Pierre Vergès (homme politique)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergès.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Vergès.

Pierre Vergès
Illustration.
Pierre Vergès lors d'un meeting au Tampon, le 19 mars 2010, dans le cadre des élections régionales.
Fonctions
Conseiller général de La Réunion
Élu dans le canton du Port-1 puis du Port-2

(4 ans et 2 jours)
PrédécesseurJean-Yves Langenier
SuccesseurPaulette Adois-Lacpatia, Sergio Erapa

(18 ans et 10 jours)
PrédécesseurBruny Payet
SuccesseurMonica Govindin
3e Vice-président du Conseil
régional de La Réunion

(5 ans, 11 mois et 25 jours)
Élection28 mars 2004
PrésidentPaul Vergès
Maire du Port

(4 ans, 11 mois et 23 jours)
PrédécesseurPaul Vergès
SuccesseurJean-Yves Langenier
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissanceLa Réunion
NationalitéFrançaise
Parti politiqueParti communiste réunionnais
PèrePaul Vergès

Pierre Vergès, né le à l'île de La Réunion, est un homme politique français. Il est le fils de Paul Vergès et le petit-fils de Raymond Vergès, tous deux hommes politiques. Ancien vice-président du conseil régional de La Réunion, il est l'un des dirigeants du Parti communiste réunionnais.

Biographie

Membres notables de la famille Vergès



 
 
Raymond Vergès
18821957
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques Vergès
1925 - 2013
 
Paul Vergès
1925 - 2016
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Françoise Vergès
1952
 
Laurent Vergès
1955Pierre Vergès
1958

En 1991, après vingt ans de mandat de son père, il est élu maire de la commune du Port. Il est par ailleurs à la tête de la SR21, organisme chargé de l'Agenda 21 de l'île. En outre, il occupe jusqu'en 2010 les fonctions de vice-président du conseil régional de La Réunion présidé par son père et de président de la commission des affaires générales et financières. La victoire de la liste de Didier Robert au conseil régional de la Réunion le 21 mars 2010 fait que Pierre Vergès perd son siège, ainsi que ses fonctions au sein de l'IRT, de la SR 21, organismes dépendant de la Région et dont Didier Robert a promis la dissolution au plus vite.

Il a connu une longue cavale de trois ans et demi (1 300 jours, d' à ) pour échapper à sa condamnation[1] pour son implication dans l'affaire « de l'endiguement de la Rivière des Galets »[2]. Après sa condamnation en première instance en 1995 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre de la Réunion à 18 mois d'emprisonnement, 300 000 francs (plus de 46 000 euros) d'amende et cinq ans de privation des droits civiques, civils et de famille[3]. Il s'est finalement rendu à la justice le , pour être libéré le [4]. Puis, en appel, à une peine de prison ferme couvrant sa peine de détention[réf. nécessaire].

Par un arrêt du Conseil d’État, Section, 28 février 1997, Commune de Port, requête numéro 167483, publié au recueil, Il est obligé de rembourser à la Commune du Port les indemnités de fonctions perçu durant sa cavale débuté le 29 avril 1993 et sa démission le 17 mars 1994[5].

En 2009, l'Association de défense des Intérêts des Possessionnais a déposé plainte contre Pierre Verges considérant qu'il s'était accommodé très librement du plan d'urbanisme en s'appropriant des espaces fonciers appartenant à la commune[6]...

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes