Wikipédia:Conventions concernant les nombres

Vous êtes actuellement sur une page de conventions qui a pour but d’aider au bon usage des nombres sur Wikipédia.

Ce petit guide est destiné à répertorier les principales conventions typographiques concernant les nombres que nous essayons de respecter sur Wikipédia, afin d’assurer dans ce domaine une certaine cohérence entre les articles. Par tradition, les conventions typographiques de Wikipédia se basent pour la plupart sur les recommandations du Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale[1]. Le respect de ces règles de typographie n’est pas obligatoire, et vous êtes libre de ne pas en tenir compte. Cependant, les autres wikipédiens sont également libres de modifier la mise en forme de votre texte.

Généralités

Il existe cinq manières d’écrire les nombres en français :

  1. En toutes lettres : quatre, vingt-deux, cinquante-neuvième, les trois quarts, un deux-centième de part, un sept de cœur, les huitièmes de finale, un mauvais quart d’heure, prendre le quart, acheter du quatre pour cent, etc. ;
  2. En chiffres arabes : 6, 18, 12 635, 59e ;
  3. En petites capitales romaines : IV, X, XXIII (avec le modèle : rom) ;
  4. En grandes capitales romaines : IIIe, IX (avec le modèle : rom-maj) ;
  5. En minuscules romaines : ·iv·, ·xxij·, lixe (avec le modèle : rom-min).

Des règles précises gouvernent l’utilisation de ces différents types de nombres[L 1]. Voir aussi : le paragraphe « Nombres » des conventions typographiques.

Concernant l’usage des chiffres dans les titres de films, cf. Conventions filmographiques – Suites et chiffres.

Écriture en chiffres arabes

On doit distinguer l’usage d’un nombre pour :

un comptage ou une mesure (nombre cardinal) 
lorsque c’est une quantité, une longueur, une distance, une durée, un poids, etc.
une numérotation (nombre ordinal) 
une année, un article, un dossier, un matricule, un code géographique, un arrondissement, etc.

Pour un comptage ou une mesure

Les règles suivantes s’appliquent au format des nombres en base dix.

  • Dans les nombres décimaux, on sépare la partie entière et la partie décimale avec une virgule et non un point.
    Une bouteille de 1,5 litre
  • On sépare les tranches de trois chiffres par une espace insécable (100 000), et non pas par un point, une apostrophe ou une virgule. Les tranches de trois chiffres se comptent à partir de la droite pour les chiffres avant la virgule et à partir de la gauche pour les chiffres après la virgule[L 2].
    11 222 333,444 555 66
  • On place le symbole d’unité après le nombre, séparé par une espace insécable[L 3].
    12,5 km, 12,50 € et 12,5 °C[L 4]
  • La règle du symbole détaché de l’unité ne s’applique pas aux unités sexagésimales d’angle (mesure d’angle, latitude, longitude), ni au degré d’alcool[L 5].
    12° 30 est la somme de 12 degrés et de 30 minutes.
    Un angle de 30°
    35° 19′ 20″ de latitude N
    Un vin titrant 11°
  • Les nombres négatifs commencent par le signe moins, sans espace[L 6].
    Il fait −10 °C cet hiver.
  • Les nombres en notation scientifique auront avantage à utiliser le modèle donne « 200 cm2 ».

Dates

  • Pour les calendriers usuels, le jour et l’année de la date s’écrivent en chiffres arabes, le mois en lettres : le 3 juillet 2004[L 19].
  • Le jour reste écrit en chiffres arabes même s’il fait partie du nom d’une rue, le mois prenant la capitale initiale : rue du 4-Juillet (date historique)[L 20],[L 21].
  • Pour les dates des fêtes civiles ou religieuses (exemple : le 14 Juillet), voir : cette section des conventions typographiques.
  • La date s’écrit en toutes lettres uniquement en poésie et dans certains actes notariés[L 22].
  • L’écriture des dates entièrement en chiffres doit être évitée (sauf dans un tableau de données) et l’année ne doit en aucun cas être abrégée[L 8]. En effet, il existe différentes façon d’interpréter une date comme 01/02/03 (1er février ou 2 janvier ? 1903 ou 2003 ?) dans les différents pays francophones (où même le séparateur varie). On écrit plutôt ces dates in extenso : 1er février 1903[L 19].
  • La notation en chiffres uniquement des trimestres doit aussi être évitée, si elle n’est pas explicitée, à cause des différences d’interprétation : 2003 II (février 2003 ou deuxième trimestre 2003 ?).
  • Les périodes s’écrivent sans abréviation[L 8] et en reliant les deux dates par un trait d’union, exemple « la guerre de 1914-1918 » et non « la guerre de 1914 - 1918 », ni la guerre de 1914-18[L 8], bien que, par exception, il soit possible d’écrire « les combattants de 14-18 »[L 8]. De même, les années 20 sont-elles les années 1820-1829 ou les années 1920-1929 ? En revanche, placées dans leur contexte et écrites toujours en lettres, « les années vingt » (c’est-à-dire 1920-1929), « les années trente » (1930-1939), etc., ne prêtent pas à confusion[L 8]. Le tiret employé est le tiret classique : touche 6 de ce clavier français AZERTY, c’est-à-dire le premier de ce tableau. Voir aussi la section : « Pour une numérotation »

Orthographe

Accord du pluriel

Lorsque l’unité précède la partie décimale, la marque du pluriel sera déterminée par la partie entière uniquement :

  • une heure et demie, deux mètres cinquante.

Nombres inférieurs à deux : toute quantité strictement inférieure à 2 (avec virgule) prend la marque du singulier[7] :

  • 0,75 mètre, 1,50 mètre, 2 mètres, h 30 écoulée.

Vingt et cent ne prennent le pluriel que s’ils sont précédés par un nombre qui les multiplie et s’ils ne sont pas suivis d’un autre nombre ou de mille[7] :

  • trois cents euros, trois cent cinquante euros ;
  • quatre-vingts personnes, quatre-vingt-trois personnes.

Employés comme adjectifs numéraux ordinaux, ils sont invariables[7] :

  • page trois cent, l’an mille neuf cent.

Par contre, ils s'accordent devant millier, million, milliard (qui ne sont pas des adjectifs numéraux mais des noms)[7] :

  • cinq cents millions d’années.

Mille (ou mil) est toujours invariable[7] :

  • six cent mille euros.

Les symboles d’unité ne prennent jamais la marque du pluriel : « La Loire est un fleuve long de 1 020 kilomètres » (accord), mais « La longueur de la Loire est de 1 020 km » (pas d’accord)[L 3].

Rectifications orthographiques de 1990

Selon les rectifications orthographiques de 1990, les numéraux composés sont systématiquement unis par des traits d’union. Milliard, million et millier, étant des noms, ne sont pas concernés par cette rectification[8] .

Notes et références

Notes

  1. Cette règle s'applique implicitement aux nombres qu'ils soient cardinaux ou ordinaux ; en effet, un nombre en chiffres romains est implicitement un ordinal, par exemple : « Louis XIV » pour « Louis le quatorzième » ; de même, un nombre en chiffres arabes qui suit un nom est implicitement un ordinal, par exemple : « la page 123 » pour « la cent-vingt-troisième page ».
  2. Ces modèles sont donc au nombre de 999.
  3. Avec une espace insécable entre le nombre ordinal — 135e — et le mot qui le suit — régiment. En outre une infobulle est proposée qui donne en caractères alphabétiques l'ordinal en question, en l'occurrence « cent trente-cinquième ».
  4. Qui se lit « le dix millième client ».

Références

  1. Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Imprimerie nationale, 1990 (ISBN 2-11-081075-0) ; réédition 2002 (ISBN 2-7433-0482-0) ; réimpressions octobre 2007 et novembre 2008 (ISBN 978-2-7433-0482-9).
  2. Le Petit Larousse 2008, Paris,  éd. Larousse (ISBN 978-2-03-582503-2), p. 385.
  3. Le Chicago Manual of Style, édition 17, dit à la [section 9.56] que le SI utilise l’espace fine non dilatable comme séparateur des milliers : « In the International System of Units (SI units), thin, fixed spaces rather than commas are normally used to mark off groups of three digits, both to the left and to the right of the decimal marker. » Dans OpenOffice).
  4. [PDF] Le Système international d’unité, Bureau international des poids et mesures , 8e édition, 2006. Voir : chap. « Règles d’écriture des noms et symboles d’unités et expression des valeurs des grandeurs », p. 41-46.
  5. « Le système SI d’unités de mesure – 7 unités de base », sur le site industrie.gouv.fr.
  6. Kurt Gieck, Formulaire technique (traduit en français par G. Bendit, École d’ingénieurs de Bienne - Suisse), Gieck-Verlag, Heilbronn (RFA).
  7. a, b, c, d et e « Questions de langue – Nombres (écriture, lecture, accord) – Nombres inférieurs à 2 : accord », Académie française, sur le site academie-francaise.fr.
  8. « Questions de langue – Rectifications de l’orthographe – Le trait d’union », Académie française, sur le site academie-francaise.fr.

Lexique

Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Imprimerie nationale, Paris, 1990 (ISBN 2-11-081075-0) ; réédition 2002 (ISBN 2-7433-0482-0) ; réimpressions octobre 2007 et novembre 2008, 197 p. (ISBN 978-2-7433-0482-9).

  1. p. 122-127.
  2. p. 124. Le Lexique donne un exemple d'application de cette règle même pour des nombres de seulement quatre chiffres : « de 5 000 à 6 000 personnes ».
  3. a et b p. 179.
  4. p. 64-65.
  5. p. 64-65 et 179-180.
  6. p. 65.
  7. p. 97.
  8. a, b, c, d, e et f p. 63 et 124.
  9. p. 131.
  10. p. 27.
  11. a et b p. 74.
  12. a et b p. 85.
  13. p. 148-149.
  14. a et b p. 61-62.
  15. p. 124.
  16. p. 126 et 159.
  17. a et b p. 125.
  18. chap. : « Chimie (compositionde la) », p. 47 ; chap. : « Mathématiques et de la physique (composition des) », p. 108-111 ; chap. : « Unités de mesure », p. 175-180.
  19. a et b p. 63.
  20. p. 157.
  21. Note sur le trait d’union dans les noms de rue, p. 156 : « Dans une dénomination composée, tous les éléments, à l’exception de l’article initial, sont liés par des traits d’union ».
  22. p. 122.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes