Roland Barthes

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barthes.
Roland Barthes
Portrait de Roland Barthes
Biographie
Nom de naissanceRoland Gérard Barthes
Naissance
à Cherbourg
Décès (à 64 ans)
à Paris
Nationalitéfrançaise Drapeau : France
Thématique
FormationLettres classiques
ProfessionPhilosophe, linguiste (d), critique littéraire (d), écrivain, diariste (d), professeur, scénariste, sémiologue (d), sociologue, essayiste (d) et mythographeVoir et modifier les données sur Wikidata
EmployeurCollège de France (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
TravauxSémiologie-Théorie de la littérature
ApprocheStructuraliste
Auteurs associés
Influencé parFerdinand de Saussure, Albert Camus, Jean-Paul Sartre et Karl MarxVoir et modifier les données sur Wikidata

Roland Barthes[1], né le à Cherbourg et mort le à Paris, est un philosophe, critique littéraire et sémiologue français, directeur d'études à l'École pratique des hautes études et professeur au Collège de France.

Il fut l'un des principaux animateurs du structuralisme et de la sémiologie linguistique et photographique en France.

Biographie

Roland Gérard Barthes naît le , pendant la Première Guerre mondiale, à Cherbourg, de Louis Barthes, officier de la marine marchande, catholique, et d'Henriette Binger, protestante issue de la bourgeoisie intellectuelle. Son grand-père maternel était l'explorateur Louis-Gustave Binger, devenu gouverneur des colonies et sa grand-mère, Noémi, recevait place du Panthéon le Tout-Paris intellectuel[2]. Son père est mobilisé en 1914 comme enseigne de vaisseau. Il meurt lors d'un combat naval en mer du Nord le 26 octobre 1916. Roland Barthes passe son enfance à Bayonne jusqu'en 1924, puis à Paris, où il étudie au lycée Montaigne, puis au lycée Louis-le-Grand. Il obtient le baccalauréat en 1934 et s'inscrit en lettres classiques à la faculté des lettres de l'université de Paris, où il contribue à fonder le « Groupe de théâtre antique de la Sorbonne »[3] et obtient sa licence de lettres classiques en 1939 (certificat d'études grecques, certificat d'études latines, certificat de littérature française et d'histoire de la philosophie)[4].

En 1934, après une hémoptysie, on lui diagnostique une lésion du poumon gauche. Jusqu'en 1949, ses études puis sa vie professionnelle sont perturbées par la maladie et les séjours en sanatorium en France et en Suisse. En 1937, il est exempté du service militaire. Professeur au lycée de Biarritz (1939-1940), puis aux lycées Voltaire et Buffon de Paris (1940-1941), il obtient également en 1941 son diplôme d'études supérieures avec un mémoire sur la tragédie grecque. Pendant ses séjours en sanatorium, il mène une vie intellectuelle riche, fait des rencontres déterminantes (dont celle, pour sa formation politique, de Georges Fournié, militant trotskyste qui l'initie au marxisme) et découvre des lectures fondamentales (Karl Marx, Jules Michelet, Jean-Paul Sartre)[5]. Il publie alors ses premiers textes. Il obtient en 1943 le certificat de grammaire et philologie des langues classiques, ce qui lui permet de transformer sa licence en licence d'enseignement. En 1947, il publie dans Combat les premiers des textes qui constitueront Le Degré zéro de l'écriture. Commencent aussi, en cette période, des séjours professionnels à l'étranger : Bucarest (nommé bibliothécaire à l'Institut français en 1947, il s'installe dans la capitale roumaine avec sa mère et a une liaison avec un professeur de français, Pierre Sirin[6]), Alexandrie (où, professeur de français à l'université entre 1949 et juin 1950[6], il rencontre Algirdas Julien Greimas et où il s'initie à la linguistique) ; il séjourne au Maroc plusieurs fois dès 1963 (il enseigne à Rabat en 1969-1970)[4]. Il se rend pour la première fois aux États-Unis en 1958, comme « visiting professor » au Middlebury College (Vermont) puis à New York l'année suivante ; il y revient en 1967 (son amie Susan Sontag diffusera ses idées dans le monde intellectuel américain[6]).

