Yves Bot
English: Yves Bot

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bot.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Yvan Blot.
Yves Bot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Avocat général
Cour de justice de l'Union européenne
-
Procureur général
Cour d'appel de Paris
-
Procureur de la République près le tribunal de grande instance de Paris
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Ghislain Bot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions

Yves Bot (né le à Château-Thierry (Aisne) et mort le [1]) est un magistrat français.

Avocat général à la Cour de justice de l'Union européenne, anciennement connue sous le nom de Cour de justice des Communautés européennes, il était précédemment procureur général près la cour d'appel de Paris. Il eut pour mission de réorganiser le plus grand parquet de France.

Biographie

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

La fonction de procureur général près la cour d'appel de Paris est un poste à la fois convoité et très exposé en raison de la sensibilité des affaires politico-financières qui y sont traitées. La nomination de Yves Bot a été entérinée par un décret du président la République, Jacques Chirac, en date du 4 octobre 2002 et publié au Journal officiel.

Dans la lutte pour ce poste éminemment politique qu'est le parquet de Paris, Yves Bot l'a emporté sur ses rivaux, parmi lesquels figuraient le procureur de Lyon Christian Hassenfratz, le procureur général près la cour d'appel de Rouen Christian Raysseguier ou Jean-Claude Marin, avocat général à la Cour de cassation, finalement nommé directeur des affaires criminelles et des grâces (DACG), autre poste hautement stratégique.

Le procureur de Paris a eu à gérer de brûlants dossiers politico-financiers encore à l'instruction, comme les affaires Elf, Falcone ou encore les marchés de rénovation des lycées d'Île-de-France. Il s'est aussi prononcé sur l'épineuse question des « frais de bouche, de gestion et de cuisine » de la mairie de Paris, dénoncés par l'actuelle municipalité mais dans ce cas les faits sont, semble-t-il, prescrits.

L'affaire d'Outreau - Concernant l'affaire de pédophilie d'Outreau, en novembre 2005, le procureur général de Paris, Yves Bot, a présenté devant la cour d'assises d'appel de Paris ses « regrets » aux accusés et a confirmé la demande d'acquittement général en leur faveur.

Le 8 mars 2006, entendu par la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire d'Outreau, Yves Bot a proposé aux députés la suppression du juge des libertés et de la détention, une fonction crée en 2000 pour décharger le juge d'instruction, qui, selon lui s'avère « être une fausse bonne idée ».

À partir de 2006, Yves Bot est avocat général près la Cour de justice de l’Union européenne.

Ouvrages

  • Ma justice : plus proche, plus humaine, plus forte, éditions Bourin, 2007, 164 p.
  • Les institutions judiciaires : organisation et fonctionnement, éditions Berger-Levrault, coll. « L'Administration nouvelle », 1985, 220 p.

Décorations

Opposition

Yves Bot est un ancien membre dirigeant de l'Association professionnelle des magistrats (APM), comme Georges Fenech[4].

Classé à droite de l'échiquier politique mais ayant agi sans complaisance de certaines affaires relatives au RPR, Yves Bot est considéré par ses détracteurs comme un « sous-marin »[Information douteuse] [?] de la droite, aujourd'hui proche de Nicolas Sarkozy.

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Liens externes