Wikipédia:Conventions filmographiques

Ce petit guide est destiné à répertorier les principales conventions filmographiques mises au point par le Projet:Cinéma et que nous essayons de respecter sur la Wikipédia francophone, afin d’assurer dans ce domaine une certaine cohérence entre les articles. Le respect de ces règles n’est pas obligatoire et vous êtes libre de ne pas en tenir compte. Cependant d’autres contributeurs sont également libres de modifier la mise en forme de votre texte pour le rendre conforme aux présentes recommandations.

Des gabarits, définissant la syntaxe et l'ordre des rubriques, sont disponibles sur ces sous-pages : Présentation des films et Présentation d'une biographie.

Titre d'un film

Choix du titre

Le titre de l'article doit respecter les conventions sur les titres. Si plusieurs titres sont possibles, le plus courant doit être utilisé, par application du principe de moindre surprise. Les autres titres possibles sont évidemment rappelés dès le début de l’article, et peuvent faire l'objet de redirections.

Dans le cas des films, il existe principalement trois possibilités : le titre original, le titre francophone européen et le titre francophone québécois.

  • Règle principale : selon le principe précédent, le titre de l'article est le titre francophone européen (ou par simplification « français »)[1].
Exemples : le titre québécois Trouver Nemo redirige vers Le Monde de Nemo ; le titre original The Shop Around the Corner redirige vers Rendez-vous.
  • Les films québécois conservent leur titre francophone original, ainsi que leurs conventions typographiques (voir ci-dessous). Dans le cas où un film est exploité en Europe sous son titre original, c'est ce titre original qui sert à nommer l'article, même si une traduction francophone est exploitée au Québec.
Exemple : le titre québécois Clanches! redirige vers Speed (film, 1994).

Titres doubles

Choix du titre de l'article
  • Si le titre est suivi d'un sous-titre précédé de la conjonction « ou »[2], seul le titre principal est retenu, sauf en cas d'homonymie (cf. #Titres homonymes). En revanche, le sous-titre peut-être inclus dans les liens internes par l'usage de la barre verticale (|).

Exemples : ''[[Le Tracassin|Le Tracassin ou les Plaisirs de la ville]]'' donne Le Tracassin ou les Plaisirs de la ville ;
Ludwig ou le Crépuscule des dieux (homonymie possible).

Note : si le sous-titre commence par un article défini, cet article prend exceptionnellement une minuscule initiale[3].
  • Si le titre est composé de deux titres juxtaposés, séparés notamment par un tiret ou deux points, les conventions typographiques s'appliquent à chaque partie, les traitant comme des entités indépendantes (cf. Conventions typographiques). Cette forme est directement héritée du cinéma américain, contrairement à la langue française qui lui préfère par tradition la forme « sous-titre » (cf. paragraphe précédent). La graphie majoritaire constatée utilisant les deux-points plutôt que le tiret, une uniformisation en ce sens s'est installée sur Wikipédia.

Exemple : Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl[4].

Exceptions

Si le titre est de forme XXXX, le film (la seconde partie désignant la nature de l’œuvre[5]), les deux parties sont séparées par une virgule, la deuxième s’écrivant en minuscules.

Exemples : Les Simpson, le film.

Principe de non-cumul
  • Si le titre double résulte de la juxtaposition du titre original et de sa traduction française[6] – que ce soit directement ou avec un tiret, deux points ou une virgule – c'est le seul titre sous lequel le film a été exploité lors de sa sortie qui fait office de titre principal (généralement le titre français), éventuellement précisé en cas d'homonymie.

Exemples : La Nuit des masques et non Halloween : La Nuit des Masques ;
La Monstrueuse Parade et non Freaks, la monstrueuse parade ;
Le Pacte et non Hellraiser : Le Pacte.

  • Si le titre double résulte de la juxtaposition du titre principal et d'un sous-titre, seul le titre principal est retenu[7], sauf en cas d'homonymie (cf. forme avec conjonction « ou » ci-dessus). En revanche, le titre complet peut être utilisé dans le corps de l'article et notamment l'introduction.

Exemples : Evil Dead 3 et non Evil Dead 3 : L'Armée des ténèbres ;
La Cage aux folles 3 et non La Cage aux folles 3 : « Elles » se marient.

Titres homonymes

  • Si le film est homonyme avec — par exemple — un roman dont il est tiré, on singularise le film en précisant entre parenthèses le mot « film » (sans oublier l'espace avant la parenthèse). Exemple :
À titre d'autre exemple, voir l'article d'homonymie sur Cléopâtre (film).


Lors de la saisie dans une filmographie (réalisateur ou acteur), l'usage de la barre verticale | (Alt Gr + 6 sous Windows, clavier français) permettra de différencier aisément le lien hypertexte et le libellé de présentation. La saisie ''[[Un amour de Swann (film)|Un amour de Swann]]'' donnera à l'écran : Un amour de Swann.

Il est même possible d'entrer ''[[Un amour de Swann (film)|]]'', et lors de la sauvegarde, WP complètera lui-même la partie de droite en dupliquant celle de gauche mais ignorant les parenthèses et leur contenu.

Singularisation

Tout article singularisé de WP, c'est-à-dire qui contient des parenthèses dans son titre, devrait permettre d'accéder facilement à l'article principal, c'est-à-dire sans parenthèse, afin d'expliquer la singularisation de l'article courant.

Le moyen le plus simple consiste à placer en tête de l'article le modèle tant qu'il n'intègre pas l'ensemble des éléments suivants :

  • un synopsis, même réduit au pitch
  • 5 éléments de fiche technique, hormis les titres, dont au moins les noms de réalisation et scénario
  • les acteurs principaux
  • un lien externe
  • une référence / source fiable

Voir aussi

Notes et références

  1. En effet, le titre français est généralement utilisé dans tous les pays francophones européens (Belgique, France, Suisse, etc.), voire francophones africains, ce qui représente plus de 80 millions de personnes contre 8 millions de Québécois.
  2. Le « sous-titre » est une forme présente majoritairement dans la langue française. Également appelée « titre en deux parties » par le Lexique de l'Imprimerie nationale, elle ne concerne que les titres comprenant la conjonction « ou » et étant communément utilisés sous une forme abrégée. Exemple : Le Sicilien ou l’Amour peintre (appelé généralement Le Sicilien).
  3. Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Imprimerie nationale, 1990, rééd. 2008 (ISBN 978-2-7433-0482-9), p.170
  4. Dans cet exemple, Pirates des Caraïbes est le nom générique de la série de films, La Malédiction du Black Pearl le titre spécifique désignant l'opus en particulier et évitant une numérotation, contrairement à des séries comme Retour vers le futur ou Les Dents de la mer. À noter que de nombreux médias et ouvrages n'utilisent souvent que le spécifique pour désigner l’œuvre.
  5. Autres exemples : XXX, le dessin animé ; XXX, la série ; XXX, le jeu ; XXXX, épisode α ; etc.
  6. La forme «  titre original + traduction française » est souvent un titre secondaire donné lors des sorties des opus suivants afin de rappeler la filiation avec le premier film.
  7. Dans le cas des œuvres anglophones, on constate que le titre principal est souvent l'élément commun entre les titres francophones européen et canadien, le sous-titre étant quant à lui généralement adapté en Europe et traduit littéralement au Canada. Exemple : The Lion King II: Simba's Pride est appelé Le Roi lion 2 : L'Honneur de la tribu en Europe et Le Roi lion 2 : La Fierté de Simba au Canada.
  8. Quel que soit le pays, avant-premières exceptées. Se référer éventuellement à la fiche technique.
  9. Admissible selon les critères de Wikipédia, c'est-à-dire lorsque l'auteur a clairement explicité son choix.
  10. La ligature « & » est également appelée « et commercial »
  11. Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, p. 79.
  12. En revanche par souci de simplification, les règles sur les majuscules sont unifiées sur le modèle français, principalement basé par le LRTUIN et adopté par certains organismes (comme l'Université Laval) et publications québécoises, leur usage étant comme dans les autres pays francophones flottant.
  13. Ponctuation sur l'Office québécois de la langue française.
  14. « Si la tendance actuelle, accentuée par l'extension de la statistique et du langage informatique à tous les domaines, est d'employer de plus en plus les chiffres en tant qu'abréviations, on ne peut cependant pas la généraliser. » LRTUIN, op. cit., p. 122. De fait, la plupart des encyclopédies généralistes ou spécialisées dans le domaine du cinéma (Larousse, Bordas, etc.) privilégient les titres en toutes lettres lorsque le choix est possible.
  15. Ces règles, basées sur les œuvres littéraires, n'ont pas de caractère obligatoire mais reflètent les positions des organismes « officiels ». Elles priment cependant, selon les conventions typographiques de Wikipédia, sur les graphies utilisées par les différents supports (sauf exception) tels qu'affiches, DVD, dossiers de presse, etc., et qui peuvent varier pour un même titre d'un support à l'autre.
  16. Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, p. 126.
  17. Académie française
  18. a et b OQLF
  19. Cette graphie, acceptable typographiquement, a toutefois l'inconvénient de laisser la prononciation ambigüe (« Mille et une pattes », « Mille une pattes » voire « Mille un pattes »...) par rapport à l'exemple des Mille et Une nuits.
  20. LRTUIN, op. cit., p. 123. Les titres seront néanmoins classés à la lettre et non au chiffre correspondant. Ex. : 1900 est classé à M.
  21. LRTUIN, op. cit., p. 125.
  22. Université Laval-Québec
  23. Le chiffre est ici considéré comme ayant fonction de numérotage comme pour les opus en musique. Cf. LRTUIN, op. cit., p. 123.
  24. Pour mémoire : IMDb, tout comme Wikipédia, n'est pas considéré comme une source fiable de par sa nature contributive.
  25. Voir aussi Catégorie:Modèle infobox cinéma.