaidoiries au théâtre et conférences

Marc Bonnant donne de multiples conférences dans les collèges ou universités de Suisse romande et à Paris sur la rhétorique, la langue, la culture, l’essence et le rôle de l’intellectuel notamment[15],[16].

Ses connaissances littéraires et son sens de la rhétorique conduisent Marc Bonnant au théâtre[17]. Il plaide, sur les scènes romandes et françaises, de multiples procès fictifs. Ainsi durant trois soirs au théâtre Boulimie à Lausanne, il consacre ses plaidoiries respectivement à Socrate, Jésus de Nazareth et Charles Baudelaire[18].

Puis, participant régulièrement au festival de Mme de Staël à Coppet, il plaide les procès de Marie-Antoinette, de Rousseau, de Voltaire et de Diderot. Il plaide aussi celui des Fleurs du mal de Baudelaire durant quatre soirs au théâtre Les Salons à Genève avec Alain Carré ainsi que celui du Marquis de Sade. Au Grand Théâtre de Genève, en mai 2014 il affronte Bernard-Henri Lévy aux côtés d'Alain Carré durant 4 soirées autour du Cas Wagner – Wagner était-il antisémite ?[19],[20], le 3 février 2015, autour du Procès d’Iphigénie, le 16 avril 2015 il plaide dans le Procès de Médée[21], et le 19 juin 2017 avec l'avocate pénaliste Yaël Hayat autour de Lady Macbeth[22].

Prix et récompenses

Pour sa maîtrise de la rhétorique et ses références littéraires, Marc Bonnant est surnommé le « Mozart du barreau » et le « Bossuet des tribunaux »[23].

Controverses

Déclarations polémiques

Marc Bonnant, lors de ses passages médiatiques, provoque parfois l'indignation de nombreux milieux dont celui de la cause féministe. C'est le cas, entre autres, lorsqu'il affirme en avril 2016 sur Léman Bleu que « La féministe est une femme suicidaire[28] »[29].

En décembre 2017, Marc Bonnant est victime d'un entartage en marge d'un débat organisé par le Club genevois de débat à l'Université de Genève[30].

Panama Papers

Marc Bonnant est le représentant légal de la société Balerton, domiciliée dans les îles Vierges britanniques, à propos de laquelle une enquête est ouverte par la justice française qui la soupçonne de dissimuler une partie de la fortune de Jean-Marie Le Pen[31].

Marc Bonnant, surnommé « l'avocat du diable » par le Tagesanzeiger[32], apparaît dans les Panama Papers pour avoir dirigé 136 (ou 176 selon le journal Le Monde[23]) sociétés offshore dont le but est de masquer le nom des bénéficiaires économiques[33] enregistrées par le cabinet Mossack Fonseca dans divers paradis fiscaux[23]. Il aurait eu recours à « Bigland Entreprises, une boîte aux lettres établie à l’adresse du siège de Mossack Fonseca à Panama City qui permettait de garder secrète l'identité des bénéficiaires des sociétés qu'il dirigeait[34] ». Plusieurs montages financiers révèlent des noms tels que :

  • l’intermédiaire sur les ventes d’armes Ziad Takieddine[23],[35] cité plusieurs fois en France dans des grands contrats d’armement[34] et suspect no 1 dans le volet financier de l'affaire Karachi[36] ;
  • l’homme d’affaires sud-africain Khulubuse Clive Zuma (en), neveu de l’actuel président sud-africain Jacob Zuma[35]. Lorsque la Financial Investigation Agency des îles Vierges britanniques (BVI) ouvre une enquête le 25 août 2010 au sujet des sociétés Caprikat et Foxwhelp, dont le bénéficiaire économique est Khulubuse Clive Zuma et Marc Bonnant est l'unique directeur, celui-ci met près de dix mois à répondre.[37] Ces deux sociétés sans aucune expérience dans le pétrole avaient décroché en mai 2010 des droits de prospection près du lac Albert après avoir reçu quelques jours plus tôt une procuration signée par l’avocat genevois.
  • le diamantaire Beny Steinmetz[38], poursuivi par la Guinée, les États-Unis et la Suisse pour corruption[35] ;
  • Dan Gertler, homme d’affaires israélien[23], proche du président congolais Joseph Kabila, accusé par la presse et des ONG d’avoir trafiqué des pierres en provenance de régions en guerre – les fameux diamants du sang[35] ;
  • le diamantaire belge Mozes Victor König[23],[35] qui, depuis 1999, est placé sur la liste des personnes les plus recherchées par Interpol[39] et condamné à Anvers à 18 mois de prison avec sursis pour fraude fiscale aggravée. Pour lui, Marc Bonnant « n’hésitait pas à se rendre en personne au guichet d’une banque à Genève pour retirer de l’argent cash »[40], par exemple 35 000 francs le 8 avril 2005.

Vie privée

Il est l'oncle de l'actrice Carole Bouquet[41],[42].

Il vit avec sa famille à Gy, dans le canton de Genève[23].