En 1952, de retour à Paris où il travaille au ministère des Affaires étrangères, il publie « Le monde où l'on catche » dans la revue Esprit puis poursuit ses « Petites mythologies du mois » dans Combat et dans la revue de Maurice Nadeau, Les Lettres nouvelles. Ses courts textes le font connaître et sont réunis en un seul volume en 1957. Mais son premier essai, Le Degré zéro de l'écriture, paru en 1953, est rapidement considéré comme le manifeste d'une nouvelle critique soucieuse de la logique immanente du texte. En 1954, il publie un article qui fera date sur Alain Robbe-Grillet[7]. À cette époque, le théâtre l'intéresse particulièrement : au cours des années 1950, il écrit plus de quatre-vingts articles sur le théâtre, publiés dans diverses revues, et participe à la fondation de la revue Théâtre Populaire[8]. Il participe également à la création de Communications, puis, dans les années 1960 et 1970, il collabore à Tel Quel.

En 1962, il entre avec Michel Foucault et Michel Deguy au premier conseil de rédaction de la revue Critique, auprès de Jean Piel qui reprend la direction de la revue après la mort de Georges Bataille.

L'École pratique des hautes études

Stagiaire de recherche du CNRS de 1953 à 1954, puis attaché de recherche de 1956 à 1960, il devient ensuite chef de travaux à la VIe section de l'École pratique des hautes études puis directeur d'études en 1962 — ses premiers séminaires portent sur le thème « Inventaire des systèmes de signification contemporains » et débouchent sur ses Éléments de sémiologie (1965) et le Système de la mode (1967). En 1971, il est professeur invité à l'université de Genève. Il occupe la chaire de sémiologie du Collège de France de 1977 à 1980.

En publiant Sur Racine en 1965, il s'attaque à la vieille critique qui analyse l’œuvre à partir de la biographie de l'auteur[9]. Raymond Picard, représentant de la vieille critique, répond à Roland Barthes avec son livre Nouvelle critique ou nouvelle imposture[9]. Barthes répond par son livre Critique et vérité. C'est le point de départ de la Querelle de la nouvelle critique.

Le début des années 1970 est une période de publication intense, qui le voit s'éloigner du formalisme structuraliste et opter pour une subjectivité plus assumée, avec L'Empire des signes (1970), S/Z (1970), Sade, Fourier, Loyola (1971), Nouveaux Essais critiques (1972), suivis par son Roland Barthes par Roland Barthes (1975) et ses Fragments d’un discours amoureux (1977). C'est également l'époque de la reconnaissance : Tel Quel (1971) et L'Arc (1973) lui consacrent des numéros spéciaux et une décade est organisée sur son œuvre à Cerisy-la-Salle (1977).

En 1974, il participe à un voyage en Chine avec François Wahl, Philippe Sollers, Julia Kristeva et Marcelin Pleynet. Alors que cette visite coïncide avec une purge sanglante, « déclenchée à l'échelle du pays entier par le régime maoïste »[10], il revient enthousiaste de ce voyage[11]. Ses notes de voyages seront publiées en 2009 dans Carnets du voyage en Chine[12].

Avec la publication en 1977 de Fragments d’un discours amoureux, Barthes accède à une notoriété médiatique[13]. C'est l'époque où il fait la connaissance d'Hervé Guibert avec qui il entretient une relation exclusivement épistolaire ; elle se rompt le jour où Barthes commande un texte à Guibert :

« Il m’a fait écrire un texte, La Mort propagande n° 0, raconte Guibert. Il devait écrire une préface. Mais il a posé comme condition que je couche avec lui. Et pour moi ce n’était pas possible. À cette époque, je n’aurais pu avoir un rapport avec un homme de cet âge[14]. »

La mort de sa mère, avec laquelle il vivait, le , le touche profondément[12],[15].

À l'automne 1978, il commence au Collège de France le cours sur « La préparation du roman »[13].

Fauché par la camionnette d'une entreprise de blanchissage rue des Écoles à Paris alors qu'il se rend au Collège de France, le , Barthes meurt des suites de cet accident le 26 mars suivant à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Il est enterré auprès de sa mère, dans le cimetière d'Urt au Pays basque[16].

Postérité

En 1995, ses dessins sont exposés au musée de Bayonne[17].

En 1996, son demi-frère, Michel Salzedo (né en 1927 de l'union entre Henriette Barthes et le céramiste André Salzedo), confie l'ensemble des archives à l'Institut mémoires de l'édition contemporaine afin de les rendre disponibles aux chercheurs[18]. Ces archives sont désormais consultables à la Bibliothèque nationale de France.

En 2002, le Centre Georges-Pompidou lui consacre une exposition[19].

En 2009, deux textes non destinés à la publication, Journal de deuil et Carnets du voyage en Chine, sont publiés. Son ancien éditeur François Wahl s'oppose à cette publication d'écrits intimes. Le frère de Barthes, Michel Salzedo, donne son accord à la publication de ces écrits[12],[20].

Une statue, œuvre de Christine Larivière, le représente à Cherbourg[21].

Œuvre

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

La « mort de l'auteur »

« La mort de l’auteur » est un article publié d'abord en anglais sous le titre « The Death of the Author (en) », Aspen Magazine, n° 5/6, 1967, puis en français en 1968 dans le numéro 5 de la revue Mantéia, basée à Marseille et proche de Tel Quel. L'article fut ensuite recueilli dans Le bruissement de la langue. Essais critiques IV[22].

Conjugué à la conférence de Foucault intitulée « Qu’est-ce qu’un auteur ? » publiée en juillet 1969 [23], l’article de Barthes fait l’effet d’une bombe[réf. nécessaire]. Jusqu’à leur parution, bien plus tard et dans des recueils posthumes, ces deux textes furent longtemps très photocopiés par les étudiants et utilisés par les enseignants, devenant en quelque sorte le credo du post-structuralisme français.[réf. nécessaire] [24]

Les deux textes gagnèrent cette popularité[réf. nécessaire] surtout par leur opposition à deux auteurs du XIXe siècle, Gustave Lanson et Sainte-Beuve, critiques dominants dans les études littéraires françaises, qui attachaient une grande importance à la connaissance de l’auteur dans le jugement d’une œuvre. Or, pour Barthes, « l’auteur est mort » : il affirme que « la naissance du lecteur doit se payer de la mort de l’auteur ». En effet, son idée est que l'auteur doit céder sa place au lecteur, qui réécrit le texte pour lui-même (depuis, on dit volontiers qu'il en possède sa propre lecture, expression que dénonce d'ailleurs Thierry Maulnier) : l'auteur n'est donc plus le seul garant du sens de son œuvre. Barthes souligne que l'approche traditionnelle de la critique littéraire soulève un problème complexe : comment peut-on connaître précisément l'intention de l'auteur ? Sa réponse est qu'on ne le peut pas. Il donne comme exemple Sarrasine d'Honoré de Balzac, texte dans lequel un homme prend un castrat pour une femme et en tombe amoureux. Lorsque le personnage (Sarrasine) délire sur celle qu'il croit être l'image même de la féminité, Barthes défie les lecteurs de trouver qui parle et de quoi : Balzac ou son personnage[25] ?

Ainsi, selon Barthes, lorsqu’un auteur autrefois était « consacré », tous ses écrits devenaient automatiquement œuvre, y compris la correspondance, les brouillons, etc. Une fois l’auteur mort, un écrit devient œuvre (ou « texte » dans notre cas) si son contenu est conforme à l’idée que l’on se fait de l’auteur. De nombreux exécuteurs testamentaires ont brûlé la correspondance d'écrivains célèbres, pensant qu'elles pouvaient ternir l'image du disparu. Ils l'ont fait soit de leur propre chef, soit à la demande de l'auteur[26],[27].

Système de la mode

Dans Système de la mode (1973), comme dans Éléments de sémiologie, Roland Barthes fait beaucoup pour populariser la notion de dénotation et celle de métalangage.

Soient les notations E = expression, R = relation, C = contenu.

On peut avoir :

  • Connotation

(E R1 C1) R2 C2 : R1 = dénotation, R2 = connotation

ex. : Je porte un jean troué pour signifier (connoter) que je suis un punk. E = jean ; C1 = m'habiller, me protéger du froid, etc. ; C2 = « je suis un punk »

ou

  • Métalangage

E1 R1 (E2 R2 C) : R1 = métalangage, R2 = langage-objet

ex. : « Le mot "chat" » : E1 = « Le mot "chat" » ; E2 = "chat" ; C = boule de poils mouvante.

Dans son article "Histoire et sociologie du vêtement" (1957), Barthes s'intéresse déjà au vêtement qu'il compare au langage en reprenant la distinction de Ferdinand de Saussure. Ainsi le costume est une institution sociale et l'habillement un acte individuel[28].

Le mythe

Dans Mythologies (Seuil, 1957), Roland Barthes écrit : « […] une de nos servitudes majeures : le divorce accablant de la mythologie et de la connaissance. La science va vite et droit en son chemin ; mais les représentations collectives ne suivent pas, elles sont des siècles en arrière, maintenues stagnantes dans l'erreur par le pouvoir, la grande presse et les valeurs d'ordre »[29]. Dans ce livre, il décrit des mythes aussi divers que la Citroën DS, le catch, le vin, le visage de Greta Garbo, le steak-frites et le discours colonial français. Mais il analyse également le phénomène même du mythe.

Le mythe pour Barthes est un outil de l'idéologie, il réalise les croyances, dont la doxa est le système, dans le discours : le mythe est un signe. Son signifié est un idéologème, son signifiant peut être n'importe quoi : « Chaque objet du monde peut passer d'une existence fermée, muette, à un état oral, ouvert à l'appropriation de la société[30] ».

Dans le mythe, écrit Barthes, la chaîne sémiologique « signifiant/signifié = signe » est doublée. Le mythe se constitue à partir d'une chaîne pré-existante : le signe de la première chaîne devient le signifiant du second. Barthes donne l'exemple d'une phrase figurant comme exemple dans une grammaire : c'est un signe composé de signifiant et signifié, mais qui devient dans son contexte de grammaire un nouveau signifiant dont le signifié est « je suis ici comme exemple d'une règle grammaticale »[31]. Il illustre cela par un emprunt à Valéry, qui avait précisé dans Tel quel[32] que « Quia ego nominor leo » avait en fait la valeur de « Je suis une règle de grammaire »[33].

Un exemple purement idéologique dans ce recueil est la photo d'un soldat noir regardant le drapeau national, où le signe dans son ensemble devient le signifiant du mythe de l'adhésion des populations colonisées à l'Empire français.

En dernière analyse, la doxa propagée par le mythe, pour Barthes, est l'image que la bourgeoisie se fait du monde et qu'elle impose au monde. La stratégie bourgeoise est de remplir le monde entier de sa culture et de sa morale, en faisant oublier son propre statut de classe historique : « Le statut de la bourgeoisie est particulier, historique : l'homme qu'elle représente sera universel, éternel ; […] Enfin, l'idée première du monde perfectible, mobile, produira l'image renversée d'une humanité immuable, définie par une identité infiniment recommencée. »[34]

La Chambre claire, Note sur la photographie

Article détaillé : La Chambre claire.
Photographie de Jérôme Bonaparte (1784-1860).
Cette photographie (date estimée : 1852) a sûrement inspiré à Barthes son ouvrage La Chambre claire.[réf. nécessaire]

La Chambre claire. Note sur la photographie est un ouvrage de Roland Barthes, rédigé entre le 15 avril et le 3 juin 1979 et publié en 1980, dans lequel l’auteur s’interroge sur la nature de la photographie, en essayant de comprendre si elle a un « génie propre », un trait qui la distingue des autres moyens de représentation.

Cet ouvrage fait écho à une période difficile que l’écrivain vécut après la mort de sa mère le 25 octobre 1977.

Écrits sur le théâtre

Entre 1953 et 1960, il écrit 94 textes sur le théâtre[35], qui relèvent aussi bien de la critique (« Le Prince de Hombourg au TNP ») que du court essai (Avignon, l'hiver). Ces textes sont publiés dans diverses périodiques, comme Les Lettres nouvelles ou France-Observateur. Le projet d'un recueil, lancé à la fin des années 1970 par Jean-Loup Rivière, qui était alors son étudiant, n'aboutira qu'en 2002 ; Écrits sur le théâtre comprend 62 de ces textes, revus et corrigés par Barthes lui-même avant sa mort en 1980, où son éditeur suspendra le projet.

La découverte de Brecht et du Berliner Ensemble constitue pour lui une expérience frappante, voire un point de non-retour ; il l'évoque dans un texte de 1965, qui ouvre le recueil Écrits sur le théâtre.

« Cette illumination a été un incendie : il n’est plus rien resté devant mes yeux du théâtre français ; entre le Berliner et les autres théâtres, je n’ai pas eu conscience d’une différence de degré, mais de nature et presque d’histoire. D’où le caractère, pour moi, radical de l’expérience. Brecht m’a fait passer le goût de tout théâtre imparfait, et c’est, je crois, depuis ce moment-là que je ne vais plus au théâtre[8]. »

À la même période, il participe activement, notamment avec Bernard Dort, à la revue Théâtre Populaire, fondée par Jean Vilar en 1953[36]. Cependant, à la fin des années 1960, Barthes cesse d'aller au théâtre ; s'il n'écrit alors plus sur les objets spectaculaires, la notion de théâtralité restera au cœur de ses travaux[37]. Quoiqu'il ait longtemps été réticent à la publication sous forme de recueil de ces textes qu'il estimait datés ou trop « militants »[8], Barthes écrit tout de même, en 1975, qu'« Au carrefour de toute l’œuvre, peut-être le Théâtre »[38].

Roland Barthes et le fragment

« Son premier texte [à Roland Barthes] ou à peu près (1942) est fait de fragments […]. Depuis, en fait, il n'a cessé de pratiquer l'écriture courte[39]. »

Cinéma

En 1961, il fait office de conseiller artistique sur le documentaire canadien Le catch

En 1979, Roland Barthes incarne William Makepeace Thackeray dans le film d'André Téchiné Les Sœurs Brontë[16].

Le réalisateur prend l'écrivain comme modèle d'un des personnages, Romain, dans son film J'embrasse pas (1991)[40].

Pastiche

En 1978, alors que Barthes est au sommet de sa notoriété publique, comme l'atteste le succès de librairie[réf. nécessaire] de Fragments d'un discours amoureux, son jargon et sa démarche théorique sont l'objet d'un pastiche, Le Roland Barthes sans peine, signé par Michel-Antoine Burnier et Patrick Rambaud.

« Les auteurs proposent un décryptage du discours barthésien, à la manière de l'acquisition d'une langue nouvelle dont le vocabulaire ne serait que partiellement d'origine française[41]. »

Selon François Dosse, le héros malgré lui de ce pastiche « moins méchant que drôle » en aurait été affecté, non par manque d'humour, mais à cause du deuil de sa mère qui le fragilisait au moment de cette publication satirique[41].

Vie privée

Philippe Sollers aborde le sujet de l'homosexualité de Roland Barthes[42],[43] dans son livre Femmes (1983)[44], ce qui lui vaut d'être critiqué par Renaud Camus dans son livre Corbeaux (2000)[45]. Laurent Binet, en 2015, dans son roman La Septième fonction du langage, s'amuse à imaginer que Roland Barthes a été assassiné par les services secrets bulgares à l'instigation de Philippe Sollers et Julia Kristeva, qui voulaient lui dérober un précieux manuscrit qu'il tenait de Roman Jakobson. Le roman évoque notamment le déjeuner de Barthes avec François Mitterrand, juste avant de se faire renverser par une camionnette [46].

Ouvrages

  • Le Degré zéro de l'écriture suivi de Nouveaux essais critiques, Éditions du Seuil, Paris, 1953
  • Michelet par lui-même, Éditions du Seuil, Paris, 1954
  • Mythologies, Seuil, - rééd. augmentée, 2010
  • Sur Racine, Éditions du Seuil, Paris, 1963
  • Essais critiques, Éditions du Seuil, Paris, 1964
  • La Tour Eiffel, Centre national de la photographie/Éditions du Seuil, Paris, 1964
  • Éléments de sémiologie, Denoël/Gonthier, Paris, 1965
  • Critique et Vérité, Éditions du Seuil, Paris, 1966
  • Système de la mode, Éditions du Seuil, Paris, 1967
  • S/Z essai sur Sarrasine d'Honoré de Balzac, Éditions du Seuil, Paris, 1970
  • L'Empire des signes, Skira, Paris, 1970
  • Sade, Fourier, Loyola, Éditions du Seuil, Paris, 1971
  • Nouveaux essais critiques, Éditions du Seuil, Paris, 1972
  • Le Plaisir du texte, Éditions du Seuil, Paris, 1973
  • Roland Barthes par Roland Barthes, Éditions du Seuil, Paris, 1975
  • Alors la Chine ?, Christian Bourgois, Paris, 1975
  • Fragments d'un discours amoureux, Éditions du Seuil, Paris, 1977. Existe également en livre audio, lu par Fabrice Luchini, paru aux éditions Audiolib.
  • Leçon, Éditions du Seuil, Paris, 1978
  • Sollers écrivain, Éditions du Seuil, Paris, 1979
  • La Chambre claire : Note sur la photographie, Gallimard/Seuil/Cahiers du cinéma, Paris, 1980. Existe également en livre audio, lu par Daniel Mesguich, paru aux éditions Audiolib
  • Sur la littérature, éd. Presses universitaires de Grenoble, 1980
  • Le Grain de la Voix : Entretiens, 1962-1980, Éditions du Seuil, Paris, 1981
  • L'Obvie et l'Obtus : Essais critiques III, Éditions du Seuil, Paris, 1982
  • All except you : Saul Steinberg, Repères, Paris, 1983
  • Le Bruissement de la langue : Essais critiques IV, Éditions du Seuil, Paris, 1984
  • L'Aventure sémiologique, Éditions du Seuil, Paris, 1985
  • Incidents, Éditions du Seuil, Paris, 1987
  • Œuvres complètes, tome I : 1942-1965, Éditions du Seuil, Paris, 1993
  • Œuvres complètes, tome II :1966-1973, Éditions du Seuil, Paris, 1994
  • Œuvres complètes, tome III : 1974-1980, Éditions du Seuil, Paris, 1995
  • Œuvres Complètes, 5 tomes, Éditions du Seuil, Paris, 2002
  • Le Plaisir du texte précédé de Variations sur l'écriture, Préface de Carlo Ossola (trad. par N. Le Lirzin), Éditions du Seuil, Paris, 2000
  • Écrits sur le théâtre, Éditions du Seuil, Paris, 2002
  • Comment vivre ensemble : cours et séminaires au Collège de France 1976 – 1977, Éditions du Seuil/Imec, Paris, 2002
  • Le Neutre : cours et séminaires au Collège de France 1977 – 1978, Éditions du Seuil/Imec, Paris, 2002
  • La Préparation du roman : I et II, cours au collège de France 1978 – 1980, Éditions du Seuil/Imec, Paris, 2003 (28h d'archives sonores au format MP3)
  • Carnets de voyage en Chine, Éditions Christian Bourgois, Paris, 2009
  • Journal de deuil, Éditions du Seuil/Imec, Paris, 2009
  • Écrits sur le théâtre, textes réunis et présentés par Jean-Loup Rivière, éditions Points, 2015[47].
  • Cy Twombly, Éditions du Seuil, Paris, 2016

Bibliographie

  • Fabien Arribert-Narce, Photobiographies : pour une écriture de notation de la vie : Roland Barthes, Denis Roche, Annie Ernaux, Paris, Honoré Champion éditeur, 2014 (ISBN 9782745327123)
  • Patrick Cabanel, « Roland Barthes », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 176-178 (ISBN 978-2846211901)
  • Calvet, Roland Barthes, 1915-1980, Flammarion, , 338 p. (ISBN 978-2080662590)
  • Vittorio Frigerio, « Comment faire du neuf avec du vieux. Barthes, Dumas et les aléas du code culturel », Fabula. Théories de la fiction littéraire (2000)[48]
  • Gil, Roland Barthes : Au lieu de la vie, Flammarion, coll. « Grande Biographie », , 1re éd., 562 p. (ISBN 978-2081244436)
  • Jean-Marc Mandosio, « Naissance d'un stéréotype : Roland Barthes », dans La Nouvelle Revue française, numéro 589, Gallimard, 2009.
  • Éric Marty, Roland Barthes, le métier d'écrire, Paris, Éditions du Seuil, 2006
  • Eric Marty, Roland Barthes, la littérature et le droit à la mort, Paris, Éditions du Seuil, 2010
  • Martin Melkonian, Le Corps couché de Roland Barthes, Séguier 1989 ; nouvelle édition : Armand Colin, 1993.
  • Jean-Claude Milner, Le Pas philosophique de Roland Barthes, Verdier, 2003
  • René Pommier, Roland Barthes, ras le bol !, Roblot, 1987 ; nouvelle édition Eurédit, 2005.
  • René Pommier, Le Sur Racine de Roland Barthes, thèse de doctorat d'État, S.E.D.E.S., 1990 ; nouvelle édition revue et augmentée, Eurédit, 2008.
  • René Pommier, Roland Barthes, grotesque de notre temps, grotesque de tous les temps, Kimé, 2017.
  • Tiphaine Samoyault, Roland Barthes, Paris, Éditions du Seuil (Fiction & Cie), 2015, 720 p. (ISBN 978-2-02-101020-6)
  • Sollers, « R.B. », Tel Quel, Tel Quel, lire en ligne)
  • Philippe Sollers, L'Amitié de Roland Barthes, Seuil, 2015
  • Susan Sontag, L'Écriture même : à propos de Roland Barthes (trad. française : Christian Bourgois, 1979, rééd. 2009)
  • Dossier « Roland Barthes après Roland Barthes » dans Rue Descartes 2001/4 (Rue Descartes 2001/4 (lire en ligne
  • Jean-Pierre Bertrand (dir.), Roland Barthes : continuités, Christian Bourgois éditeur, 2017

Notes et références

  1. Se prononce Roland Barte [1].
  2. Jean Baptiste Fages, Comprendre Roland Barthes, Privat, , p. 17.
  3. Petit Robert, dictionnaire universel des noms propres, Dictionnaires Le Robert, 1990, p. 179.
  4. a et b Marie Gil, Roland Barthes : au lieu de la vie, Flammarion, 2012 (ISBN 978-2-08-124443-6).
  5. Roland Barthes moraliste, Presses universitaires du Septentrion, , p. 64.
  6. a b et c « Le monde selon Roland Barthes », Vanity Fair no 24, juin 2015, pages 36-37.
  7. « Littérature objective », Critique, no 86-87, juillet-août 1954. De Robbe-Grillet Roger-Michel Allemand résumera plus tard : « sur le plan des références et des concepts, il devait tant à Barthes qu'il ne pouvait que s'efforcer a posteriori de minorer son apport » (« Le temps de l'effacement », Roman 20-50, hors-série no 6, septembre 2010, p. 6).
  8. a b et c Roland Barthes, Ecrits sur le théâtre, Seuil, (ISBN 978-2-7578-5015-2), p. 8.
  9. a et b Laurent Binet, « Barthes : une mythologie du XXe siècle », lire en ligne).
  10. Barthes et la Chine, Simon Leys, 4 février 2009.
  11. Mao ou l'étrange fascination française pour le sado-marxisme, par Guy Sorman, lefigaro.fr, 15 octobre 2007.
  12. a b et c Lindon, « Barthes, fragments d’un discours orphelin », lire en ligne).
  13. a et b Compagnon, « Le roman de Roland Barthes », Critique, no 678,‎ , Critique, no 678,‎ , lire en ligne).
  14. « Foucault et Hervé Guibert, le compagnon d’agonie », Frédéric Gaussen, Le Monde, 7 mai 2000.
  15. « Les garçons et l’impossibilité de l’amour », André Roy, fugues.com, 21 juin 2006.
  16. a et b Noguez, « Roland Barthes de S à Z », lire en ligne).
  17. Hervé Gauville, « R.B., autres fragments d'un discours », Libération,‎ (lire en ligne).
  18. « L'ensemble des archives du critique, essayiste et sémiologue Roland Barthes », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  19. Hervé Gauville, « L'Expo Beaubourg, 54e mythologie », Libération,‎ (lire en ligne).
  20. Eric Aeschimann, « Désaccords autour des notes posthumes de Roland Barthes », Libération,‎ (lire en ligne).
  21. https://www.ouest-france.fr/normandie/cherbourg-octeville-50100/la-laicite-une-place-au-coeur-de-la-cite-3040180.
  22. Le Bruissement de la langue. Essais critiques IV, Paris, Seuil, 1984.
  23. Dans le numéro 3, 63e année du Bulletin de la Société française de philosophie. Repris dans Michel Foucault, Dits et écrits, Tome I, p. 817-849, Paris, Gallimard, Quarto, 2001.
  24. « Introduction : mort et résurrection de l'auteur » sur le site Fabula.
  25. S/Z, la casuistique du discours, Point-Seuil, 1976, p. 134-135 (ISBN 2020043491).
  26. Les lettres de la Comtesse Hanska à Balzac ont ainsi été brûlées en majorité, ce qui a permis à Catherine Radziwill de produire des faux: Princess Radziwill, My recollections, Isbister, Londres, 1904, chap. IV, p. 65.
  27. Sophie de Korwin-Piotrowska, Balzac et le monde slave, 1933, Honoré Champion, Paris, 1933, p. 82.
  28. BARTHES Roland, « Histoire et sociologie du vêtement », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n°3, 1957, p. 430-441.
  29. Barthes 1957, p. 72-73.
  30. Barthes 1957, p. 216.
  31. Barthes 1957, p. 222-223.
  32. Yvonne Sherwood, The Prostitute and the Prophet, A&C Black, 2004, p. 110 google books.
  33. (en) http://carbon.ucdenver.edu/~mryder/itc/barthes/myth_today.html.
  34. Barthes 1957, p. 250-251.
  35. John Thobo-Carlsen, « Roland Barthes et théatralité », Orbis Litterarum,‎ (lire en ligne).
  36. « INA - Jalons - Roland Barthes : Théâtre populaire et Brecht - Ina.fr », sur INA - Jalons (consulté le 18 octobre 2016).
  37. Jean-Pierre Sarrazac, « « Le retour au théâtre » », Parcours de Barthes, Communications, n°63,‎ , p. 11 à 23.
  38. Roland Barthes, Roland Barthes par Roland Barthes, Seuil, , p. 179.
  39. Roland Barthes par Roland Barthes, coll. « Écrivains de toujours », le Seuil, 1975, p. 97.
  40. « La Cinémathèque de Toulouse », sur www.lacinemathequedetoulouse.com (consulté le 18 octobre 2016).
  41. a et b François Dosse, Histoire du structuralisme, II. Le chant du cygne, La Découverte, 1992, p. 438_440.
  42. http://www.liberation.fr/livres/2015/01/14/code-barthes_1180713.
  43. http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20090121.BIB0811/roland-barthes-aurait-ete-revolte.html.
  44. http://www.pileface.com/sollers/spip.php?article776.
  45. http://vehesse.free.fr/dotclear/index.php?2010/06/17/1497-sollers-et-barthes-l-affaire-renaud-camus.
  46. Rentrée littéraire․ Laurent Binet : San Antonio chez les sémiologues, par Thomas Mahler, lepoint.fr, 9/08/2015.
  47. Fiche de l'ouvrage sur le site du Cercle Points.
  48. http://www.fabula.org/colloques/barthes/21.php

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :