Matriarcat

Ne doit pas être confondu avec gynocratie.

Une véritable société matriarcale a subsisté jusqu'à nos jours dans des vallées reculées du Yunnan, en Chine, chez les Na. Ignorant l'institution du mariage et la notion même de paternité, pratiquant une sexualité infiniment plus libre que celle de toutes les sociétés patriarcales et consacrant en conséquence plus de temps à l'amour qu'au travail[réf. nécessaire], les Na sont parvenus à résister à la bureaucratie céleste des dynasties impériales et au confucianisme ainsi qu'aux injonctions puritaines de la période maoïste. Mais à partir des années 1990, le contact avec la marchandise moderne et le tourisme de masse est parvenu en quelques années à altérer les fondements millénaires de leur société et à généraliser dans les jeunes générations le modèle de la famille nucléaire et du couple monogamique. Une remarquable étude anthropologique de la société Na, établie sur le terrain par le docteur Cai Hua, chargé de recherche à l'académie des sciences sociales du Yunnan, puis chercheur associé au CNRS à Paris, a été publiée en 1997 aux Presses universitaires de France (Une société sans père ni mari. Les Na de Chine). Cette étude capitale, qui remet en cause à la fois le dogme de l'universalité du complexe d'Œdipe et le postulat de l'inexistence du matriarcat, donne un fondement historique aux mythes de l'âge d'or.

Matriarcat chez les animaux

  • Appliqué à l'origine aux sociétés humaines exclusivement, il arrive aujourd'hui qu'on l'emploie pour décrire des organisations sociales chez les animaux. On a pu ainsi observer des sociétés matriarcales chez de nombreuses espèces animales, notamment les lions, les éléphants, les orques[6], et surtout les hyènes, chez lesquelles on peut observer une hiérarchie basée sur la femelle dominante et sa descendance.
  • Le mode social des bonobos est matriarcal.

Le matriarcat dans la culture populaire

L'idée de présenter des sociétés utopiques/dystopiques dirigées par des femmes, ou simplement une prise de pouvoir par les femmes, remonte à l'antiquité. Aristote décrit les Amazones. Aristophane a utilisé ce thème dans sa pièce L'Assemblée des femmes. Ce motif peut avoir une raison d'être complètement différente selon les auteurs : certains inversent la hiérarchie sexuelle pour sensibiliser les hommes à la condition féminine, d'autres le font pour ridiculiser certains hommes (et véhiculent donc une vision péjorative des femmes), d'autres entendent combattre ou railler le féminisme.

Littérature

  • Aristophane, L'Assemblée des femmes, . Dans cette pièce, une femme nommée Praxagora convainc les athéniennes de prendre le pouvoir afin d'établir entre autres la communauté des biens et le droit pour chacune de choisir son compagnon.
  • Elizabeth Burgoyne Corbett, New Amazonia: A Foretaste of the Future,
  • Rokeya Sakhawat Hussain, Sultana's dream, . Dans ce roman de science-fiction, l'écrivaine féministe musulmane bengalie Rokeya Hussain imagine un monde technologiquement avancé nommé Ladyland où les rôles sexuels traditionnels sont inversés.
  • Dans les comic-books consacrés au personnage de Wonder Woman (William Moulton Marston, 1941) et leurs adaptations en dessin animé ou au cinéma font de Wonder Woman une amazone venue de l'île de Themyscira (de Thémiscyre, la capitale des Amazones de la mythologie), où ne vivent que des femmes.
  • Robert Merle, Les Hommes protégés, . Dans ce roman, une épidémie fait disparaître la plupart des hommes. Les rares survivants sont conservés à fins de reproduction, et tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains des femmes.
  • Marion Zimmer Bradley a situé ses romans Les Ruines d'Isis (1978) et Les Brumes d'Avalon dans des sociétés matriarcales.
  • La nouvelle La Question de Seggri (The Matter of Seggri, 1994), par Ursula K. Le Guin, dans son recueil L'Anniversaire du monde, présente une planète où les hommes, en nette minorité, sont traités par les femmes soit comme des objets sexuels soit comme des trésors précieux mais néanmoins traités avec condescendance.
  • Faustine Flauberge : les récits de F. Flauberge, directement inspirés des intuitions de Johann Bachofen, décrivent des univers où les Amazones auraient définitivement imposé un ordre déméterien et matriarcal.

Cinéma

  • Dans le film Calmos (1976), par Bertrand Blier, deux hommes décident de fuir les femmes et sont bientôt rejoints dans le maquis par d'autres, ce qui provoque une véritable guerre des sexes.
  • Seksmisja (1984), par Juliusz Machulski. Dans ce film de science-fiction polonais, deux scientifique se réveillent après cinquante ans d'hibernation pour découvrir un monde entièrement peuplé de femmes, où les hommes ne sont plus utiles à la procréation. Les deux hommes ont chacun pour des raisons différentes des difficultés à s'adapter à ce monde, et un procès est organisé pour décider s'ils doivent être opérés afin de devenir "normaux", c'est-à-dire, des femmes.
  • The perils of Gwendoline in the land of the Yik Yak (1984), par Just Jaeckin, se déroule dans un royaume souterrain dirigé par les femmes.
  • America 3000 (1986), par David Engelbach est un film post-apocalyptique dans lequel l'humanité est retournée à l'âge de pierre et où le pouvoir est détenu par des guerrières.
  • Le court-métrage d'Éléonore Pourriat Majorité opprimée (2010), diffusé en ligne, applique au sexe masculin la condition féminine contemporaine.
  • Le film Jacky au royaume des filles (2014), par Riad Sattouf, se déroule dans une société matriarcale autoritaire et bigote, destinée à faire réfléchir le spectateur au sujet de la domination masculine.

Séries télévisées

Les séries de science-fiction dont les héros explorent des mondes divers ont souvent un épisode consacré à une planète d'amazones. C'est le cas de Star Trek (Spock’s Brain, 1968 ; Planet Earth, 1974), Josie and the Pussy Cats in Outer Space (Warrior Women of Amazonia 1972), Cosmos 1999 (The Last Enemy, 1976 ; Devil’s Planet 1977), Buck Rogers au 25e siècle (Planet of the Amazon Women, 1980), Les maîtres de l'univers (Trouble in Arcadia, 1983), Otherworld (I am Woman, Hear Me Roar, 1985), Lexx (Girltown, 2000), Futurama (Amazon Women in the Mood, 2001).

  • Dans la série de science-fiction Star Maidens (1975), les femmes de la planète Medusa sont une caste supérieure à laquelle les hommes sont soumis. Deux hommes parviennent toutefois à s'échapper pour se rendre sur notre Terre, où ils apprécient l'égalité des sexes tandis que deux scientifiques terriens, enlevés par les femmes de Médusa pour servir de monnaie d'échange, en découvrent la société matriarcale.
  • Dans l'épisode Angel One (saison 1, épisode 14) de la série Star Trek : The Next Generation (1988), la planète Angel One est dirigée par les femmes et les hommes y sont traités en citoyens de seconde classe.
  • Dans l'épisode The weaker sex (le sexe faible, saison 1 épisode 7) de la série Sliders (1995), les héros se retrouvent dans un monde parallèle où les rôles sociaux masculins et féminins sont inversés. Le second épisode de la deuxième saison, Love Gods (1996) reprend l'idée du roman de Robert Merle Les Hommes protégés.

Pour approfondir

Bibliographie

  • L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État : (1884) de Friedrich Engels.
  • Le rameau d'or : (1890) de James Frazer.
  • Le matriarcat psychologique des bretons : (1984) de Philippe Carrer.
  • Le calice et l'épée : (1987) de Riane Eisler.
  • Le langage de la Déesse : (1989) de Marija Gimbutas.
  • Le matriarcat breton : (1992) d'Agnès Audibert.
  • Paradoxes of Gender : (1994) de Judith Lorber.
  • Women’s Work, the First 20,000 Years : (1994) d'Elizabeth Barber.
  • Making Gender : (1996) de Sherry Otner.
  • Une société sans père ni mari, Les Na de Chine : (1997) de Cai Hua.
  • Féminisme et anthropologie : (1979) d'Evelyn Reed.
  • La Mythologie du matriarcat : l'atelier de Johann Jakob Bachofen : (2006) de Philippe Borgeaud
  • Pour en finir avec le matriarcat breton : essai sur la condition féminine : (2007) d'Anne Guillou
  • Le royaume des femmes : Voyage au cœur du matriarcat : (2012) de Ricardo Coler et Danièle Darneau.
  • Le Matriarcat: (2012) de Paul Lafargue.

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. « Glossaire de la parenté », Revue L'homme, no 154-155, 2000, p. 728 [lire en ligne].
  2. Françoise Héritier, in Le Figaro Magazine, 2 juillet 2011, pages 110 et 111.
  3. « Les Moso, société sans père et sans mariage », sur Libération.fr (consulté le 9 novembre 2015).
  4. a et b http://www.universalis.fr/encyclopedie/T232317/KHASI.htm.
  5. Dans le cas des Khasi, le caractère matriarcal de la société est principalement mis en avant par les hommes souhaitant une évolution de cette société, mais est qualifié de « matriarcat imaginaire » par Nicole-Claude Mathieu, qui met en avant la mise à l'écart traditionnelle des femmes en matière de religion et de pouvoir politique dans « Une maison sans fille est une maison morte : la personne et le genre en sociétés matrilinéaires et/ou uxorilocales » Les Editions de la MSH, 2007 - 503 pages, (ISBN en ligne.
  6. Cf. le film documentaire Blackfish de 2013.