Vidéographie

Notes et références

  1. a, b, c et d « Marc Bonnant, avocat : magicien du verbe », La La lire en ligne)
  2. Isabelle Cerboneschi, « Gens: Dominique Warluzel, fils de Claude et de Rita », sur Letemps.ch, (consulté le 29 septembre 2016)
  3. (en) Dominick Dunne, « Death in Monaco », sur Vanityfair.com, (consulté le 29 septembre 2016)
  4. (en) Sally Pook, « Philanthropist will not face trial over suicide girl's claims », sur Telegraph.co.uk, (consulté le 29 septembre 2016)
  5. Mélanie Croubalian, « Marc Bonnant, l’Art du bien-parler », écouter en ligne)
  6. Ian Hamel, « Genève blanchit l'ancien milliardaire Nessim Gaon », sur Swissinfo.ch, (consulté le 29 septembre 2016)
  7. Pascal Irastorza, « Cannes encore un scandale du Crédit lyonnais », sur Lepoint.fr, (consulté le 29 septembre 2016)
  8. « L'opposition iranienne appelle la Suisse à poursuivre un ministre », Swissinfo.ch,‎ (lire en ligne)
  9. « Marc Bonnant, l’autre gagnant du « divorce du siècle » », sur letemps.ch,
  10. « Croisade anti-tabac: interview de l'avocat Marc Bonnant », sur Rts.ch, (consulté le 29 septembre 2016)
  11. Ian Hamel, « Comment Tariq Ramadan peut-il s'offrir les services d'une star du barreau ? », Le Point,‎ (lire en ligne)
  12. Sophie Roselli, « Quand l’avocat de Tariq Ramadan dérape », 24Heures,‎ (lire en ligne)
  13. Laetitia Guinand, « Marc Bonnant et Yaël Hayat ne sont plus les avocats de Tariq Ramadan », Radio Télévision Suisse,‎ (lire en ligne)
  14. « Pierre de Preux et Guerric Canonica reprennent la défense de Tariq Ramadan », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  15. « Le Procès d'Horace », sur Activités culturelles de l'université de Genève (consulté le 13 janvier 2015)
  16. « Marc Bonnant à Sciences-Po - La Leçon oratoire du Batônnier de Genève », sur Amiando (consulté le 13 janvier 2015)
  17. « Semaine de la langue française et de la francophonie » (consulté le 13 janvier 2015)
  18. Entre nous soit dit du 10 novembre 2012, http://www.rts.ch
  19. « Marc Bonnant et Bernard-Henri Lévy s’affrontent au sujet de Richard Wagner », sur www.letemps.ch,
  20. « Agenda Le Cas Wagner », sur Pro cultura genevensis (consulté le 6 janvier 2015)
  21. « Le procès de Médée »
  22. « Yaël Hayat et Marc Bonnant, le choc shakespearien de deux ténors du barreau », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  23. a, b, c, d, e, f et g « Me Bonnant, « Mozart du barreau » côté cour, administrateur offshore côté jardin », Le Monde,‎ (lire en ligne)
    « Le grand pénaliste genevois de 71 ans est lié à 176 sociétés offshore enregistrées dans les paradis fiscaux. »
  24. « L’avocat genevois et ancien bâtonnier de l’Ordre Marc Bonnant est surnommé le « Mozart du barreau » depuis fort belle lurette », https://www.tdg.ch, 24 juin 2003.
  25. Bernard Monnard (ill. photos : Alain Morvan), « Même Delon a félicité Marc Bonnant », Edipresse, Bâtiment des Forces motrices, Genève, organisation : Comité du rayonnement français « Dîner : prix du rayonnement français »,‎ 30 juin lire en ligne [PDF])
  26. « Le club des juristes: Think tank juridique », sur Le Club des Juristes (consulté le 11 août 2016)
  27. « Vidéo - Télématin - Carré VIP - La Nuit de l’éloquence - 2016/07/21 - 21-07-2016 », sur France2 (consulté le 11 août 2016)
  28. www.lemanbleu.ch, Léman Bleu, « «L’homme va disparaître. Bon débarras!» - Léman Bleu Télévision », sur www.lemanbleu.ch (consulté le 23 août 2016)
  29. Jérémy Seydoux, « «L’homme va disparaître. Bon débarras!» - Léman Bleu Télévision », (consulté le 18 juin 2018)
  30. Marc Moulin, «Un entartage vise Marc Bonnant à l’Université de Genève», Tribune de Genève 13 décembre 2017 [1].
  31. Anne Michel et Simon Piel, « "Panama papers" : sur la piste du trésor de Jean-Marie Le Pen », lemonde.fr, 5 avril 2016.
  32. (de) Jean-Martin BüttnerReporter [email protected], « Des Teufels Advokat », Tages-Anzeiger, Tages-Anzeiger,‎ (lire en ligne)
  33. « Quand des avocats suisses jouent un jeu dangereux », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  34. a et b Pascal Schmuck, « Des avocats genevois très actifs au Panama », lire en ligne)
  35. a, b, c, d et e Titus Plattner, Catherine Boss, Christian Brönnimann et Pascale Burnier, « Panama Papers : Pétrole contre signature », lire en ligne)
  36. Fabrice Arfi et Karl Laske, « Les documents Takieddine. Le financier secret qui met en danger le clan Sarkozy », lire en ligne)
  37. « Comment des avocats genevois exploitent les failles de l'offshore », tdg.ch/,‎ (lire en ligne)
  38. Sylvain Besson, « Beny Steinmetz, la saga d’un roi du diamant assiégé par la justice », lire en ligne)
  39. (en) Konig, Mozes Victor, lire en ligne)
    « Wanted by the judicial authorities of Russia for prosecution / to serve a sentence.
    Identity particulars —Present family name: König; Forename: Mozes Victor; Sex: Male; Date of birth: 21 May 1955 (60 years old); Place of birth: Antwerp, Belgium; Language spoken: French, Russian; Nationality: Belgium. Charges: Unlawful circulation of precious metals, natural precious stones or pearls; causing of property damage to the owner by means of abuse of the elements of stealing in a large ammount by organized group
     »
  40. « Quand des avocats suisses jouent un jeu dangereux », 24Heures, 24heures, VQH,‎ (lire en ligne)
  41. « Carole Bouquet s’est choisi une île pour fixer ses racines », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  42. « Carole Bouquet et Marc Bonnant », RTS-Pardonnez-moi,‎ (lire en ligne)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :