Ouganda

République d’Ouganda

Republic of Uganda (en)

Jamhuri ya Uganda (sw)

Drapeau
Drapeau de l'Ouganda.
Blason
Armoiries de l'Ouganda.
Description de l'image Uganda (orthographic projection).svg.
Devise nationaleFor God and My Country
(« Pour Dieu et mon pays »)
Hymne nationalOh Uganda,
Land of Beauty
Administration
Forme de l'ÉtatRépublique
PrésidentYoweri Museveni
Vice-présidentEdward Ssekandi
Premier ministreRuhakana Rugunda
Langues officiellesAnglais, swahili
Capitale0° 19′ N, 32° 35′ E

Géographie
Plus grande villeKampala
Superficie totale241 550 km2
(classé 81e)
Superficie en eau15,39 %
Fuseau horaireUTC +3
Histoire
Indépendancedu Royaume-Uni
Date
Démographie
GentiléOugandais
Population totale (2016[1])41 487 965 hab.
(classé 35e)
Densité172 hab./km2
Économie
PIB nominal (2012)21 milliards de $[2] (105e)
PIB (PPA) (2009)36 910 millions de $[3] (94e)
IDH (2017)en augmentation 0,516[4] (bas  ; 162e)
MonnaieShilling ougandais (UGX​)
Divers
Code ISO 3166-1UGA, UG​
Domaine Internet.ug
Indicatif téléphonique+256

L'Ouganda, en forme longue la République d'Ouganda ou la République de l'Ouganda, en anglais Uganda et Republic of Uganda, en swahili Uganda et Jamhuri ya Uganda, est un pays d'Afrique de l'Est. Il est aussi considéré comme faisant partie de l'Afrique des Grands Lacs. Il est entouré par la République démocratique du Congo, le Kenya, le Rwanda, le Soudan du Sud et la Tanzanie. Le Sud du pays englobe une vaste partie du lac Victoria. L'Ouganda tire son nom de l'ancien royaume de Buganda, qui couvrait autrefois les régions les plus au sud, dont la capitale et plus grande ville est Kampala.

Géographie

Article détaillé : Géographie de l'Ouganda.

Le pays est situé sur le plateau Est-africain, pour la plus grande partie entre les 4e parallèle nord et 2e parallèle sud et entre les 29e et 35e méridiens est. Son altitude moyenne est de 1 100 mètres, en descente abrupte vers la plaine soudanaise au nord. Le centre s’articule autour du lac Kyoga, entouré de zone marécageuses.

La quasi totalité du territoire ougandais se trouve dans le bassin du Nil. Le Nil sort du lac Victoria pour rejoindre le lac Kyoga puis le lac Albert, sur la frontière congolaise. Une petite région située tout à l’est est drainée par le fleuve Turkwel, qui fait partie du bassin drainant du lac Turkana.

Le lac Kyoga fait grossièrement office de frontière linguistique entre les langues bantoues au sud et nilotiques au nord. Cette frontière, orientée du nord-ouest au sud-est, ne reflète que partiellement la division politique entre le nord et le sud.

La superficie de l'Ouganda est de 241 550 km2, soit environ la taille du Royaume-Uni.

Topographie et hydrologie

Le territoire de l'Ouganda recèle plusieurs sites de minerais inexploités, notamment de cuivre et de cobalt.

Climat

Largement équatorial, le climat subit toutefois de larges variations selon l’altitude.

Le sud du pays est plus humide et frais, avec des précipitations réparties sur toute l’année et une température moyenne de 20 °C. À Entebbe, sur la rive nord du lac Victoria, la plus grande partie des précipitations tombe entre mars et juin, puis entre novembre et décembre. La région de Rwenzori, une chaîne montagneuse aux sommets enneigés, connaît d’abondantes précipitations toute l’année.

Plus au nord, avec une température moyenne de 33 °C, la saison sèche se fait graduellement plus chaude et plus marquée : à Gulu, à 120 km au sud de la frontière sud-soudanaise, les mois de novembre à février sont beaucoup plus secs que le reste de l’année. La région de Karamoja, au nord-est, connaît le climat le plus sec et peut subir des sécheresses certaines années.

Environnement et conservation

L’Ouganda compte 60 zones protégées, dont 10 parcs nationaux: la Forêt impénétrable de Bwindi et le Parc national Rwenzori Mountains (tous deux inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO), le Parc national de Kibale, le Parc national Kidepo Valley, le Parc national du lac Mburo, le Parc national des gorilles de Mgahinga, le Parc national du Mont Elgon, le Parc national Murchison Falls, le Parc national Queen Elizabeth, et le Parc national de Semuliki.

Transport

Trois personnes sur un boda-boda.

Les boda-boda sont un modèle de motocyclette particulièrement allongé et disposant d'une place arrière passager pouvant être occupée par cinq personnes à la fois. Les chauffeurs attendent leurs clients à l'ombre des arbres. Les boda-boda sont un des moyens de transport les plus réputés en Ouganda[5] notamment grâce au faible coût du déplacement et également grâce à la mise en avant du transport par des applications telles que SafeBoda permettant la réservation immédiate d'un chauffeur de boda-boda pour un trajet[6]. Bien sûr, l'engorgement des rues kampalaises et l'imprudence des chauffeurs rendent le boda-boda dangereux. Un hôpital ougandais a déclaré que sur les soixante patients admis 80% avaient été victimes d'accidents de boda-boda. Les statistiques montrent que 3 043 motocyclistes ont été blessés en 2012 contre 1 248 en 2008. Les estimations disent que 300 000 boda-boda circulent dans les rues de Kampala (chiffres de 2016)[7].

Histoire

Article détaillé : Histoire de l'Ouganda.

Période pré-coloniale

Les peuples formant l’Ouganda actuel étaient des chasseurs-cueilleurs jusqu’à 700 à 300 av. J.-C. Des populations de langue et culture bantoue, probablement originaire d’Afrique centrale, migrèrent vers le sud du pays, apportant avec eux le travail du fer et de nouvelles organisations sociales et politiques. Aux e siècle et e siècle, l’Empire du Kitara couvrait la plus grande partie de l’Afrique des Grands Lacs, entre le lac Albert, le lac Tanganyika, le lac Victoria et le lac Kyoga. Son gouvernement était basé dans ce qui devint le royaume Ankole, aux mains de la dynastie Bachwezi, succédant elle-même à la dynastie semi-légendaire des Batembuzi.

Au nord et à l’est du pays, des peuples nilotiques pratiquant l’élevage et l’agriculture, dont les Luo et les Ateker (en), colonisèrent la région au début du e siècle, ce qui aurait causé la chute de l’Empire Chwezi. Les jumeaux Rukidi Mpuuga et Kato Kintu auraient été les premiers rois Bunyoro et Buganda après la fin de l’Empire Chwezi et auraient fondé les dynasties Babitto et Bambejja. Certains Luos s’installèrent dans les territoires Bunyoro et s’y assimilèrent, fondant la dynastie babiito de l’actuel Omukama des Bunyoro-Kitara.

Les migrations des Luos durèrent jusqu’au e siècle, vers l’est de l’Ouganda comme sur les rives orientales du lac Victoria, sur les territoires des actuels Kenya et Tanzanie. Les Ateker (Karimojong et Iteso) s’établirent au nord-est et à l’est du pays et certains fusionnèrent avec les Luos au nord du lac Kyoga.

À partir des années 1830, des commerçants arabes arrivèrent à l’intérieur des terres à partir des côtes d’Afrique de l’Est. Ils furent suivis trente ans plus tard par des explorateurs britanniques à la recherche des sources du Nil. Des missionnaires protestants puis catholiques arrivèrent respectivement en 1877 et 1879.

Période coloniale

Le Royaume-Uni plaça la région sous l’autorité de la Compagnie britannique impériale d'Afrique de l'Est en 1888 et l’administra comme un protectorat à partir de 1894, date à laquelle la compagnie fait faillite.

Au cours des années 1890, 32 000 ouvriers originaires des Indes britanniques furent embauchés pour travailler à la construction de chemins de fer. Après la fin des travaux, 6 724 d’entre eux décidèrent de rester en Afrique de l’Est. Il se forme donc une importante communauté indienne, dotée de privilèges commerciaux.

Après intégration de plusieurs autres chefferies et territoires, le protectorat nommé Ouganda prit sa forme définitive en 1914.

La période coloniale est structurée par la dichotomie royaume du Bouganda-autres États. Celle-ci va freiner le développement d'un nationalisme ougandais, les premières formations étant effectivement créées sur base ethnique, à l'instar de la Young Baganda Association (1919).

L'indépendance

Le 9 octobre 1962, à l'indépendance de l'Ouganda, se pose de manière aiguë le problème des structures politiques. La solution retenue, exprimée dans la première Constitution, est de type fédéral - elle associe les quatre anciens royaumes - mais le Bouganda maintient sa prépondérance jusque dans le nom du nouvel État, l'Ouganda, pays des Bagandas. Le Kabaka Mutesa II en devient le président à vie. Milton Obote, fondateur en 1960 du Congrès du peuple ougandais (Uganda People's Congress ou UPC), devient Premier ministre. L'UPC, à l'image de son dirigeant, est le parti des populations nilotiques du Nord, opposées à la domination économique et politique du Bouganda et, donc, favorable à la centralisation. Dès lors, les tensions entre le Nord nilotique et le Sud bantou s'exacerbent.En mai 1966 : Milton Obote, afin d'imposer la centralisation, envoie l'armée au Bouganda et dépose le roi Kabaka Mutesa II avec l'appui de son chef d'état-major, Idi Amin Dada. Ce dernier appartient à une ethnie musulmane minoritaire du nord-ouest. Obote fait promulguer, l'année suivante, une nouvelle constitution abolissant les royaumes, et instituant un régime présidentiel à parti unique.La résistance des Baganda, que la politique de nationalisation du commerce entreprise par Obote menace directement dans leurs intérêts, la dégradation économique et les accusations de corruption se conjuguent pour déstabiliser Obote.

La dictature d'Amin Dada

Le 25 janvier 1971, Idi Amin Dada prend le pouvoir par un coup d'État. Au départ soutenu par les pays occidentaux qui craignaient une orientation trop socialiste du régime précédent, Amin Dada va être lâché par ces derniers au fur et à mesure que son régime devient tyrannique et sanguinaire. En huit ans de pouvoir, le régime va être accusé de la mort ou de la disparition de près de 300 000 Ougandais. Privé de l'aide occidentale, après l'expulsion du pays des 50 000 Indo-Pakistanais (qui détenaient le commerce et beaucoup d'entreprises) et l'oppression de l'intelligentsia, l'économie s'effondre. En 1978, avec la chute du cours du café, principale exportation du pays, l'Ouganda frôle la faillite et le gouvernement ougandais est aidé financièrement par les États arabes amis d'Idi Amin Dada. La même année, après des mutineries de l'armée, Idi Amin Dada, aux abois, déclenche la Guerre ougando-tanzanienne. La Tanzanie contre-attaque et, avec l'aide du mouvement de résistance ougandais, le renverse en avril 1979. L'ex-dictateur s'exile alors en Libye puis en Arabie saoudite où il meurt en 2003.

Économie

Article détaillé : Économie de l'Ouganda.
Producteur de café en Ouganda, 2000.

On retrouve sur le territoire ougandais un peu d’hydrocarbure, dont du pétrole qui provient du lac Albert. Le pays produit environ 10 000 barils par jour. L'entreprise pétrolière britannique Tullow Oil n'en est encore qu'à l'exploration mais elle a déjà obtenu, de la part de l'État, une dizaine de licences de forage, comme à Kigogole sur les rives du lac Albert. Le climat et les terres riches favorisent l'agriculture. Parmi les principales productions, le café, dont l’Ouganda est devenu un des premiers exportateurs dans le monde. Au cours des six premières années de la décennie des années 2010, l'Ouganda est devenu le onzième producteur mondial de café et le deuxième d'Afrique derrière l'Éthiopie, grâce à un récolte en progression d'environ un tiers. C'est également le deuxième au palmarès des producteurs africains de thé au début de la décennie 2010, dominé par le Kenya.

Autres grandes cultures du pays, la canne à sucre, le coton et la patate douce. Ces éléments sont les principales activités économiques du secteur primaire. L'État peine à relancer une économie rurale (80 % de la population vit de l'agriculture). Le pays est au palmarès des huit premiers producteurs de coton d'Afrique de l'est, du sud et du nord au milieu des années 2010.

Démographie

Article détaillé : Démographie de l'Ouganda.
Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en millions d'habitants.

L'Ouganda compte plus de 38 millions d'habitants en 2016[8]. Le pays connaît l'une des plus fortes croissances démographiques au monde avec un taux de fécondité estimé à environ 6 enfants par femme. La population du pays a ainsi été multipliée par 8 entre 1950 et 2015[9].

D'après le recensement de 2002, la population de 24,2 millions d'habitants se répartit entre les différents groupes ethniques comme suit[10] :

Répartition des groupes ethniques en Ouganda (2002)
Groupe ethniqueHommesFemmesTotalPourcentage
Acholis557 469587 8881 145 3574,7 %
Alur259 974270 346530 320
Baamba17 99817 62635 624
Babukusu7 3037 74115 044
Babwisi32 69335 80668 499
Bafumbira[11]218 392230 526448 918
Baganda1 989 5272 136 8434 126 37017,2 %
Bagisu550 377567 2841 117 6614,7 %
Bagungu23 80325 13748 940
Bagwe[12]37 26537 99275 257
Bagwere198 022210 783408 805
Bahehe1 6111 7923 403
Bahororo84 57090 031174 601
Bakenyi30 98031 02962 009
Bakiga815 002864 5171 679 5197 %
Bakhonzo296 678313 089608 767
Banyabindi[13]7 0846 83613 920
Banyankole1 136 6401 193 5722 330 2129,8 %
Banyara10 31610 29920 615
Banyarwanda155 388159 599314 987
Banyole[14]169 594170 913340 907
Banyoro326 385340 701667 086
Baruli68 92570 592139 517
Basamia[15]136 955143 017279 972
Basoga992 6721 070 2482 062 9208,6 %
Basongora5 3065 29310 599
Batagwenda22 09822 40244 500
Batoro297 074309 857606 931
Batuku10 16210 37420 536
Batwa3 2913 4476 738
Chope10 25210 37920 631
Dodoth158 593169 989328 582
Ethur25 97228 34054 312
Ik (Teso)8 4277 86716 294
Iteso767 801800 9621 568 7636,6 %
Jopadhola176 465183 237359 702
Jie73 25673 405146 661
Jonam41 34145 35186 692
Kakwa64 63264 953129 585
Karimojong124 436135 681260 117
Kebu (Okebu)17 10616 71833 824
Kuku17 24517 45434 699
Kuman85 54288 725174 287
Langi730 136755 3011 485 4376,2 %
Lendu5 8325 32511 157
Lugbara502 122520 1181 022 2404,3 %
Madi147 632148 721296 353
Mening1 1891 0382 227
Mvuba439431870
Napore16 23514 35630 591
Nubi12 94513 17326 118
Nyangia8 1067 17615 282
Pokot37 73232 66570 397
Sabiny89 46391 206180 669
So (Tepeth)10 60810 92621 534
Vonoma7256128
Autres47 56845 90293 470
Total11 643 70112 235 03523 878 736100 %

Politique et administration

Article détaillé : Politique en Ouganda.
Yoweri Museveni, président de l'Ouganda depuis 1986.

Jusqu'en 2005, l'Ouganda est une république à parti unique, tous les citoyens ougandais étant membres du parti unique. Les partis politiques sont de facto autorisés en tant que regroupements mais les candidats de l'opposition se présentent comme candidats indépendants aux élections.[réf. nécessaire]

Le , un référendum populaire valide la modification constitutionnelle et autorise à nouveau le multipartisme. Le oui obtient 92,6 % des voix et la participation est seulement de 47 %. L'opposition qui dans sa grande majorité avait appelé au boycott dénonce des chiffres de participation fantaisistes.

Les dernières élections législatives et présidentielle ont eu lieu le 23 février 2006, et ont permis la réélection de Yoweri Museveni (au pouvoir depuis 1986) avec 59 % des voix, contre 37 % pour son principal adversaire, Kizza Besigye. Le Forum pour le changement démocratique de M. Besigye dénonce des fraudes.

De 1988 à 2006, l'Armée de résistance du Seigneur a combattu l'armée régulière dans le Nord du pays, afin, sans succès, de renverser Museveni.

Subdivisions territoriales

Districts

Article détaillé : Districts de l'Ouganda.
Carte des subdivisions de l'Ouganda.

L'Ouganda est divisé en 111 districts (depuis juillet 2010) répartis entre quatre grandes régions (Nord, Est, Centre et Ouest). Les districts sont tous nommés d'après leur ville principale respective.

Les districts sont divisés en sous-districts, en comtés, en sous-comtés, en paroisses et en villages.

Royaumes

Parallèlement aux subdivisions administratives, six royaumes traditionnels bantous ont été préservés avec une autonomie limitée, essentiellement culturelle. Ce sont le Toro, l'Ankole, le Busoga, le Bunyoro, le Bouganda et le Rwenzururu.

Éducation

L'analphabétisme est fréquent en Ouganda, notamment parmi les femmes[16]. Dans la période de 2002–2005 les dépenses publiques pour l'éducation étaient de 5,2 % du PIB[16]. L'Ouganda a des universités privées et publiques.En 2007, on comptait plus de 90 % de jeunes ougandais qui fréquentaient les établissements scolaires primaires. En revanche, la même année, on ne dénombrait qu'environ un adolescent sur trois dans l’enseignement secondaire. Ce déséquilibre est lié au coût trop élevé de l'éducation, au manque d'établissements scolaires et au désintérêt des étudiants[17].

Santé

Laboratoire d'analyse médicale (VIH, tuberculose...) à l'hôpital communautaire de Bwindi, 2011.

Le SIDA est fréquent en Ouganda.L'espérance de vie féminine était de 52,4 ans, et l'espérance de vie masculine était de 51,4 ans en 2007[16]. En 2007, l'espérance de vie en bonne santé était de 44 ans[16]. Les dépenses gouvernementales pour la santé étaient de 39 $(parité de pouvoir d'achat) par habitant en 2007[16].

Justice

Article détaillé : Loi anti-homosexualité en Ouganda.

Depuis un projet de Loi anti-homosexualité déposé en octobre 2009, l'Ouganda envisage de pratiquer la peine de mort pour les homosexuels « récidivistes » (c'est-à-dire les personnes qui ont des relations homosexuelles librement consenties) et d'infliger de lourdes sanctions à leurs complices[18]. Plusieurs magazines français se sont émus de cette aggravation de la pénalité envers les homosexuels. L'Ouganda rejoindrait alors la liste des 9 pays qui appliquent la peine de mort pour les homosexuels[19] : Iran, Afghanistan, Arabie saoudite, Soudan, Mauritanie, Nigeria (États du nord), Pakistan, Émirats arabes unis et Yémen. En juin 2011, la session parlementaire a été ajournée sans débattre de ce projet de loi[20].

En février 2014, le président ougandais Yoweri Museveni a promulgué une loi (Anti-Homosexuality Act, 2014) durcissant la répression de l’homosexualité[19] : celle-ci prévoit notamment la prison à perpétuité pour « délit d’homosexualité » (« offense of homosexuality »). L’Église catholique locale[21],[22],[23], ainsi que la conférence épiscopale des africains du Sud[24], et le Vatican[25], conformément à la doctrine catholique, se sont opposés à cette loi. La loi interdit également toute promotion de l'homosexualité et sa reconnaissance[26],[27].

Culture et patrimoine

Article détaillé : Culture de l'Ouganda.

Langues

Article détaillé : Langues en Ouganda.

Les langues officielles sont l'anglais et le swahili ; d'autres langues sont également parlées, dont l'Acholi, le kiganda, le kiswahili, le konjo, le lusoga ou le luganda.

Religions

Article détaillé : Religion en Ouganda.
Une église à Entebbe.

Le poids démographique des religions présentes dans le pays a été dénombré lors du recensement général de la population et de l'habitat de l'Ouganda de 2014[28] :

Beaucoup de convertis continuent cependant à pratiquer les religions traditionnelles ou certains de leurs rites.

Sport

Dans la fiction

  • Mississippi Masala, réalisé par Mira Nair, sorti en 1991. Le film débute par l'expulsion d'Ouganda d'un couple d'origine indienne, chassé par le régime d'Amin Dada en 1972.
  • Kahawa, roman de Donald Westlake.
  • Le Dernier Roi d'Écosse (The Last King of Scotland), film anglais réalisé par Kevin McDonald en 2006, où Forest Whitaker interprète le rôle d’Amin Dada, rôle qui lui permet de remporter l’Oscar du meilleur acteur en 2007. Le film, fondé sur le roman éponyme, inspiré de faits réels, de Giles Foden, retrace à travers les yeux d'un médecin proche du dictateur cette période de dictature de l'Ouganda.
  • L'école de magie de Uagadou, dans l'univers de Harry Potter se situe en Ouganda. La seule adresse jamais donnée est Montagnes de la Lune.
Un plat de fête

Gastronomie

Article détaillé : Cuisine ougandaise.

Codes

L'Ouganda a pour codes :

Notes et références

  1. (en) « Population ouganda », sur donnees.banquemondiale.org, (consulté le 1er juillet 2017)
  2. PIB nominal, d'après la Banque mondiale.
  3. PIB à parité de pouvoir d'achat, d'après la Banque mondiale.
  4. (en) « Human Development Reports », sur hdr.undp.org (consulté le 17 octobre 2018).
  5. « Les transports en Ouganda ! | », sur www.parlemonde.fr (consulté le 24 août 2017)
  6. « En Ouganda, l’« Uber des motos-taxis » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Counting the cost of boda boda accidents », Daily Monitor,‎ (lire en ligne)
  8. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ug.html CIA World Factobook
  9. « La croissance démographie contre le développement », Julien Damon, Conflits, hors série no3, Printemps 2016, p. 23-26
  10. (en) 2002 Census Results
  11. (en) « Uncovering Heritage and Traditions of the Bafumbira », (consulté le 10 novembre 2014)
  12. (en) « The Basamia-Bagwe » (consulté le 10 novembre 2014)
  13. (en) « The Banyabindi people » (consulté le 11 novembre 2014)
  14. (en) « Banyole People and their Culture » (consulté le 11 novembre 2014)
  15. (en) « The Basamia Bagwe » (consulté le 11 novembre 2014)
  16. a, b, c, d et e http://hdrstats.undp.org/en/countries/data_sheets/cty_ds_UGA.html
  17. http://www.oecd.org/dataoecd/5/61/40571388.pdf
  18. Quentin Girard, « Ouganda: un projet de loi veut rendre les homosexuels passibles de la peine de mort », lire en ligne)
  19. a et b Dominique Mesmin, « Tuez-les tous ! », lire en ligne [[vidéo], production : Sable rouge, proposé par Cyril Dépraz, durée du film : 51:05])
    « En Ouganda, les gays sont punis de la prison à vie et une nouvelle loi oblige tout citoyen à les dénoncer à la justice. Derrière les politiques, des responsables évangéliques et musulmans prêchent leur mise à mort. »
  20. « Ouganda: pas de débat au parlement sur la loi homophobe finalement », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  21. (en) « Catholic bishops oppose gays Bill », Daily Monitor.com,‎ (lire en ligne)
  22. http://www.tempi.it/uganda-approva-la-legge-che-prevede-l-ergastolo-per-i-gay-la-chiesa-si-oppone-ingiusta-discriminazione#.VIqIwHue_IW
  23. « Ouganda: la nouvelle loi répressive sur l’homosexualité indigne l’Église », lire en ligne)
  24. http://www.scross.co.za/2014/01/africas-anti-gay-laws/
  25. avec AFP, « Le Vatican opposé à la loi homophobe en Ouganda », lire en ligne)
  26. par AFP, « Avec la loi anti-homosexuels, l’Ouganda dit défendre «la moralité» », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  27. Texte de la loi (en) : http://fr.scribd.com/doc/208880087/Anti-Homosexuality-Act-2014
  28. (en) Recensement Général de la Population et de l'Habitat de l'Ouganda de 2014 - Population par religion (page 86).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Gérard Prunier et Bernard Calas (dir.), L'Ouganda contemporain, Karthala, Paris ; Ifra, Nairobi, 1994, 303 p. (ISBN 978-2-86537-471-7)

Documentaires

Articles connexes

Liens externes