Wikipédia:Conventions sur les titres d'œuvres de musique classique

Titres sans numéro(s) d'opus

La forme abrégée Forme ou type de pièce + instrument + numéro d'ordre + compositeur (ce dernier précédé de « de ») est recommandée, hors homonymie.

Exemples : Symphonie nº 25 de Mozart ; Concerto pour piano nº 1 de Beethoven ; Quatuor à cordes nº 3 de Schubert

Titres comportant des numéros d'opus

  • En règle générale, l'ordre des éléments d'un titre comportant des numéros d'opus est Forme ou type de pièce + instrument + numéro d'ordre + tonalité, le tout en italique, suivi éventuellement de l'opus entre virgules et en chiffres arabes ou du numéro de catalogue, du surnom de l'œuvre entre guillemets (précédé ou pas du mot dit(e)), de la date de composition entre parenthèses et enfin du compositeur, le tout en romain[1].
Exemple : Le Concerto pour orgue Concerto pour orgue no 8 en la majeur, op. 7 no 2, HWV 307 (1740), de Georg Friedrich Haendel
Explication : il s'agit du 8e concerto composé pour l'orgue et non du 8e concerto du compositeur[2].
Autres possibilités :
  • Dans une liste :
Georg Friedrich Haendel, Concerto pour orgue no 8 en la majeur, op. 7 no 2, HWV 307 (1740).
Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie no 41 en ut majeur, KV. 551, dite « Jupiter » (1788)
  • Dans le corps du texte :
Le 8e Concerto pour orgue en la majeur, op. 7 no 2, HWV 307 (1740) de Georg Friedrich Haendel.[3]
La 41e Symphonie en ut majeur, KV. 551, dite « Jupiter » (1788) de Wolfgang Amadeus Mozart
  • Pour les opus regroupant plusieurs œuvres, on précise le numéro d'ordre en chiffres arabes après le numéro d'opus sous la forme « nº [numéro] ».
Exemple : Pour l'opus 9 de Tomaso Albinoni, a priori composé de 12 concertos pour différents instruments, le plus simple est d'écrire :
Le Concerto pour hautbois en ré mineur, op. 9 no 2 (1722), de Tomaso Albinoni
Explication : la seule chose dont on soit sûr dans ce cas est qu'il s'agit du 2e concerto de l'opus 9. On ne sait a priori ni si c'est le 2e concerto du compositeur, ni si c'est son 2e concerto pour hautbois.
Exception : La numérotation de certaines œuvres religieuses (à ne pas confondre avec le numéro d'opus) est toujours en chiffres romains.
Exemple : le Psaume LXXX pour ténor, chœur et orchestre op. 37 (1928) d'Albert Roussel.

Graphie des différents éléments du titre

Notes de musique et de leurs altérations

  • Dans le titre de l'article :
Les notes et leurs altérations éventuelles s’écrivent en toutes lettres, en minuscules et en romain.
  • Dans le corps du texte :
  • do ou ut ?
Le choix du nom pour la première note de la gamme sera fonction du titre original de l'œuvre tel que prévu par le compositeur (cf. manuscrit ou écrits), ou à défaut du titre de la première édition de la partition.
Nota : do sera toujours utilisé pour la catégorisation par tonalité.
Ex. : Catégorie:Symphonie en do majeur

Numéro

  • Dans le titre de l'article :
Le terme numéro est abrégé selon l'usage en un « n » minuscule, suivi de la lettre « o » en exposant (« os » au pluriel).
Les modèles n'étant pas utilisables dans les titres d'articles, ni la fonction exposant, le symbole représentant le « o » en exposant peut être :
  • l'indicateur ordinal masculin « º » (distinct du symbole degré « ° ») ;
  • ou un simple « o » à condition d'utiliser (l'espace insécable avant le chiffre est gérée automatiquement).
Ex. no  - nos 

Voir aussi

Notes et références

  1. Étude de Marc-André Roberge, Université Laval de Québec.
  2. Auquel cas, on devrait écrire : Concerto no 8 en la majeur pour orgue.
  3. 8e étant un adjectif numéral, Concerto prend une majuscule conformément aux conventions typographiques sur les titres d'œuvres.